L’ONU appelle à une enquête internationale à la veille de l’anniversaire de l’explosion de Beyrouth

Des experts indépendants des Nations unies et d’éminentes organisations de défense des droits de l’homme ont appelé mercredi le Conseil des droits de l’homme à ouvrir « immédiatement » une enquête internationale sur l’explosion dans le port de Beyrouth à la veille de la commémoration par le Liban du deuxième anniversaire de la catastrophe, et le « soutien international Group for Lebanon » a exhorté les autorités libanaises. Dans un rapport, la Banque mondiale a accusé les politiciens libanais de cruauté pour avoir affirmé que les dépôts sont sacrés dans le secteur bancaire effondré du pays, affirmant que de tels slogans « contredisent de manière flagrante la réalité ».

« Cette tragédie a représenté l’une des plus grandes explosions non nucléaires de mémoire récente, mais le monde n’a rien fait pour savoir pourquoi cela s’est produit », ont déclaré six experts dans un communiqué commun. Ils ont ajouté : « A l’occasion du deuxième anniversaire de l’explosion, nous sommes déçus car le peuple libanais attend toujours justice et nous demandons qu’une enquête internationale soit lancée sans délai. » La déclaration a notamment été signée par le rapporteur spécial des Nations unies. sur les exécutions extrajudiciaires ou arbitraires, Maurice Tidbal Benz, le rapporteur des Nations Unies sur les droits de l’homme et l’environnement, David Boyd, et l’expert indépendant sur les droits de l’homme et la solidarité internationale, Oberoi Okafor.

Pour sa part, le pape François a déclaré qu’il espère que le peuple libanais « consolidera la justice et la vérité qui ne pourra jamais être cachée » sur l’explosion du port de Beyrouth.

Les membres du groupe se sont dits préoccupés par l’absence de progrès dans la voie judiciaire liée à l’explosion jusqu’à présent, affirmant que « les familles des victimes et le peuple libanais méritent de connaître la vérité et de demander justice sans plus tarder ».

Le communiqué, publié sur le site des Nations Unies, souligne que « suivre la voie légale est une condition nécessaire pour restaurer la crédibilité des institutions de l’État libanais, assurer le respect de l’État de droit, établir les principes de responsabilité et le phénomène ». l’impunité. » Le communiqué ajoute que les membres du groupe s’attendent à ce que « la Chambre des représentants adopte une législation pour renforcer l’indépendance du pouvoir judiciaire conformément aux normes internationales ». Dans le communiqué, les membres du groupe ont également exprimé leur « Solidarité avec le Liban et son peuple, en particulier avec les familles des victimes et tous ceux dont la vie a été affectée par cet événement qui a secoué le Liban et le monde ». Ils ont ajouté : « Nous nous souvenons de plus de deux cents personnes, qui sont mortes et de milliers de blessés à ceux qui ont perdu leur logement ou leur emploi et à ceux qui ont subi un traumatisme psychologique. les autorités libanaises à former un gouvernement capable de mettre en œuvre des réformes fondamentales et l’accord avec le Fonds monétaire international, en mettant en œuvre les engagements du Liban et en promulguant la législation nécessaire. Ils soulignent également l’importance de tenir les élections présidentielles dans les délais.

Le groupe comprend des représentants des Nations Unies, de la Ligue arabe et des gouvernements de la Russie, de la Chine, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, du Royaume-Uni, des États-Unis et de l’Union européenne.

D’autre part, la Banque mondiale a déclaré dans le rapport : « Les slogans politiques sur le caractère sacré des dépôts sont creux et opportunistes. En fait, l’utilisation abusive du terme par les politiciens est atroce. » « Le terme non seulement contredit de manière flagrante la réalité, mais empêche également de trouver des solutions pour protéger la plupart, sinon la totalité, des petits et moyens déposants en dollars et en espèces », a ajouté le rapport. « Les actionnaires des banques et les principaux créanciers, qui ont largement bénéficié d’un modèle économique très asymétrique au cours des 30 dernières années, encaissent les pertes et les supportent », a ajouté la Banque mondiale. Cela aurait dû se produire au début de la crise pour réduire les souffrances économiques et sociales.

(agences)

Andrien Barre

"Maven de la bière. Expert du Web. Troublemaker de longue date. Organisateur en herbe. Communicateur général. Gourou de la télévision."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.