L’Organisation mondiale de la santé élimine la discrimination entre les pays basée sur la nature endémique du monkeypox

L’Organisation mondiale de la santé a éliminé la distinction entre les pays basée sur l’endémicité du monkeypox dans les statistiques sur la maladie afin de « standardiser » une meilleure réponse au virus.

Et selon les publications de l’agence de presse française « Agence France Presse » samedi, le virus, qui se propage normalement en Afrique centrale et occidentale, est désormais présent sur plusieurs continents.

« Nous éliminons les différences entre les pays compte tenu de la nature endémique de la maladie, et nous nous engageons avec les pays en même temps chaque fois que possible pour réfléchir à la réponse unifiée requise », a déclaré l’Organisation mondiale de la santé dans un bulletin publié par 17 médias sur Samedi.

Elle a ajouté qu’entre début janvier et le 15 juin, l’Organisation mondiale de la santé a été informée dans 42 pays qu’un total de 2 103 infections confirmées et suspectées et un décès ont été signalés.

Le 23 juin, l’Organisation mondiale de la santé décidera de classer ou non l’épidémie mondiale de monkeypox comme une « urgence de santé publique de portée internationale », qui est le niveau d’alerte le plus élevé qu’elle puisse émettre.

L’Europe est le centre de propagation du virus avec 1 773 infections confirmées, soit 84 % du nombre total d’infections dans le monde, suivie de l’Amérique (245 cas, 12 %) et de l’Afrique (64 cas, 3 %). , et les pays de la Méditerranée orientale (14 cas). ), et le Pacifique occidental (7 blessés).

Selon l’OMS, le nombre réel d’infections est probablement plus élevé.

L’organisation pensait que l’émergence du virus indiquait qu’il se propageait depuis un certain temps, mais sa transmission n’avait pas été surveillée, notant qu’il pourrait revenir d’ici 2017.

Depuis 2017, un petit nombre d’infections importées, principalement du Nigeria, ont été signalées sporadiquement dans plusieurs pays.

Jusqu’à présent, la plupart des blessures ont été enregistrées chez des hommes ayant eu des relations sexuelles avec des hommes. La grande majorité n’a pas voyagé dans les pays africains où le virus était endémique.

Connue depuis 1970, cette maladie appartient à la famille des varioles, qui a été éradiquée il y a près de quarante ans, mais est moins dangereuse qu’eux. C’est une maladie rare causée par un virus transmis à l’homme par des animaux infectés.

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.