L’Organisation mondiale de la santé supprime la distinction entre l’endémicité du « monkeypox » entre les pays

L’Organisation mondiale de la santé a éliminé la distinction entre les pays basée sur l’endémicité du monkeypox dans les statistiques sur la maladie afin de « standardiser » une meilleure réponse au virus.
Le virus, qui se propage normalement en Afrique centrale et occidentale, est désormais présent sur plusieurs continents.
Selon les Français, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré: « Nous éliminons la discrimination entre les pays compte tenu de la nature endémique de la maladie en eux, et nous négocions avec les pays, si possible, en même temps pour refléter cela sur la réponse unifiée requise. »
Elle a ajouté: « Entre début janvier et le 15 juin, l’Organisation mondiale de la santé a été informée dans 42 pays qu’un total de 2 103 infections confirmées et suspectées et un décès avaient été signalés. »
Le 23 juin, l’Organisation mondiale de la santé décidera de classer ou non l’épidémie mondiale de monkeypox dans la catégorie « urgence de santé publique de portée internationale », le niveau d’alerte le plus élevé qu’elle pourrait déclencher.
L’Europe est l’épicentre de la propagation du virus avec 1 773 infections confirmées, soit 84 % du nombre total d’infections dans le monde, suivie des Amériques « 245 cas, 12 % », puis de l’Afrique « 64 infections, 3 % » et de l’Est. Les pays méditerranéens « 14 blessés » et le Pacifique occidental « sept blessés ». Selon l’OMS, le nombre réel d’infections est probablement plus élevé.
L’organisation considérait l’émergence du virus comme la preuve qu’il existait depuis un certain temps mais que sa transmission n’avait pas été surveillée. Elle a souligné que « cela pourrait remonter à 2017 ».
Depuis 2017, un petit nombre d’infections importées, principalement du Nigeria, ont été détectées sporadiquement dans plusieurs pays.
Connue depuis 1970, cette maladie appartient à la famille des varioles, qui a été éradiquée il y a environ 40 ans, mais est moins dangereuse qu’eux. C’est une maladie rare causée par un virus transmis à l’homme par des animaux infectés.

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.