Lueurs d’espoir : Le forum scientifique ouvre ses portes

Le cancer, l’une des principales causes de décès dans le monde, affecte les patients, leurs familles, les systèmes de santé et les économies du monde entier. Cette maladie tue environ dix millions de personnes chaque année et 1,16 billion d’euros sont dépensés pour la prévention, le traitement et l’accompagnement du handicap. À mesure que le fardeau du cancer augmente, les inégalités augmentent également, avec plus de 70 % des décès survenant dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Pour discuter de la manière d’élargir et de renforcer les capacités des pays à relever ces défis, des responsables de haut niveau et d’éminents experts du monde entier se réuniront à Vienne pour le forum scientifique de cette année « Glimmer of Hope : A Cancer Cure for All ».

Dans son allocution d’ouverture du Forum scientifique d’aujourd’hui, le directeur général de l’agence, M. Rafael Mariano Grossi, a déclaré: « Recevoir un diagnostic de cancer qui peut être traité dans certaines parties du monde est une condamnation à mort dans d’autres parties – quelque chose qui ne peut être excusé parce que nous meurent. « Nous avons la technologie et nous savons comment résoudre ce problème. »

Pour rendre ce point encore plus clair, Chikina Ellemore, radio-oncologue et défenseure des soins aux patients, a déclaré dans son discours d’ouverture : « Il y a des millions de personnes dans le monde qui sont comme moi. » Ce sont des survivants du cancer, les leurs ont construit une carrière et ont élevé leurs enfants. Ce sont des gens qui méritent d’avoir accès aux services de soins contre le cancer et de bénéficier de la radiologie.

Au cours des deux prochains jours, des experts en marge de la 66e Conférence générale de l’AIEA discuteront de la manière d’améliorer la qualité, la sécurité et la durabilité des soins contre le cancer, de favoriser l’innovation et la recherche, et de stimuler les partenariats et les réseaux – tous des éléments clés des Rayons d’espoir initiative, qui se déroule en février de cette année, cette année à la veille du sommet de l’Union africaine pour marquer la Journée mondiale contre le cancer

« Ce que la nouvelle initiative Rayons d’espoir apporte à la table des négociations, ce sont des options viables, tangibles et pratiques. Les pays n’ont pas besoin de plans et de discours différents. Ils ont besoin d’unités de radiothérapie, de personnel formé et de solutions concrètes », a déclaré M. Grossi. L’initiative Rayons d’espoir de l’AIEA s’appuie sur les six décennies d’expérience et d’expertise de l’agence en science nucléaire pour diagnostiquer et traiter différents types de tumeurs. Cette initiative soutient le développement et l’expansion des services de diagnostic et de traitement, avec un accent particulier sur les plus de 20 États membres de l’AIEA, qui manquent totalement d’installations de radiothérapie.

« Si nous n’avions pas travaillé pour mettre en œuvre l’initiative Rayons d’espoir, nous le ferions pour tous les autres problèmes. Rayons d’espoir donne de l’espoir à nos citoyens », a déclaré le président du Malawi, M. Lazarus McCarthy Chakwera. « Mon pays a besoin de cette initiative qui a déjà fait de grands progrès dans la création de centres de traitement du cancer au Malawi ainsi que dans la création du premier centre de radiothérapie au Malawi », a-t-il ajouté, exhortant tous les dirigeants à unir leurs forces pour fournir des ressources à regrouper pour cette cause.

Le forum se compose de cinq sessions, tenues sous forme de présence physique et virtuelle. Pour voir le programme complet, veuillez cliquer sur ce lien. Pour regarder les sessions en direct, cliquez sur ce lien.

Lors de la séance inaugurale d’aujourd’hui, le Directeur général de l’AIEA a été rejoint par des représentants de pays et de partenaires qui se sont déjà engagés à soutenir les travaux de l’Agence dans la lutte contre le cancer.

Il s’agit notamment de l’Organisation mondiale de la santé, qui travaille avec l’agence depuis longtemps. « L’OMS et l’agence ont considérablement accru leurs efforts conjoints pour soutenir et renforcer les programmes de lutte contre le cancer », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, invitant d’autres à se joindre aux efforts des deux organisations. « L’OMS soutient l’initiative Rayons d’espoir de l’agence dans le cadre de notre effort de collaboration, basé sur les expériences des personnes vivant avec le cancer », a-t-il ajouté.

Les efforts concertés des différentes parties prenantes peuvent prévenir jusqu’à un tiers de tous les cancers, y compris les types les plus courants tels que le cancer du col de l’utérus, du sein, de la tête et du cou et du côlon. Investir dans le diagnostic et le traitement peut garantir la guérison des patients malades s’ils sont identifiés tôt et traités de manière appropriée.

Le Bénin, le Tchad, la République démocratique du Congo, le Sénégal, le Kenya, le Malawi et le Niger sont parmi les premiers pays partenaires à travailler avec l’agence dans le cadre de l’initiative Rayons d’espoir. Il mobilise des ressources financières pour construire, équiper et entretenir les infrastructures nécessaires à la prise en charge des patients atteints de cancer et pour former des professionnels de la santé, des ouvriers et des techniciens.

« Le cancer est devenu l’un des plus grands défis auxquels nos systèmes de santé sont confrontés en termes d’accès au diagnostic, au traitement et aux soins de suivi », a déclaré le ministre béninois de la Santé, Benjamin Honkpatten. « Plusieurs pays d’Afrique mettent en œuvre différents programmes pour répondre à ces défis vitaux, mais les capacités de nos systèmes en termes d’équipements restent parfois limitées pour couvrir tous les besoins dans la lutte contre le cancer », a-t-il ajouté.

Afin d’atteindre le plus grand nombre de personnes possible et d’obtenir un impact et une durabilité maximum, l’Agence étend ses réseaux à un large éventail de partenaires, notamment ses États membres, des agences de développement, des associations professionnelles, des institutions financières et le secteur privé. Plus tôt cette année, six pays ont promis plus de 9 millions d’euros à l’initiative. Ces pays comprennent la France, le Japon, Monaco, la République de Corée, la Suède et les États-Unis, portant le total des contributions à ce jour à environ 12 millions d’euros.

Voici les rayons d’espoir qui peuvent éveiller l’espoir et faire une différence. Si nous pouvons rassembler des ressources, mais aussi des experts en soins de santé, en politique, en sécurité et en développement du monde entier, nous pouvons mobiliser les ressources nécessaires pour améliorer et étendre l’accès mondial à la technologie critique de radiothérapie », a déclaré Jennifer Granholm, secrétaire américaine à l’énergie. : Les États-Unis, qui ont déjà financé à deux reprises l’initiative Rays of Hope.

« Il y a un fossé entre et entre les pays, mais les avancées scientifiques peuvent nous donner une lueur d’espoir. L’initiative Rayons d’Espoir prouve que des progrès sont nécessaires pour relever ce défi. Je crois qu’ensemble nous avancerons », a déclaré François Jacques, Directeur général du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, qui a également fait un don à l’initiative en juin de cette année.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *