L’Union européenne veut renforcer sa coopération avec Israël dans le secteur du gaz

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé aujourd’hui (mardi) que l’Union européenne souhaitait « intensifier » sa coopération énergétique avec Israël en réponse au « chantage » de la Russie qui a coupé l’approvisionnement en gaz des pays européens « en représailles » à son soutien à L’Ukraine s’est arrêtée.

Les déclarations de Line sont intervenues à un moment où le Premier ministre italien Mario Draghi, qui est également en visite en Israël, a insisté sur le fait de travailler avec Israël pour aider son pays à se débarrasser du gaz russe, a rapporté l’Agence France-Presse. « Le Kremlin a utilisé notre dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles russes pour nous faire chanter », a-t-elle déclaré dans un discours à l’université Ben Gourion, dans le Néguev, dans le sud d’Israël. « Depuis le début de la guerre (en Ukraine), en réponse à notre soutien à l’Ukraine, la Russie a délibérément coupé l’approvisionnement en gaz de la Pologne, de la Bulgarie, de la Finlande, des entreprises néerlandaises et danoises », a-t-elle ajouté. « Le comportement du Kremlin ne fait que renforcer notre détermination à nous débarrasser de notre dépendance aux combustibles fossiles russes », a-t-elle déclaré. Par exemple, nous explorons actuellement les moyens d’intensifier notre coopération énergétique avec Israël. » Elle a souligné que « le câble électrique sous-marin le plus long et le plus profond du monde relie Israël, Chypre et la Grèce… Le second est un gazoduc propre et un gazoduc d’hydrogène dans le l’est de la Méditerranée. » Elle a souligné qu’ « il s’agit d’un investissement dans la sécurité énergétique, tant en Europe qu’en Israël ».

Israël travaille dur pour exporter certaines de ses vastes ressources gazières offshore vers l’Europe, qui essaie de s’abstenir d’acheter des combustibles fossiles russes depuis l’invasion de l’Ukraine et les sanctions contre le régime du président russe Vladimir Poutine.

À cet égard; Von der Leyen a rencontré lundi soir le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid et la ministre de l’Énergie Karin Al-Harrar. Un porte-parole d’Al-Harr a déclaré que le président de la Commission européenne avait souligné que « l’Union européenne a besoin de gaz israélien ».

Un porte-parole du ministre israélien de l’Energie a déclaré hier (lundi) que des pourparlers se poursuivaient depuis mars dernier pour finaliser un accord ou un cadre juridique qui permettrait d’exporter du gaz israélien vers l’Europe via l’Egypte.

* Différend naval libanais

L’autre option sera un gazoduc reliant les champs gaziers israéliens à Chypre et à la Grèce, connu sous le nom de « projet EastMed », puis à l’Europe via l’Italie. Cependant, l’administration du président américain Joe Biden a remis en question la faisabilité du projet en raison de son coût énorme et du temps qu’il faudrait pour le terminer.

Peu de temps après les commentaires de von der Leyen, le Premier ministre italien Mario Draghi à Jérusalem a évoqué « l’intérêt de l’Italie pour le gaz israélien » sans mentionner le gazoduc.

Après avoir rencontré le Premier ministre israélien Naftali Bennett, le dirigeant italien a déclaré : « Concernant l’énergie ; Nous travaillons ensemble pour exploiter les ressources gazières de la Méditerranée orientale et développer les énergies renouvelables… Nous voulons réduire notre dépendance au gaz russe et accélérer la transition énergétique pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés… ».

pour sa part; Bennett a qualifié l’expression par l’Europe de son besoin de gaz israélien de « bonne nouvelle ». « Nous avons parlé de travailler ensemble pour que le gaz naturel israélien puisse également être utilisé en Europe », a-t-il déclaré.


elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.