Macron a souligné que la stabilité du Liban est essentielle pour la France… Qassem : Nous voulons que notre pétrole et nos droits soient complets et non diminués

Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Cheikh Naim Qassem, a réitéré que « l’équation » concernant la richesse pétrolière et gazière du Liban dans ses eaux « est claire » et que le Liban veut que son pétrole et ses droits soient complets et non diminués.

S’exprimant lors d’une célébration du 40e anniversaire de la fondation du Hezbollah, Qassem a déclaré : « Aujourd’hui, nous sommes confrontés à une demande légitime liée à la restauration de la richesse pétrolière et gazière du Liban dans ses eaux privées ».

Il a ajouté : « Les promesses faites par certains de retarder la solution ne sont pas utiles et il n’est pas possible d’observer le passage du temps pour imposer l’extraction par les Israéliens comme un fait accompli », soulignant que « l’équation est claire est ; Nous voulons que notre pétrole et nos droits soient complets et non diminués et le Liban n’est pas faible et peut protéger ses droits.

Sur la question de la formation d’un gouvernement, Kassem a expliqué que le nouveau parlement est une nouvelle station et une nouvelle étape, et que le projet de loi commence maintenant pour tout le monde au parlement.

Il a ajouté: « Si le gouvernement est formé, il peut être remis en question par le Parlement et par ceux qui pourraient être l’opposition. Mais si le gouvernement n’est pas formé, personne au Parlement n’a le droit de mettre qui que ce soit d’autre sous cette rubrique. » responsable qu’il est celui qui est tenu pour responsable et que l’autre est celui qui est tenu pour responsable. Nous sommes tous concernés. Pour parvenir à un gouvernement qui peut nous amener au mieux.

D’autre part, le site Internet Al-Nashra a cité le président français Emmanuel Macron qui aurait déclaré, lors de sa rencontre avec le Premier ministre israélien Yair Lapid à Paris hier, que la stabilité au Liban est d’une importance cruciale pour la France et que toutes les activités qui y affectent le cours de négociations aux frontières maritimes doit être évitée.

« Je voudrais parler des négociations sur la frontière maritime avec Israël », a déclaré Macron. Les deux pays ont intérêt à parvenir à un accord qui permettra l’utilisation de l’énergie au profit des deux peuples.

Pour sa part, Lapid a menacé le Hezbollah que l’entité israélienne ne resterait pas les bras croisés face à ce qu’il a appelé les attaques du parti.

Pendant ce temps, la ministre israélienne de l’Énergie, Karen Al-Harar, a inspecté la plate-forme d’exploration gazière dans le champ « Karesh » et a averti le Hezbollah que toute tentative d’attaque rencontrerait une réponse israélienne en utilisant les divers outils disponibles, comme elle l’a dit.

Selon le site Internet Al-Nashra, les médias israéliens ont rapporté que la production de gaz à partir de la plate-forme, située à 80 kilomètres à l’ouest de la côte israélienne, commencera en septembre prochain.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.