Macron et la lutte avec la gauche..qui va gagner dans le dernier tour du monde

20h40

samedi 18 juin 2022

(vague allemande)

Qui remportera le tour décisif des élections législatives françaises ? La coalition de gauche pourrait surprendre et arracher une majorité au parti du président Macron, le laissant dans une impasse au nouveau parlement. Pourquoi le parti de Macron a-t-il démissionné ? Quels sont les scénarios attendus ?

Le premier tour des élections générales en France, qui s’est tenu dimanche dernier, s’est soldé par une égalité entre les candidats du parti au pouvoir et leurs adversaires politiques de la gauche unie. Le parti du président Macron a subi de lourdes pertes. Et maintenant, il s’agit de la manche décisive de ce dimanche. L’excitation a augmenté de manière inattendue alors que la question de la majorité de Macron à l’Assemblée nationale (parlement) semble incertaine.

changement dans le paysage politique

Les élections présidentielles d’avril ont montré que la France avait deux options : le centre ou l’extrême droite. Marine Le Pen a pris la deuxième place et a déclaré la guerre à Macron. Mais la scène a changé après la réélection d’Emmanuel Macron. Cela place l’extrême droite de l’Assemblée nationale (le parti de Le Pen) à la troisième place des élections législatives. Ils sont impopulaires en province par rapport aux autres partis, mais cette fois l’Assemblée nationale aura un nombre de députés beaucoup plus important qu’auparavant.

En revanche, la nouvelle coalition de gauche des socialistes, des Verts et du Parti de gauche a réussi à resserrer l’étau autour du gouvernement. La campagne électorale, qui pendant des semaines a semblé être un spectacle secondaire avec un impact limité, s’est accélérée de manière inattendue. Ceci après que Jean-Luc Mélenchon, leader du bloc Gauche unie, a réussi à attirer les électeurs, notamment les jeunes, par ses discours enthousiastes.

Du coup, les partisans de Macron ont été contraints de se battre. Même si, selon les sondages, ils seront à nouveau la faction la plus forte à l’Assemblée nationale, ils ne se font pas confiance pour obtenir une majorité gouvernementale de plus de 289 sièges. Le camp du président a été fragilisé par un certain nombre de choses, notamment la performance désastreuse de la police lors de la finale de la Ligue des champions au Stade de France et les allégations de harcèlement contre un ministre.

Pourquoi le parti de Macron a-t-il démissionné ?

Emmanuel Macron a été clairement réélu en avril dernier avec 58 %. Pourquoi son parti a-t-il chuté aux élections législatives avec seulement un quart des voix ? « Il n’y a pas eu d’enthousiasme à l’élection présidentielle », a déclaré à DW Olivier Rosenzweig, professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Paris : « Macron a été élu parce qu’il n’y avait pas d’alternative. Le public a dû choisir entre lui et lui. . » l’extrême droite Marin « Le Pen », beaucoup de gens ne voulaient pas vraiment de lui, mais ils ont voté pour lui pour qu’il ne monte pas à droite.

De plus, son parti n’a pas fait campagne correctement dans les semaines qui ont précédé les élections législatives. Où le retard dans la formation d’un gouvernement et aussi la nomination des candidats a été retardé. La gauche, longtemps fragmentée, s’est concentrée sur un candidat par circonscription et l’a annoncé très tôt. Ce qui explique son succès.

Macron peut continuer, estime le politologue Rosenzweig, même si son parti, qui s’est récemment rebaptisé Ennahda, n’obtient pas la majorité absolue. Comme « le parlement en France ne nomme pas le gouvernement », des gouvernements minoritaires sont également possibles. Mais il devra faire des concessions aux partis d’opposition s’il veut faire passer telle ou telle loi. C’était « une situation ridiculement compliquée en France ». La récente prise de poids de la gauche pourrait pousser Macron à s’aligner sur la droite, et les réformes de Macron pourraient à nouveau virer à droite.

Les derniers mètres de la course électorale

Lors de certains rassemblements organisés à la hâte, Emmanuel Macron a appelé les électeurs à la « majorité solide » du pays et a mis en garde contre le « chaos » politique que les plans de la gauche pourraient entraîner. Son nouveau Premier ministre, Elizabeth Bourne, a qualifié Mlenchon, le leader de la gauche, de « super menteur ». La ministre de l’Environnement, Amélie de Montchalin, voit dans la gauche un « danger » pour la France et une menace à soumettre à la Russie.

Parallèlement, le ministre des Finances Bruno Le Maire a annoncé que la coalition de gauche vise un projet économique qui conduirait à la « faillite pure et simple ».

Le dirigeant de gauche Melenchon pensait que Macron représentait le «chaos» et faisait de la France un pays «inhabitable». Mélenchon défend son programme et accuse ses adversaires de jouer la « carte de la peur ». Mais certains économistes, par exemple du centre de recherche « Montain », sont sceptiques quant aux possibilités de financement de ses projets. Ils disent que ses plans sont trop chers ; La question de la retraite à 60 ans, par exemple, coûte 85 milliards d’euros. Des milliards supplémentaires sont payés pour les soins de santé, des salaires minimums plus élevés et d’autres avantages sociaux. Bref, les promesses de Jean-Luc Mélenchon conduiront à une dangereuse augmentation de la dette publique française.

ce qui se passerait?

Première possibilité : si la coalition de gauche, contrairement aux attentes, remporte la majorité, Macron peut dire adieu à ses projets de réforme, notamment la controversée réforme des retraites. Le président ne décidera que de la politique étrangère et de défense. Sur les questions restantes, il devra s’entendre avec la Coalition de gauche. Mélenchon promet qu’il réclamera le poste de Premier ministre pour lui-même, ou du moins des postes ministériels importants pour la gauche. Une telle coexistence a duré en 2002 entre le président conservateur Jacques Chirac et son Premier ministre socialiste Lionel Jospin, et débouche généralement sur une impasse politique.

Deuxième option : si aucune des grandes factions, ni le Parti du centre de Macron ni l’Alliance des gauches, ne parvient à obtenir la majorité, ce sera également difficile. Le système politique français n’a pas de mécanismes de formation de coalitions, et le président doit à chaque fois trouver une majorité, essayant de gagner chaque vote ou de persuader les députés indépendants de changer de position. La situation semble très difficile.

Troisième possibilité : que le parti de Macron retrouve la majorité. Ensuite, le président peut poursuivre ses plans politiques. Indépendamment du résultat, on peut dire que le calme à l’Assemblée nationale est terminé – un grand bloc de gauche peut toujours le menacer de manifestations de rue. D’autre part, des extrémistes de droite ont fait pression sur lui au sujet de l’immigration et de la criminalité.

Quel que soit le résultat dimanche soir, le second mandat d’Emmanuel Macron sera certainement plus difficile que le premier.

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.