Macron : la France s’engage pour la sécurité de l’Afrique et le soutien de ses partenaires

Hier, à Yaoundé, la capitale du Cameroun, le président français Emmanuel Macron a réitéré que son pays « ne renoncera pas à la sécurité du continent africain » et a réaffirmé sa volonté de « reconstruire » l’appareil militaire et sécuritaire français, notamment au Sahel invent « . Région. « La France restera fermement attachée à la sécurité du continent, pour soutenir nos partenaires africains et à leur demande », a déclaré Macron lors d’un discours devant la communauté française à Yaoundé.

Au Cameroun, Macron a lancé une tournée de quatre jours sur le continent africain, au cours de laquelle il visitera également le Bénin, qui fait face à des problèmes de sécurité au Sahel, et la Guinée-Bissau. L’évolution géographique et organisationnelle de l’appareil militaire, entamée depuis l’annonce du retrait de l’opération Barkhane du Mali face à l’hostilité du conseil militaire au pouvoir, sera au centre des discussions dans les trois pays. « Nous réorganisons notre système en nous retirant du Mali car le cadre politique n’est plus en place (…), dans le but d’étendre notre dispositif au-delà du Sahel vers le golfe de Guinée et les pays qui doivent désormais « affronter le terrorisme répandent la mort là où Boko Haram est actif », a-t-il ajouté. Et il a estimé que la France « devrait être là encore plus visiblement, à la demande des pays africains, ce qui est un demande claire et explicite, à travers notre plus grande présence militaire Formation et équipement, soutenir les armées africaines et rester proche d’elles pour les aider à monter en compétence par la mise en réseau Notre appareil wa r a toujours œuvré dans les domaines de la sécurité, de la défense, de la diplomatie et du développement. » Macron a souligné que « ce groupe tripartite est le seul qui permette de répondre à l’urgence sécuritaire face au terrorisme et de s’attaquer aux causes profondes de terrorisme ». « Nous sommes attaqués par certains qui disent que les sanctions européennes sont à l’origine de la crise alimentaire mondiale, y compris africaine », a-t-il déclaré. C’est complètement faux, car la nourriture et l’énergie sont devenues une arme de guerre entre les mains de la Russie. » Il a estimé qu’il était nécessaire de « construire de nouveaux partenariats collectifs avec une nouvelle approche, en connectant les entreprises existantes, les start-up, associations et société civile. » (AFP)

Édith Desjardins

"Nerd du Web primé. Sympathique expert de l'Internet. Défenseur de la culture pop adapté aux hipsters. Fan total de zombies. Expert en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.