Macron se rend en Algérie et le « discours du 20 août » interroge les relations entre Paris et Rabat

Les observateurs s’émerveillent de l’issue et du sens des relations entre Rabat et Paris, les « alliés traditionnels », après un puissant discours royal qui a tiré des lignes claires sur l’ambiguïté des positions que pourraient prendre certains partenaires du royaume. Il a souligné la nécessité de « clarifier » leurs positions sur l’intégrité territoriale du royaume et sur la question du Sahara marocain.

Les messages royaux contenus dans le discours commémoratif du 20 août sur la « première question nationale » ont précédé une visite officielle qui a amené le président français Emmanuel Macron en Algérie et qui durera deux jours (à partir de jeudi) ; Alors que, selon le communiqué de l’Elysée, l’ordre du jour est axé sur « la délibération sur les situations régionales » et l’examen des différents dossiers qui frustrent depuis un certain temps les relations bilatérales entre Paris et l’Algérie.

Il était intéressant de comprendre l' »allusion » marocaine officielle à la France, qui s’est longtemps accrochée à la « zone grise » dans ses positions sur la question la plus précieuse pour le cœur de tous les Marocains, en lien avec les positions des pays équilibrants qui sont La diplomatie marocaine s’est accumulée au cours des trois dernières années ; Il a été salué et salué par la plus haute autorité du pays.

« La balle est à Paris »

Commentant ces développements et l’issue des relations franco-marocaines, Al-Moussawi Al-Ajlawi, analyste politique et chercheur au Centre pour l’Afrique et le Moyen-Orient, a déclaré : « Le contenu du discours royal, qui mettait sagement en garde contre déclin de la position française, visaient strictement à remettre l’accent sur la partie marocaine du Sahara et à faire l’éloge des positions favorables au Maroc, ainsi qu’à la question de la dignité des citoyens marocains, notamment ceux vivant à l’étranger. reste à la « Cour de France » pour faire passer le message comme il se doit.

Al-Ajlawi, dans une interview au journal Hespress, a ajouté que « le dernier discours royal a présenté aux Français des choix stratégiques pour revoir leurs positions, compte tenu de l’évolution de la référence espagnole et de la position historique en faveur de l’intégrité territoriale du Maroc ». ajoutant: « Actuellement, 8 pays européens sur 27 ont ouvertement annoncé leur hébergement. Outre la proposition d’autonomie, alors que des hésitations ou des soutiens modestes marquent les positions du reste des pays », a-t-il déclaré, « le soutien français ne doit pas être ignoré dans la plupart des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU sur le Sahara marocain ».

Et le professeur à l’Institut d’études africaines de Rabat a ajouté que « la décision du gouvernement américain et l’accord tripartite sous l’ère du président Trump ont changé les équations géopolitiques traditionnelles de la région, mais la France n’a accepté cela d’aucune manière avec satisfaction ». , évoquant « la crainte de Paris d’accroître le soutien du Golfe à travers l’ouverture de consulats dans les provinces du sud du Maroc, les mettant sous pression pour s’intégrer dans le contexte international ».

« Les relations entre Paris et Rabat sont caractérisées par la logique de la permanence et du changement », a noté Al-Ajlaoui, qui a confirmé que les relations resteront résilientes dans tous les cas, « malgré la rechute de la France à la deuxième place parmi les partenaires commerciaux du Maroc (avec l’Espagne) dans le l’état de Macron et l’enregistrement de la résidence de plus de 70 000 Français sur le sol marocain comme la plus grande communauté française au Maroc, ainsi que la coordination militaire et sécuritaire.

Evoquant la visite de Macron chez le voisin oriental du royaume, le même porte-parole a déclaré que c’était dans le contexte « du contexte de déclin de l’influence française sur le continent africain en général ; Surtout dans les régions sahélo-sahariennes et maghrébines, pour la première fois depuis les années 1950 », a-t-il noté que Macron n’a pas été épargné « par les troubles et l’obsession de la carte des relations extérieures » après que la Libye a remporté un Sarkozy et que Hollande s’est noué avec l’État. du Mali », ajoutant : « La concurrence avec l’Italie et l’Allemagne pour l’influence en Afrique du Nord reste une préoccupation majeure pour Macron.

A cet égard, Al-Ajlawi a apprécié que « le président français préfère la carte algérienne au Maroc et à la Tunisie ; Pour de nombreuses raisons, dont l’association de son ancien ministre des Affaires étrangères (Jean-Yves Le Drian) avec des généraux algériens et son soutien à la France sur la question libyenne et sa reconstruction », avant de conclure que « la grande erreur du Maroc a été de nuire à l’opinion publique ». opinion lorsque le nombre de visas a été réduit, ce qui a provoqué une réaction spasmodique de la part de certains francophones au Maroc.

Le même analyste a conclu sa déclaration à Hespress en disant que « sur la base des données actuelles, la position française ne semble pas changer au moins pour les trois prochaines années ».

Macron enfreint les règles

Maati Qabal, écrivaine et journaliste marocaine qui suit les affaires françaises et les relations franco-marocaines, a déclaré : « Depuis l’ère de Gaulle, le Maroc a toujours entretenu des liens anciens avec la France et ses présidents successifs, qui ont longtemps valorisé le partenariat avec le Royaume. » ‘ étant donné qu’il s’agissait de ‘la première visite à l’étranger d’un président français nouvellement élu’, c’était vers Rabat; Mais il semble que Macron ait raté certains faits historiques lorsqu’il a décidé de se rendre en Algérie lors de sa première mission officielle en Afrique du Nord au cours de son deuxième mandat.

L’intellectuel marocain basé en France, dans sa déclaration au journal Hespress, a placé la visite de Macron en Algérie « dans le contexte des relations froides entre Rabat et Paris » et a déclaré que le Maroc « a toujours été de sang-froid avec des provocations françaises répétées sur de nombreuses questions ; Elle est principalement motivée par des sectes d’extrême droite, par exemple dans le cas de l’expulsion de mineurs marocains et de sans-papiers en France.

Gabal a ajouté que « le Maroc a eu raison de refuser de reprendre les migrants non identifiés et les mineurs ; Ce que la France n’a pas aimé, alors elle a mis la pression en réduisant le nombre de visas pour les Marocains. » Il souligne que tout cela renvoie à une « tension sans précédent dans les relations bilatérales avec le silence français ».

L’expert marocain des affaires françaises a poursuivi en expliquant que « les alliances stratégiques du Maroc avec les pays puissants de la région ont inquiété les Français ces dernières années ». Avant d’ajouter : « Cependant, la visite de Macron en Algérie n’a pas pour but de provoquer le royaume, c’est plutôt l’expression qu’il est un président obsédé par les questions de mémoire ; Avec la volonté d’avoir une relation gagnant-gagnant avec l’Algérie et d’en tirer profit, notamment dans le dossier énergétique.

Au terme de sa conversation avec Hespress, Qabal a appelé à la nécessité de « tourner la page et d’ouvrir des canaux pour un dialogue constructif sur des questions communes », ce que le discours royal a appelé « intelligemment et en référence à une question fatidique pour le Maroc », et Ainsi conclu, « le Maroc est mis au défi de renforcer son élite culturelle et médiatique, qui peut présenter des cartes de pression et d’influence dans la politique étrangère française, tout comme les Algériens défendent leur présentation vigoureuse dans les forums français ».

Édith Desjardins

"Nerd du Web primé. Sympathique expert de l'Internet. Défenseur de la culture pop adapté aux hipsters. Fan total de zombies. Expert en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.