Malgré les dégâts causés par la guerre en Ukraine, l’Europe est menacée d’une « nouvelle catastrophe ».

Le dernier rapport mensuel du Global Drought Monitor de l’Union européenne met en lumière les dangers de l’assèchement actuel des sols dû à des vagues de chaleur consécutives et à un « manque persistant » de pluie depuis mai.

Dans son dernier rapport, l’Observatoire a réitéré l’avertissement de son rapport précédent, dans lequel il a souligné que les sécheresses menacent environ la moitié du territoire de l’Union européenne et a souligné que la baisse du niveau des rivières et la diminution des ressources en eau affectent la production d’électricité dans les centrales électriques et réduire les rendements agricoles.

Le rapport, publié par le Centre commun de recherche de la Commission européenne, indique : « La grave sécheresse qui a balayé plusieurs parties de l’Europe depuis le début de l’année s’est élargie et aggravée depuis début août.

Le rapport s’attend à ce que le « risque de sécheresse » augmente dans une grande partie de l’Italie, de l’Espagne, du Portugal, de la France, de l’Allemagne, des Pays-Bas, de la Belgique, de l’Irlande, du Luxembourg, de la Roumanie et de la Hongrie, ainsi que dans des pays non membres de l’UE, à savoir le Royaume-Uni, la Serbie et l’Ukraine. et la Moldavie.

Selon le rapport, 17 % du territoire européen sont actuellement classés sous le niveau d’alerte le plus élevé, contre 11 % en juillet.

Les chercheurs ont estimé que « les pluies récentes (mi-août) peuvent avoir modéré les conditions de sécheresse dans certaines parties de l’Europe. Cependant, dans certaines régions, les orages ont causé des dégâts et des victimes et peuvent avoir limité les avantages des précipitations ».

Le rapport ajoute que les parties méditerranéennes de l’Union européenne devraient se préparer à « des conditions plus chaudes et plus sèches que d’habitude » d’ici novembre.

Il a souligné les pluies « inhabituelles » qui sont tombées dans certaines parties du Portugal, de l’Espagne, du sud de la France, du centre de l’Italie, de la Suisse, du sud de l’Allemagne et de la majeure partie de l’Ukraine au cours des trois derniers mois.

Le rapport suggère que les précipitations reviendront aux niveaux habituels dans certaines parties de l’Europe entre août et octobre, mais cela « pourrait ne pas suffire à compenser entièrement le déficit qui s’accumule depuis plus de six mois ».

Il a ajouté que certaines parties de l’Espagne, du Portugal et de la Croatie souffriront de « conditions météorologiques plus sèches que d’habitude » qui pourraient durer et qu’il est probable que la sécheresse dans les Alpes diminuera.

Le rapport estime que les conditions climatiques associées aux vagues de chaleur en Europe en mai, juin et juillet ont été les pires depuis 1950.

Andrien Barre

"Maven de la bière. Expert du Web. Troublemaker de longue date. Organisateur en herbe. Communicateur général. Gourou de la télévision."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.