Mali: L’armée annonce des frappes contre des militants après le massacre dans le centre du pays

Mali: L’armée annonce des frappes contre des militants après le massacre dans le centre du pays


Vendredi – 25 Dhu al-Qi’dah 1443 AH – 24 juin 2022 AD Issue No. [
15914]


Une photo publiée par l’Agence française de défense le 13 juin 2022 montre des soldats dans une tour de guet de la base militaire de Ménaka, dans le nord-est du Mali, avant un retrait définitif du Sahel (AFP).

Bamako : « Moyen-Orient »

L’armée malienne a annoncé hier avoir lancé des frappes aériennes contre des jihadistes de la Brigade Macina affiliée à Al-Qaïda dans le centre du pays après le massacre d’au moins 132 civils. L’armée a déclaré dans un communiqué, dont copie a été reçue par l’agence de presse française hier, qu’entre lundi et mercredi, elle a mené des frappes près des quartiers de Bankas et de Sighi, près des sites de massacre, mais aussi dans d’autres quartiers de Djeni ont et Tinenko. « Ces actions sont le résultat d’efforts de recherche et de renseignements clairs sur les auteurs des attaques du 18 juin contre des civils », ajoute le communiqué. L’armée n’a fourni aucun résultat de ces opérations. Au cours du week-end, le Mali a été témoin de l’un de ses pires massacres de civils et est également le dernier d’une série de massacres en cours au Sahel.
Selon le gouvernement, 132 civils ont été tués à Dialasago et dans deux localités environnantes à quelques dizaines de kilomètres de Bankas. L’armée malienne a décrit ces tueries comme une réponse violente à « l’intense pression » que les jihadistes subissent depuis plusieurs mois. Les Nations Unies, la France et de nombreux observateurs ont exprimé leur profonde préoccupation face à la détérioration de la situation sécuritaire au Mali. Des dizaines d’habitants ont manifesté mardi à Bankas pour exiger la protection de l’État. Le Mali est plongé dans une profonde crise sécuritaire, politique et humanitaire depuis que des rébellions séparatistes et djihadistes ont éclaté dans le nord en 2012. Les djihadistes se sont propagés au centre et aux pays voisins du Burkina Faso et du Niger.


Financièrement

terrorisme

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.