Mauritanie et Mali… quel avenir pour les relations ?

Les Arabes avaient l’habitude de dire dans leurs exemples, « Deux coups sur la tête font mal », une métaphore pour les nombreux troubles, calamités et chagrins et leur pluralité et succession de personnes, et c’est peut-être la plus appropriée et la plus cohérente avec la situation de le régime mauritanien avec son voisin malien, notamment en raison du conflit français.

Coups multiples

Depuis le Mali, à la tête du régime mauritanien, dirigé par l’ancien ministre de la Défense et actuel président Mohamed Ould Cheikh El-Ghazwani, il y a eu plusieurs frappes à la frontière avec le Mali.
Le rapport, publié par l’Agence France-Presse en même temps que Nouakchott recevait une délégation malienne de haut niveau et à un moment où les relations entre Nouakchott et Bamako s’amélioraient, voyait le président malien Asimi Gueta saluer la position de la Mauritanie, le blocus du Mali qui a échoué.
Le rapport a soulevé des soupçons et des doutes sur la nature des relations entre l’Elysée et le régime de l’actuel président Mohamed Ould Al-Ghazwani, et a soulevé des questions sur l’étendue de la satisfaction de Paris vis-à-vis de la politique étrangère d’Ould Al-Ghazwani, notamment en ce qui concerne le Mali. , qui aujourd’hui après sa proximité avec Moscou est devenu un opposant à Poutine, donc le rythme des relations entre le régime a ralenti Ghazouani est né et le Palais de l’Elysée, bien que non déclaré, a en fait commencé en janvier, alors que des citoyens mauritaniens au Mali ont été attaqués et L’opération a coïncidé avec le siège du groupe « CEDEAO » au Mali et la volonté de Paris de rejoindre Nouakchott, puis les accusations et les soupçons ont suivi avec l’opération de mars, qui visait une trentaine de Mauritaniens, enlevés à l’intérieur des frontières mauritaniennes, et en l’opinion publique et les médias mauritaniens Les soupçons et les allégations ont continué de circuler sur les parties responsables de l’accident entre la main russe, représentée par les combattants « Wagner », et la main des groupes armés d’Al-Qaïda et de l’État islamique et autres. et d’autres accusations, bien que non explicites, contre la France pour le refus de la Mauritanie d’adhérer à l’alliance africaine « CEDEAO », qui a assiégé le Mali sous prétexte de combattre des coups d’État militaires, notamment le dernier coup d’État au Mali en 2020.

intervention russe

1. La position mauritanienne sur l’intervention russe au Mali :
Début décembre dernier, on parlait beaucoup de la présence de combattants russes au Mali après que le gouvernement intérimaire malien les a engagés comme alternative à la France, une décision qui a provoqué la colère de l’ancien colonisateur du Mali et de plusieurs pays opposés au gouvernement malien, et un début a commencé Sorte de guerre froide entre la Russie et la France, dont le carburant était le Mali, la France a réussi à développer une position africaine unifiée contre le Mali, représentée par un blocus imposé par la Communauté économique ouest-africaine « CEDEAO » au Mali, accompagné de la fermeture des frontières , dans une tentative de tordre le bras du gouvernement malien La position mauritanienne s’est opposée à un blocus du Mali La Mauritanie n’a pas fermé ses frontières et a continué à commercer avec le Mali Les « agriculteurs » mauritaniens et « l’usure » aux frontières de la Mauritanie au nord-est du voisin « Mali » ont poursuivi leur travail, inde m ils sont entrés sur les terres du Mali comme ils le faisaient autrefois, Mali C’est le cœur du secteur agricole en Mauritanie, d’où il exporte du fourrage et du coton, et c’est là que les commerçants mauritaniens arrivent quotidiennement, et en plus des grands échanges commerciaux entre des deux pays il y a une importante main-d’oeuvre mauritanienne.
Le refus des autorités mauritaniennes de fermer la frontière avec son voisin et leur refus d’adhérer à l’organisation « CEDEAO » pour accepter le fait accompli et l’intervention russe au Mali est ce qui irrite la France et ses alliés, et certains mauritaniens l’associent aux attaques contre les Mauritaniens au Mali pendant deux mois, la perte de quatre citoyens, et la Présidence mauritanienne a annoncé sa mort et envoyé une délégation de haut niveau chez son voisin, qui comprenait les ministres de la Souveraineté : Défense, Intérieur et extérieur dans une démarche officielle , qui est le plus fort. L’enlèvement a été le plus violent début mars, représenté par la perte d’une trentaine de citoyens mauritaniens, et leur sort est inconnu jusqu’à présent. Le Mali a envoyé une autre délégation ces derniers jours en Mauritanie, représentée par son ministre des Affaires étrangères, et les gens sont venus avec ei un accord pour surveiller les frontières et former une commission mixte d’enquête, supposant apparemment que la Mauritanie se trouve dans la même situation qu’elle, et les autorités n’ont ni demandé d’officiel ni pris position sur les combattants wagnériens accusés d’être à l’origine de l’attentat , selon des témoins oculaires à la frontière. Enlèvements et meurtres récents.

Position française

2. L’amélioration significative des relations financières mauritaniennes et de la position française :
Ces derniers temps, avec l’accélération des événements et malgré les opérations contre les Mauriciens au Mali, on peut noter que les relations financières de la Mauritanie connaissent leurs meilleurs moments avec les visites successives en Mauritanie du ministre malien des Affaires étrangères, Abdallah Diop, qui a a visité le pays quatre fois en deux mois, ainsi que le cas du Premier ministre malien Shogul Maiga.Les deux pays ont signé mi-février un accord facilitant les échanges commerciaux dans la capitale Nouakchott, suivi de l’exportation du coton malien vers la Mauritanie. quelques jours plus tard, l’opération la plus violente contre les Mauriciens a eu lieu, ce qui réitère la position de certains Mauritaniens accusant la France et les groupes armés des récents incidents, comme une sorte de pression sur le régime d’Ould Cheikh Al-Ghazwani pour qu’il intervienne dans l’anti-Mali contester et fermer les frontières, comme au Sénégal, le lutin nbeincoast et d’autres. Le Mauritanien, qui a souligné l’opposition catégorique de la Mauritanie au blocus du Mali et a fait allusion à la France et à ses exigences d’une position mauritanienne claire sur la crise.

neutralité

3. La Mauritanie et le choix entre la Russie et le Mali :
Les autorités mauritaniennes ont adopté une position neutre dans la crise récente, qui correspond à la même position dans la crise du désert entre le Maroc et l’Algérie, les deux voisins arabes de la Mauritanie, mais la position est différente cette fois et les calculs doivent être différents Les conflits internationaux deviennent neutralité n’acceptent pas, et la France voit la présence de Moscou au Mali et dans la région comme une menace car ses intérêts, qui ont longtemps pillé les richesses du continent brun, et ses entreprises contrôlent une partie des richesses de pays dont : le Niger, la Mauritanie et d’autres, et il a également le droit de recouvrer ses dettes et ses dettes envers ces pays, sans parler de participer à des coups d’État militaires et de renverser des régimes africains. La Russie a commencé à jouer le même jeu à travers son soutien au dernier coup d’État financier de 2020.
De ce point de vue, la Mauritanie est actuellement incapable de tenir tête à la France et à ses alliés et de rejoindre l’alliance financière russe, même si elle en est plus proche.
D’autre part, il est incapable de tenir tête à la Russie en raison du danger de la présence de combattants russes « Wagner » à proximité de ses zones frontalières, ce qui constitue une menace existentielle en raison de la dangerosité et de la brutalité de ce collectif et de cette Libye et de la Central Asie Selon la description de l’ONU, l’Afrique est le meilleur exemple des crimes commis par des combattants ou des mercenaires russes.
Ce sont autant d’affaires qui ont confondu le régime de Ghazwani, entre l’ancien allié et l’ancien occupant qui a pillé les domaines et les richesses et s’est engagé à soutenir les groupes armés dans la région « France », et entre un nouvel allié puissant.
Quelle position le régime d’Ould Ghazwani choisira-t-il ?
Et dans quel rang se trouvera le voisin septentrional du Mali, la « Mauritanie » ?

Un écrivain mauritanien

Édith Desjardins

"Nerd du Web primé. Sympathique expert de l'Internet. Défenseur de la culture pop adapté aux hipsters. Fan total de zombies. Expert en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.