Mon père fera face à une « mort lente »… et nous ferons appel aux tribunaux internationaux

Date de sortie:
04 août 2022 23:11 Méridien de Greenwich

date de mise à jour: 05 août 2022 5:24 Méridien de Greenwich

La fille de l’ancien directeur des renseignements militaires de l’ancien régime libyen, le général de division Abdullah Al-Senussi, a menacé de poursuivre en justice ceux qui étaient à l’origine de sa détention et de la détérioration de son état de santé, notant qu’il souffrait d’une « mort lente ».

Sarah Al-Senussi a déclaré dans un communiqué : « Est-ce la récompense de mon père, après tous ses sacrifices pour son pays et son peuple, d’être privé de son droit le plus bas à recevoir un traitement pour des maladies graves et chroniques ? »

Le journal libyen Al-Sa’a 24 a cité Sarah Al-Senussi comme confirmant que son père était « malade et dans un état grave ».

Elle a déclaré: « Mon père souffre de nombreuses complications résultant des maladies chroniques dont il souffre et les médecins avaient précédemment demandé une autre opération de cathétérisme cardiaque pour placer des stents cardiaques un mois après la chirurgie initiale. »

Elle a également menacé de poursuivre « quiconque lui aurait fait du tort » devant les tribunaux internationaux, ajoutant : « Nous ne resterons pas silencieux à ce sujet car ils essaient de se débarrasser de lui très lentement à travers ses maladies ».

Al-Senussi languit à la prison de Mitiga, la plus grande prison de l’ouest de la Libye, où il est « traité comme des VIP et régulièrement examiné par ses médecins privés », avait précédemment confirmé un gardien de prison.

L’ex-fonctionnaire de 73 ans peut circuler librement entre plusieurs casernes, rapporte le magazine français John Afrique dans un reportage sur le gardien de prison interrogé à des dizaines de kilomètres de la prison.

Le garde a ajouté qu’Al-Senussi « a le privilège de partager les repas fournis aux gardiens en chef de la Force spéciale de dissuasion, la puissante milice qui contrôle la région de Maitika ».

Al-Senussi a été arrêté en 2012, battu et mis à l’isolement pendant des mois, selon le rapport de John Afrique, qui a ajouté : « Après une décennie, il ne s’agit pas de vengeance, il s’agit d’utiliser l’homme comme monnaie d’échange ». ”

Le magazine français a expliqué : « Il est clair que les milices qui détiennent Senussi – et le maintiennent en bonne santé – l’utilisent pour maintenir leur influence au sein de l’appareil de sécurité libyen ».

Elle a souligné que « les milices de dissuasion ont réussi à obtenir 27 millions d’euros du gouvernement d’union nationale en 2021 et ces milices sont désormais en première ligne des négociations en cours pour la libération d’Abdullah Al-Senussi ».

Selon le rapport, la justice libyenne a rendu une décision de libération de Senussi il y a plus d’un an. Le 27 mai 2021, la Cour suprême libyenne a annulé la condamnation à mort de 2015 qui lui avait été prononcée par le tribunal pénal de Tripoli.

La Cour suprême a ordonné un nouveau procès contre lui et 37 autres officiers inculpés dans une affaire liée à la répression du soulèvement de 2011.

Cependant, Al-Senussi est toujours inculpé par la Cour pénale internationale pour « crimes contre l’humanité » et il est également un témoin clé dans le financement illégal de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.