New York préoccupé par la résurgence de la poliomyélite – Alfajr News

Brittany Strickland était « morte de peur » lorsqu’elle a appris cet été que les Etats-Unis avaient enregistré le premier cas de poliomyélite en près d’une décennie, paralysant un jeune New-Yorkais.

« C’est effrayant », a déclaré l’homme de 33 ans dans une interview à l’AFP à Pomona, une ville du comté de Rockland à New York, à 50 kilomètres au nord de Manhattan. Nous ne pensions pas que cela arriverait ici. »

« Ma mère était anti-vaccination et s’est rendu compte que je n’avais pas été vaccinée contre la poliomyélite dans mon enfance », a déclaré la créatrice, qui venait de recevoir sa première dose du virus désormais proche de la polio.

À la mi-août, les responsables de la santé de la ville de New York ont ​​averti que le poliovirus, une maladie hautement contagieuse transmise par les matières fécales, les sécrétions nasales et de la gorge, ou en buvant de l’eau contaminée, avait été détecté dans les eaux usées.

Un constat « inquiétant mais pas surprenant », selon les autorités, qui estiment que le virus est « le plus susceptible de se propager localement » et que les New-Yorkais qui n’ont pas encore été vaccinés devraient le faire au plus vite.

À la mi-juillet, le comté de Rockland a enregistré son premier cas confirmé de poliomyélite, le premier aux États-Unis depuis 2013.

60% des enfants vaccinés

À New York, 86 % des enfants âgés de six mois à cinq ans ont reçu trois doses du vaccin, ce qui signifie que 14 % ne sont pas entièrement protégés.

Un vaccin contre la polio est vu dans un centre de soins à Brooklyn, New York, en août 2022, un mois après que l’État de New York a enregistré son premier cas de poliomyélite aux États-Unis depuis 2013 (AFP/Archives – Ed JONES).

Dans le comté de Rockland, seuls 60 % des enfants de 2 ans sont vaccinés, selon les responsables de la santé, contre 79 % dans l’ensemble de l’État de New York et 92 % à l’échelle nationale.

« Inquiets », les Centres fédéraux de prévention et de contrôle des maladies (CDC) ont envoyé cet été des experts dans l’État de New York pour mieux les dépister et les immuniser. Car la maladie pourrait avoir « des conséquences dévastatrices et irréversibles ».

La poliomyélite, qui touche principalement les jeunes enfants et provoque la paralysie, a été pratiquement éradiquée dans le monde, à l’exception de pays pauvres comme le Pakistan et l’Afghanistan.

Aux États-Unis, dont le président Franklin Roosevelt tombe malade en 1921 à l’âge de 39 ans, le nombre d’infections chute à la fin des années 1950 (alors 15 000 paralysies par an) grâce au premier vaccin. .

– Dernière poliomyélite naturelle en 1979 –

La dernière infection naturelle dans le pays remonte à 1979.

Mais les responsables de la santé savent que dans de rares cas (2 à 4 % du million d’enfants vaccinés), des personnes non vaccinées peuvent avoir été infectées par d’autres personnes ayant reçu le vaccin antipoliomyélitique oral.

Ce vaccin en ampoule est interdit aux États-Unis depuis 2000.

Mais en juin, l’Organisation mondiale de la santé a dévoilé la découverte d’un type de poliovirus dérivé de vaccins oraux dans les égouts de Londres.

L’analyse du cas de Rockland montre également que l’infection du jeune New-Yorkais proviendrait d’une personne vaccinée par voie orale.

Le virologue John Dennehy, le 25 août 2022, dans un laboratoire du Queens College de New York (AFP – Angela Weiss)

Ce vaccin oral se multiplie dans l’intestin et peut être transmis par les eaux usées contenant des matières fécales.

Cette variante est moins virulente que le virus naturel et peut provoquer des symptômes graves comme la paralysie des membres chez les patients non vaccinés.

Parce que le patient de Rockland n’a pas voyagé à l’étranger, les responsables de l’État de New York pensent que la maladie a été transmise localement dans le comté.

– Juifs orthodoxes –

Une importante communauté juive orthodoxe vit dans cette banlieue résidentielle calme à la verdure luxuriante. Selon des publications locales, le patient de Rockland est un juif orthodoxe américain dans la vingtaine.

Comme le reconnaît Shoshana Bernstein, porte-parole de la santé, sa communauté déteste traditionnellement la vaccination, mais c’est comme « tout groupe isolé et fermé ».

Cependant, Mme Bernstein relaie le message, comme une douzaine de rabbins l’ont fait dans une lettre aux Juifs de Rockland la semaine dernière : ils doivent se faire vacciner.

La professeure Monica Trujillo effectue un test de réaction en chaîne par polymérase (PCR) pour détecter la poliomyélite à New York, le 25 août 2022 (AFP - Angela Weiss)
La professeure Monica Trujillo effectue un test de réaction en chaîne par polymérase (PCR) pour détecter la poliomyélite à New York, le 25 août 2022 (AFP – Angela Weiss)

Elle s’appuie aussi sur des « juifs plus âgés » qui se souviennent de la poliomyélite des années 1950 et peuvent convaincre les plus jeunes rebelles.

Le virologue le plus pessimiste de l’Université de New York, John Dennehy, craignait que le cas de Rockland ne soit « la pointe de l’iceberg » alors qu’il pensait que « le virus était en voie d’extinction ».

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.