Nouvelle grève pour les ambulanciers britanniques et aucune solution en vue

Les ambulanciers britanniques ont organisé une nouvelle grève hier lundi pour exiger une augmentation de leurs salaires dans un contexte d’inflation au Royaume-Uni. Les conflits sociaux semblent peu susceptibles de s’apaiser face à l’intransigeance du gouvernement. Il s’agit de la troisième grève en cinq semaines des ambulanciers paramédicaux du NHS, dont les infirmières se sont mises en grève deux jours la semaine dernière après une mobilisation initiale sans précédent en décembre.
Le mécontentement social s’étend à de nombreux secteurs en Grande-Bretagne. Quand le taux d’inflation a atteint 10,5% selon les derniers chiffres. Cependant, le secteur de la santé chroniquement sous-financé et en sous-effectif est particulièrement touché.
Une nouvelle date pour les mouvements de masse a été annoncée le 6 février, au moment où le gouvernement tente de faire passer une législation sur les services minimaux dans plusieurs secteurs, dont la santé et les transports.
Et le secrétaire à la Santé, Steve Barclay, a qualifié la grève des équipes d’ambulances de « extrêmement décevante » dans un communiqué dimanche soir, citant les mesures d’urgence mises en place pour assurer la sécurité des patients. « En cinq semaines, il n’y a pas eu une seule proposition », a déclaré la secrétaire générale d’Unite, Sharon Graham, exhortant le Premier ministre conservateur Rishi Sunak à négocier car son secrétaire à la Santé n’avait pas « l’autorité » pour parvenir à un accord.
En réponse à la référence de Barclay à des « pourparlers constructifs » avec les syndicats sur les salaires de l’année prochaine (2023/24), le responsable syndical a averti que les grévistes resteraient « ici » jusqu’à ce que le gouvernement prenne la décision de clore les négociations cette année. Et elle a souligné que « le gouvernement a la possibilité de réunir les secrétaires généraux » des syndicats « à tout moment et nous serons là », notant que les agents de santé assureront la sécurité des patients.
« 500 personnes meurent chaque semaine en attendant une ambulance dans la cinquième économie la plus riche du monde », a-t-elle déclaré. Et elle pensait que c’était « une honte nationale absolue ».
De son côté, le gouvernement français a approuvé son projet controversé de réforme du système des retraites et a réaffirmé sa volonté d’aborder sans retenue les principales revendications des syndicats qui, après un rassemblement réussi, veulent intensifier la mobilisation . A l’issue de la session, le ministre du Travail Olivier Dusopt a réitéré qu’il n’hésiterait pas à relever l’âge de la retraite à 64 ans, ce qui était à l’origine du mouvement de contestation. Et il expliquait : « Reculer à partir de ce point, c’est abandonner le retour à l’équilibre du système.
Selon les enquêtes d’opinion, les syndicats, la majorité des forces d’opposition et une large majorité de Français rejettent la clause principale de cette réforme, qui prévoit un report de l’âge de la retraite de 62 à 64 ans. Et après la première journée de grèves et de manifestations, jeudi, a fait descendre dans la rue entre un et deux millions de personnes et avant la deuxième journée, prévue le 31 janvier, le président Emmanuel Macron et son gouvernement profitent de ce rendez-vous officiel pour atteindre leur objectif d’affirmer. qui devrait mener un débat parlementaire accéléré qui devrait aboutir à l’entrée en vigueur du projet controversé d’ici l’été.
Dimanche, le président français a dit avoir fait preuve d' »ouverture » sur le programme de son second mandat, qui consiste principalement à repousser l’âge de la retraite à 65 ans. Macron a déclaré : « J’espère que le gouvernement (avec les parlementaires) va changer le texte », mais a souligné que « les besoins sont connus », soulignant : « Je pense qu’il faut maintenant pouvoir avancer. De même les ministres sont prêts pour » dialogue » pour « enrichir » le texte, mais de manière marginale, sans toucher à son essence. (agences)

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *