Pensez-y : comment la civilisation du divertissement manipule-t-elle l’esprit de l’homme moderne ? | Nouveautés Actualités

durée de la vidéo 14 minutes 57 secondes

docteur Mustafa Al-Mrabet, dans un nouvel épisode de son programme « Tafaker », s’est penché sur la civilisation du divertissement et son impact sur la vie humaine et sa capacité à accéder à l’esprit, à utiliser le temps libre et à l’utiliser pour servir la société de consommation.

docteur Mustafa Al-Mrabet, dans un nouvel épisode de son programme « Tafaker », s’est penché sur la civilisation du divertissement et son impact sur la vie humaine et sa capacité à accéder à l’esprit, à utiliser le temps libre et à l’utiliser pour servir la société de consommation.

docteur Al-Mrabet a expliqué dans son émission que la civilisation du divertissement a développé de nombreuses nouvelles industries spécialisées dans le divertissement et les jeux.

docteur Al-Mrabet a souligné un certain nombre de questions culturelles liées à la fois au monde arabe et islamique et au contexte mondial.

Le directeur du Centre maghrébin d’études en sociologie humaine a souligné que la civilisation du divertissement a fait du loisir un bien de consommation.

Au cours de son discours, il a demandé : « Le temps n’est-il pas de l’argent ? Ainsi, selon le dicton, il n’est pas surprenant que le capitalisme ait libéré l’homme de l’esclavage du travail à l’esclave de la consommation, car le but de l’économie est la consommation par l’expansion des loisirs.

docteur Al-Mrabet a souligné que la civilisation du divertissement a contribué à réduire le temps d’engagement et de responsabilité au profit du temps consacré au divertissement et au jeu pour la fabrication de « l’humain ludique ».

Il a ajouté : « Si nous regardons de près, nous verrons que le jeu fait désormais partie de la société de consommation et ne se limite plus aux enfants, tout comme la société de consommation a créé de nouveaux luxes qui font désormais partie de nos vies. »

Il a expliqué que l’homme croit que le temps libre lui appartient et planifie à sa guise, comment planifier le temps de travail et d’effort, et donc le divertissement a pris le dessus sur le temps libre pour augmenter la soumission de l’homme dans la société de consommation.

Al-Murabet a souligné que le but du contenu visuel en général auquel une personne est exposée est de rendre son cerveau disponible pour recevoir des publicités et des publicités pour divers biens et produits, et donc les programmes sont devenus un moyen conçu pour promouvoir des biens et non dans l’autre sens.

Et il a ajouté : « Comment acceptons-nous la publicité malgré notre connaissance de leur bêtise ? Comment cela nous affecte-t-il et façonne-t-il nos vies ? », soulignant que les acheteurs utilisent des compétences supérieures pour augmenter notre demande de campagnes publicitaires.

Al-Murabet a conclu son discours en soulignant le danger de la propagande et sa capacité à manipuler l’homme et à affecter sa conscience, car les messages sont transmis à l’inconscient pour que le subconscient les absorbe, ce que nous remarquons clairement dans les opérations de marketing politique.

Léone Duchamps

"Amateur accro au café. Communicateur. Expert Internet certifié. Joueur. Fanatique de musique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.