Polémique en France sur les nouvelles règles du financement immobilier. Retrait de crédit pour les familles

Le gouverneur de la banque centrale française, François Villeroy de Gallo, a déclaré hier que la banque ne soutiendrait pas les augmentations des taux d’intérêt hypothécaires maximaux au-delà des limites actuelles, malgré les avertissements des prêteurs hypothécaires selon lesquels les nouvelles règles empêcheront certaines familles d’obtenir un crédit, provoquant une controverse déclenchée.
L’agence de presse Bloomberg a souligné que la loi française exige la fixation de taux d’intérêt pour le financement immobilier sur la base des pratiques de prêt récentes, puisque les banques ne peuvent pas accorder de nouveaux prêts avec des taux d’intérêt qui dépassent ces limites, ajoutant que la dernière décision de la Banque centrale européenne de relever les taux d’intérêt à un taux record a conduit certaines banques à être réticentes à proposer des prêts à des taux inférieurs au taux d’intérêt maximum.
Villeroy a déclaré hier qu’il avait parlé à des responsables bancaires et au Trésor français et avait décidé de continuer à appliquer les règles actuelles sur les intérêts de la maison si elles étaient modifiées plus tard ce mois-ci.
Le gouverneur de la Banque centrale de France a déclaré que le taux d’inflation du pays culminera dans la période précédant le début de la nouvelle année. Il a ajouté dans des messages radio que le taux d’inflation atteindrait « 6% ou un peu plus ».
Gallo a déclaré à la radio française RTL que la plus grande incertitude provenait des prix de l’énergie, en particulier du gaz naturel.
Il a ajouté: « L’inflation commencera à baisser d’ici 2023, se situant en moyenne entre 4 et 5% et revenant au niveau de 2% d’ici deux à trois ans. » Les données de l’office français des statistiques ont montré jeudi que le taux d’inflation en août avait moins baissé que prévu. .
Le taux d’inflation est tombé à 5,9% le mois dernier après avoir atteint 6,1% en juillet.
Les analystes s’attendaient à un taux d’inflation de 5,8 %.
Les prix des produits finis ont augmenté de 1,8%, principalement en relation avec la fin de la saison estivale. Les prix des produits alimentaires ont également augmenté de 1,7 % en raison du coût élevé des produits frais.
En revanche, les prix des services ont chuté de 1,3 à 0,3 %. Pendant ce temps, les prix de l’énergie ont chuté de 3,9 %.
La France fixera un plafond de 15% sur les hausses des prix du gaz naturel et de l’électricité au début de l’année prochaine, un article réglementant les prix à la suite de la guerre russo-ukrainienne, selon l’annonce du Premier ministre Elizabeth Borne.
Le plafond bénéficiera aux particuliers et aux petites entreprises, et des « chèques énergie » compris entre 100 et 200 € seront distribués à environ 12 millions de familles à faible revenu pour les aider à faire face aux factures de chauffage en hiver, a déclaré Bourne lors d’une récente conférence de presse.
Les nouvelles mesures sont plus limitées que celles adoptées plus tôt dans l’année et ont plafonné la hausse des prix de l’électricité aux ménages au niveau de 4% et gelé les prix du gaz aux niveaux d’octobre 2021, contribuant à faire baisser l’inflation en France plus que dans les pays européens voisins.
Justifiant cette mesure limitée, Bourne a confirmé : « Nous avons pris au préalable des mesures strictes pour protéger les citoyens français. Ces mesures devraient coûter au total 16 milliards d’euros, dont 11 milliards pour le gaz et 5 milliards pour l’électricité, selon le ministre des Finances Bruno Le Maire lors de la même conférence de presse.

Félix Germain

"Fan du Web. Étudiant au bacon d'une humilité exaspérante. Organisateur. Totalement expert de Twitter. Communicateur amical. Joueur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.