Pour la première fois dans l’histoire… un astronaute avec des besoins spéciaux

Examiner ce que les personnes ayant des besoins spéciaux peuvent faire pour les missions spatiales est au cœur de la mission britannique John McFell, qui a également des besoins spéciaux et a été sélectionné par l’Agence spatiale européenne pour faire partie du projet sans précédent  » Parastoront  » dans le domaine de l’espace. exploration.

Jusqu’à hier, les personnes ayant des besoins particuliers étaient exclues de la liste des personnes sélectionnées par l’agence pour devenir astronautes. Guillaume Werts, médecin astronaute en chef à l’Agence spatiale européenne, explique dans un entretien à l’Agence France-Presse que « le projet Parastronaut nécessite un changement complet de philosophie » par rapport au concept d’aptitude médicale, qui trouve son origine dans le domaine militaire. s’occupe de la sélection des pilotes militaires.

Et lors du lancement de la campagne de sélection pilote en février 2021, l’agence a annoncé qu’elle donnerait la possibilité à un ou plusieurs candidats souffrant d’un handicap des membres inférieurs (suite à une amputation ou une malformation congénitale).

Parmi les candidats figurent également ceux dont la taille ne dépasse pas les trente centimètres ou ceux qui souffrent d’asymétrie au niveau des jambes. Les compétences intellectuelles et psychologiques requises sont les mêmes que pour les autres astronautes.

« Nous avons traité avec un grand groupe de candidats et rencontré des gens formidables », déclare Werts, qui a participé aux étapes de sélection, notant que le processus « a prouvé que le handicap n’est pas un obstacle et nous y croyons ».

Dans le même temps, l’Agence spatiale européenne a lancé une « étude de faisabilité » pour envoyer un astronaute ayant des besoins particuliers sur un vol spatial habité, par exemple pour rester sur la Station spatiale internationale.

Tout petit changement dans le domaine de haute précision des missions spatiales peut être très complexe ou très coûteux.

Les systèmes actuellement utilisés sont conçus pour les personnes au-dessus d’une certaine taille, par exemple. Alors, comment peut-on s’assurer qu' »une personne avec une taille corporelle plus petite peut atteindre les boutons? », se demande Werts.

L’agence entend donc travailler avec le Britannique, John MacPhail, pour trouver le meilleur moyen d’identifier et d’éliminer les éventuelles difficultés.

Kamran Malik, directeur général de l’organisation caritative britannique Disability Rights, a déclaré qu’il y avait « un grand enthousiasme » à propos de ce projet car les personnes ayant des besoins spéciaux sont « exclues des grandes réalisations de l’humanité ».

« Si nous voulons vraiment explorer l’univers, nous devons accepter qu’il ne peut pas être attribué à un groupe spécifique de personnes », a-t-il déclaré à l’AFP. Il salue la décision de l’Agence spatiale européenne de travailler avec les astronautes pour connaître leurs besoins.

« Je suis un utilisateur de fauteuil roulant et c’est beaucoup mieux quand les gens me demandent ce qui fonctionne pour moi et ce dont j’ai besoin, plutôt que de faire des suppositions sur ce qu’une personne peut et ne peut pas faire », dit-il.

Il note qu’adolescent, il rêvait de devenir astronaute en regardant le lancement d’un vaisseau spatial. Et il dit : « Bien sûr, ils m’ont vite répondu tout à l’heure que ça n’arriverait pas, et on m’a dit : « N’aspire pas à être astronaute. » … Aujourd’hui, je regrette de ne pas avoir poursuivi mon rêve.


Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *