Présentations du journal du soir du mercredi 13/04/2022

* Introduction au journal télévisé libanais

La phrase sonore que les Libanais répètent à chaque fois que le souvenir de la guerre civile qui a éclaté le 13 avril 1975 s’efface, mais passant des désirs à la réalité libanaise actuelle, ce à quoi nous assistons aujourd’hui est-il meilleur que la guerre de l’an 75 ? Au-delà de la question, qui d’entre nous n’entend pas tous les jours qui dit : Nos jours sont pires que les jours de guerre !

Et si la chute du pays par les fusils et les canons s’appelle la guerre, qu’appelle-t-on tomber au fond de l’enfer ??!!

Au milieu des interrogations, les Libanais apprennent-ils vraiment à vivre ensemble ? Ou la logique de la trahison est-elle terminée ? La logique de la restauration de la guerre civile a-t-elle décliné ?

Au moment des élections, le gouvernement fait une course contre la montre pour faire passer les réformes demandées par le FMI avant d’être fouillé jusqu’au 15 mai et d’entrer dans la phase de faire des affaires depuis le 16 mai au Caire dans les prochaines heures.

Alors que Beyrouth misait sur la facilitation américaine du projet gazier égyptien et le libérait des effets de la loi César, la surprise du département d’État américain est venue avec une déclaration très médiatisée sur ce qu’il a appelé l’ingérence politique dans le système judiciaire, les arrestations arbitraires et la sécurité du Hezbollah. rôle, ce qui pose la question du moment de cette déclaration, notamment dans le sillage de la détente des relations du Golfe libanais et des progrès préliminaires des négociations record avec le FMI.

Dans les médias, les dossiers de Lebanon TV seront à l’ordre du jour du prochain conseil des ministres, qui suivra celui de demain au Palais républicain, a confirmé aujourd’hui le ministre de l’Information Ziad Makari après sa rencontre avec le président Mikati au sérail.

* Introduction à l’émission de nouvelles télévisées NBN

En période de jeûne… et en pleine campagne électorale sur la scène intérieure, la crise du pain est réapparue, restaurant presque l’image des files d’attente devant les boulangeries, après que les Libanais aient dû sillonner plusieurs boulangeries à la recherche de un paquet de pain après que la farine ait été coupée avant que les efforts du président du Parlement Nabih Berri ne réussissent

D’un point de vue législatif et parce que l’accent est mis sur les droits des déposants et la protection des déposants, la réunion des commissions parlementaires s’est terminée sans l’approbation de la loi sur le contrôle des mouvements de capitaux, et mardi prochain une nouvelle réunion se tiendra avec des amendements à l’article premier de la loi d’une manière qui protège la durée de vie des personnes.

Du côté du gouvernement, l’exécutif est en train de renvoyer les réformes inscrites au plan de relance avec des projets de loi au Parlement, à commencer par le conseil des ministres, qui se tiendra demain matin à 11 heures au Palais républicain et comportera 29 points. à son ordre du jour, notamment dans le cadre de la présentation que fera le Premier ministre Najib Mikati sur l’accord initial signé avec le Fonds monétaire international puis présentera le projet de loi modifiant le secret bancaire, qui sera diffusé aux ministres lors de la session en cours, et le projet de loi spécial qui vise à autoriser le gouvernement à emprunter à la Banque du Liban sur la base de l’article 91 de la loi sur la monnaie et le crédit et un décret renvoyant ce projet de loi à la Chambre des représentants.

* Introduction au bulletin d’information MTV

Les Ambassadeurs d’Arabie Saoudite et du Qatar au Palais Présidentiel et l’Ambassadeur du Koweït au Grand Sérail. Le mouvement diplomatique clair et évident dans le Golfe prouve que le retour des Etats du Golfe est une réalité qui s’affirme, mais la question est celle de la nature du retour et de ses perspectives et possibilités.

La partie du Golfe estime que l’heure n’est pas à la politique en soi, mais plutôt au soutien économique et social au Liban. Pour cette raison, le Fonds commun franco-saoudien a été créé, dédié à l’aide humanitaire, à la stabilisation et au développement au Liban. En revanche, il existe une opinion contraire qui considère que le rôle socio-économique doit à terme être complété par un rôle politique voire électoral.

Mais les indicateurs jusqu’à présent ne prédisent pas une telle chose. C’est comme si les pays du Golfe dirigés par l’Arabie saoudite préféraient laisser le peuple du pays jouer le jeu politique, estimant que le peuple libanais connaît mieux ses conditions et son atmosphère politiques. Le retour du Golfe restera-t-il purement économique et humain, ou prendra-t-il progressivement un caractère politique qui se reflétera dans les résultats des élections législatives ?

La scène était différente au Star Square. Les commissions mixtes n’ont pas accepté la loi sur le contrôle des capitaux et il a été convenu qu’une autre réunion se tiendrait mercredi prochain. Indépendamment de ce qui s’est passé aujourd’hui dans les commissions mixtes, les indicateurs ne suggèrent pas que la loi parviendra à l’Assemblée générale avant les élections si le rythme des travaux se poursuit à un rythme aussi lent.

Le passage d’une semaine à une semaine peut être intentionnel et son but : une perte de temps pour ne pas embarrasser des candidats qui sont à l’aube d’une campagne électorale dans un mois et deux jours. Pendant ce temps, avant la fin du remue-ménage sur la question de la farine, un nouveau problème est apparu, matérialisé par la suspension de la fourniture d’une gamme d’anesthésiques à l’hôpital, exposant les patients au risque d’effectuer des opérations sans anesthésie. Le peuple libanais est-il destiné à passer d’une crise à l’autre et d’un danger à l’autre ?

Par conséquent, O Libanais, participez massivement aux prochaines élections. Pour changer : « Votre voix sonne et votre voix sonne… et le 15 mai, laissez votre voix changer. »

* Introduction au bulletin d’information LBC TV

L’Iran retire les Gardiens de la révolution de la liste terroriste américaine, ou les deux parties cherchent-elles un échange d’entente qui ouvre la porte à un accord qui montrera les premiers signes d’une rencontre directe américano-iranienne ?

Le cessez-le-feu a également été retiré en ce qui concerne le dossier yéménite, qui connaît un cessez-le-feu sur le terrain, le premier du genre en huit ans, accompagné de négociations calmes et de changements politiques majeurs au Yémen qui contribueront à apporter une solution.

Le bilan des relations saoudo-iraniennes est à nouveau calme, tout comme celui des relations Golfe-Syrie.

Quant au dossier libanais complexe, l’atmosphère de calme s’est reflétée positivement et s’est traduite par le retour des ambassadeurs du Golfe au Liban et la baisse du niveau des discours hostiles à leur encontre sur le terrain.

Que la France ait joué un rôle clé dans le cessez-le-feu, au moins au Liban, cela ne fait aucun doute, Paris et derrière elle les autres pays occidentaux craignent que les élections législatives se tiennent à temps et que les Libanais ne s’effondrent complètement.

Sur cette base, la France a convaincu l’Arabie saoudite, puis les Émirats arabes unis, de créer un fonds d’aide et d’assistance aux Libanais, et un comité préparatoire conjoint a commencé à mettre en œuvre des projets d’assistance, à un moment où plus d’un État du Golfe devrait apporter des fonds. .

Si grand est le calme intérieur pour l’instant, qui devrait inciter l’exécutif et le législatif à agir plus que sur un seul front et à sécuriser rapidement la base juridique pour l’ouverture de négociations, surtout avec le Fonds monétaire international, puisque tous les autres les options ont échoué.

Cela s’est traduit par le début du débat proprement dit sur la loi sur le contrôle des mouvements de capitaux au Parlement aujourd’hui, avec une reconnaissance implicite par tous les blocs que la loi sera adoptée, à un moment où tous les yeux sont tournés vers la réunion du gouvernement de demain à Baabda. où les ministres discuteront de l’offre du secrétaire au Trésor et puiseront dans les droits de tirage spéciaux du Liban, c’est-à-dire les fonds de l’État, et non les déposants, pour payer le prix du blé et des médicaments et donneront à l’Electricité du Liban une avance de trésorerie pour effectuer les travaux d’entretien général.

Quant à la question des formations diplomatiques, elle a été gelée et ne sera pas mise hors de l’ordre du jour des ministres après que la manipulation politique et sectaire des quotas ait conquis le bon sens et les normes diplomatiques.

* Introduction au bulletin d’information OTV

D’ici aux élections législatives, ne vous attendez pas à des miracles.

Ce que le système, le pays et le peuple ont contrôlé pendant 32 ans, soit depuis le 13 octobre 1990, n’a pas réussi aujourd’hui, à 32 jours des élections législatives du 15 mai 2022, que beaucoup considèrent comme la cheville ouvrière Indifférence du peuple à étendre la situation existante avec tous ses mauvais côtés, souverains, économiques et financiers.

Celui qui n’a rien produit en 32 ans que la corruption et l’échec n’obtiendra ni un budget réformé ni un contrôle correct des capitaux en 32 jours.

Celui qui n’a rien produit d’autre qu’un effondrement financier et une déchéance morale en 32 ans n’obtiendra aucun redressement financier ni réveil de conscience en 32 jours.

Et quiconque n’a rien produit d’autre que de la rébellion et de la diffamation en politique en 32 ans n’y arrivera pas en 32 jours par respect pour la souveraineté et la liberté de raison et de décision.

C’est notre réalité libanaise aujourd’hui, où les gens sont à nouveau confrontés à de nombreuses options, dont les meilleures sont amères :

Quand il renouvelle le système, il est renouvelé pour l’effondrement et ses causes et causes.

Et lorsqu’il choisit les alternatives, il est confus et perdu, à l’exemple de celles présentées comme des alternatives, réparties sur des dizaines de programmes et de réglementations, et au milieu d’une forêt de slogans contradictoires et loin de la réalité.

Mais si l’électorat libanais décide de gouverner avec raison et logique, alors il procède à une comparaison historique et objective entre les candidats des partis et des personnalités, basée sur des propositions et l’identification des obstacles et du groupe d’insatisfaction politique que tous projets et réformes entravé la construction d’un avenir meilleur au lieu d’amener des blocs parlementaires au parlement, se mêlant de sectes et de sectes pour protéger la corruption, défendre les corrompus et perpétuer toutes les causes de la crise.

Et parce que nous sommes à 32 jours des élections générales, nous répétons : souvenez-vous, Libanaises et Libanais, que non, tous ne veulent pas dire tous, indépendamment des campagnes, de la propagande, des insultes, des brimades, de la déformation de la vérité et de l’intense et continue focalisation et mentir depuis le 17 octobre 2019. Et quand vous pensez aux élections, libérez votre esprit et votre cœur, libre de toutes influences et contraintes, et votre regard est global et objectif, puis votez qui vous voulez, libre et responsable. Affrontez tout le monde et ne craignez personne qui ne l’était pas.

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.