Qui sont les dix Italiens condamnés pour terrorisme que l’Italie exige de la France ? – Nouvelles Alfajr

L’Italie a accusé dix anciens militants d’extrême gauche, dont certains vivent en France depuis plus de 30 ans, d’avoir perpétré des attentats terroristes au cours des « années de plomb » des années 1970-80. La cour d’appel de Paris doit statuer mercredi sur la procédure d’extradition.

Six anciennes Brigades rouges

. Marina Petrella : Née à Rome le 23 août 1954, l’ancienne commandante de la « colonne romaine » des Brigades rouges devait être livrée fin 2008, mais le président Nicolas Sarkozy a bloqué le décret pour des raisons de santé. Cette assistante sociale, qui vit en France depuis 1993, s’est laissée mourir et a été internée en hôpital psychiatrique. « Ils ne prendront que mon corps », a-t-elle dit à son mari.

Emprisonnée en Italie de 1979 à 1980 puis de 1982 à 1986, elle est condamnée à la réclusion à perpétuité, notamment pour implication dans l’assassinat du commissaire Sebastiano Vinci le 19 juin 1981 à Rome, ainsi que pour tentative d’enlèvement d’un député – Police Préfet Nicola Simon en 1982.

. Roberta Cappelli est née à Rome le 5 octobre 1955. Ce militaire a été condamné à la réclusion à perpétuité, notamment pour « association à des fins terroristes » et « meurtre au premier degré ». Elle a été impliquée dans les meurtres du général Gallavigi, du policier Michel Granato et du commissaire Vinci entre 1979 et 1981 à Rome.

Roberta Cappelli, ancienne doyenne, à la cour d’appel de Paris pour examiner la demande d’extradition présumée de l’Italie pour 10 anciens militants d’extrême gauche le 20 avril 2022 (AFP/Archives – Emmanuel Dunand)

La justice française s’était prononcée en faveur de son extradition en 1995, mais le décret n’a pas été appliqué par le président Jacques Chirac.

Réfugiée en France en 1993 et ​​mère d’un enfant, elle devient enseignante spécialisée.

. Sergio Tornaghi est né le 24 mars 1958 à Milan. Cet ancien doyen, membre de la colonne milanaise de Walter Alassia, accusé d’avoir participé à l’assassinat de son directeur d’usine milanais Renato Briano en novembre 1980, est condamné à la réclusion à perpétuité par contumace.

La justice française s’est prononcée à deux reprises contre son extradition en 1986 et 1998. Le chef de projet informatique à la retraite, père de deux enfants, vit en Dordogne dans le sud-ouest de la France.

Sergio Tornaghi, ex-doyen, à Bordeaux en juin 2008 (AFP / Archives – Jean-Pierre Muller)

. Giovanni Alimonti est né le 30 août 1955 à Rome. Entre autres choses, il a été reconnu coupable d’avoir tenté d’enlever le sous-gouverneur Nicola Simon, tout comme Marina Petrella. Pour « participation à une bande armée » et « association à des fins terroristes », il doit encore passer onze ans et demi de prison.

Réfugié en France depuis 1983, père de deux filles et grand-père. En 1992, la justice française rend un avis favorable à son extradition, mais aucun décret n’est signé.

. Enzo Calveti est né le 17 février 1955 à Mafalda (Molise, centre du pays). Egalement membre des Brigades rouges, il est condamné par contumace à 18 ans de prison pour avoir tenté d’enlever le directeur adjoint de la branche antiterroriste de la police de Rome en 1982. En 1990 devant la justice, les Français l’extradent, mais ce n’était pas un édit signé.

Marié, retraité après avoir été psychothérapeute.

. Maurizio Di Marzio : Né le 6 juillet 1960, l’ancien commandant de la Brigade rouge a été condamné à 14 ans de prison, notamment pour son rôle avec Marina Petrella et Giovanni Alimonte dans la tentative d’enlèvement du lieutenant-gouverneur Simon. Après environ six ans de prison, il s’installe en France au début des années 1990. Ce restaurateur parisien a été arrêté en 1994 mais la procédure d’extradition n’a pas abouti.

L’Italie prétend maintenant qu’il purge la peine restante de cinq ans et neuf mois pour l’attaque armée du 30 juillet 1981 contre un véhicule blindé annoncée par les Brigades rouges.

– Quatre anciens membres d’autres groupes armés de gauche –

. Narciso Manenti, né le 22 novembre 1957 à Telgate près de Bergame (Nord). Il est membre des « noyaux armés de la contre-force régionale » et a été condamné à la réclusion à perpétuité en mars 1979 à Bergame pour le meurtre d’un gendarme, Giuseppe Guerreri.

Réfugié en France depuis près de 40 ans, il a exercé divers métiers – décorateur, directeur d’une société de communication, artisan dans un théâtre -. Il est marié à une Française et a trois enfants et un grand-père. En 1987, la justice française a refusé de l’extrader.

. Giorgio Petrostefani est né le 10 novembre 1943 à L’Aquila (Abruzzes, centre). Ancien dirigeant du mouvement ouvrier marxiste « Lot Continues », il a été condamné à 14 ans de prison pour son rôle dans l’assassinat en 1972 du commissaire Luigi Calabresi à Milan. Après une greffe de foie, il a dû être hospitalisé tous les trois mois.

Une photo non datée du commissaire Luigi Calabresi, assassiné par les Brigades rouges devant son domicile à Milan le 17 mai 1972 (AFP/Archives-)
Une photo non datée du commissaire Luigi Calabresi, assassiné par les Brigades rouges devant son domicile à Milan le 17 mai 1972 (AFP/Archives-)

Pour le fils du commissaire, le journaliste italien Mario Calabresi, « il ne peut y avoir de zones de non-droit pour quelqu’un qui a été tué, mais je ne peux pas me contenter de voir une personne âgée et malade rester si longtemps en prison », les faits.

. Luigi Bergamin : Italien né en août 1948 à Cittadella près de Padoue (nord) est un ancien combattant du groupe Prima Linea. Exilé en France depuis 1982 et traducteur, il aurait participé à l’organisation de l’assassinat du surveillant Antonio Santoro – tué par Cesar Battisti à Udine (nord-est) en juin 1978. Son extradition a été refusée. Au début des années nonante.

. Raffaele VENTURA : Né le 25 octobre 1949, le cinéaste de 71 ans a été condamné à 24 ans de prison pour son implication dans le meurtre en mai 1977 du policier Antonio Costa à Milan. Au contraire, en tant qu’ancien membre des « formations communistes combattantes », selon la justice italienne, il affirme avoir été membre du mouvement « d’autonomie ouvrière », qui « n’a jamais prôné la lutte armée ». Il obtient la nationalité française en 1986, renonçant à la nationalité italienne.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.