Regarder: La France intercepte un navire russe dans la Manche en raison des sanctions imposées à Moscou

Les douanes françaises ont intercepté un navire marchand transportant des véhicules à destination de Saint-Pétersbourg, soupçonné d’être lié à une compagnie russe visée par les sanctions de l’Union européenne contre Moscou, et sa route vers Boulogne-sur-Mer dans le nord de la France a été déviée, a annoncé samedi l’autorité maritime. à l’agence de presse AFP.

Le navire de 127 mètres de long, qui a été intercepté par les douanes au large de Honfleur vendredi soir, « est soupçonné d’être lié à des intérêts russes ciblés ». avec pénalitésComme l’explique Véronique Magnian, chargée de communication régionale, Administration maritime.

Elle a expliqué qu’un patrouilleur des douanes, assisté d’un patrouilleur de gendarmerie et d’un patrouilleur naval, a escorté le navire battant pavillon russe Baltic Leader pour quitter Rouen.

Selon Manyan, la société propriétaire du navire appartient à un homme d’affaires russe qui figure sur la liste des personnes sanctionnées de l’Union européenne.

Manian a ajouté que la route du navire avait été détournée vers le port français de Boulogne-sur-Mer entre 3h00 et 4h00 (02h00-03h00 GMT), ajoutant que les douaniers effectuaient des inspections et que l’équipage du navire était coopératif.

Les douanes procèdent actuellement à des inspections à bord du navire pour confirmer ces connexions.

Le journal français La Voix du Nord, qui a rapporté la nouvelle en premier, a déclaré que le navire s’appelait « Baltic Leader », qui, selon Marine Traffic.com, battait pavillon russe.

Un porte-parole de l’ambassade de Russie à Paris a déclaré à l’agence de presse TASS que le capitaine du navire avait contacté l’ambassade, qui a ensuite contacté les autorités françaises pour demander une enquête sur l’incident.

L’ambassade a ajouté dans un communiqué envoyé à Reuters qu’elle enverrait une note de protestation au ministère français des Affaires étrangères concernant l’immobilisation du navire, affirmant qu’elle imposait la mise en œuvre de ces sanctions.

Jeudi, l’Union européenne a adopté un ensemble de sanctions sans précédent contre la Russie en réponse à son invasion de l’Ukraine, juste avant que Londres et Washington ne durcissent leurs restrictions, mais sans prendre de mesures drastiques.

Félix Germain

"Fan du Web. Étudiant au bacon d'une humilité exaspérante. Organisateur. Totalement expert de Twitter. Communicateur amical. Joueur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.