Responsabilité du ministre de la Santé sur la question de la migration de 1 200 médecins vers la France

Saignements parmi le personnel médical en Algérie (Al-Araby Al-Jadeed)

La question des 1 200 médecins algériens émigrés pour travailler en France après l’annonce définitive de leur réussite au contrôle de conformité avec les autorités sanitaires françaises est poussée plus loin en Algérie après que le Parlement a ordonné au ministre de la Santé Abderrahmane Benbouzid d’expliquer le contexte de cette hémorragie parmi le personnel médical en Algérie. .

Le député Zuhair Nasri, du bloc Front de libération nationale de la ceinture gouvernementale, a adressé une déclaration de responsabilité au ministre de la Santé Abd al-Rahman bin Bouzid, accusant les autorités de la migration des compétences médicales vers les conditions professionnelles et sociales. On blâme tout sur les médecins qui veulent travailler à l’étranger, notamment en France, ils cherchent des opportunités comme les autres citoyens. »

Le député Nasri a appelé le ministre de la Santé à divulguer les plans du gouvernement dans cette affaire pour « remédier aux situations avant qu’elles ne s’aggravent et ne causent des complications plus difficiles pour la société algérienne », ainsi que la nature des efforts du ministère et l’étendue de la « coordination avec les positions « . que vous jugez compétent pour enquêter en profondeur sur le phénomène et trouver des solutions satisfaisantes pour toutes les parties ». Il s’est demandé si l’émigration des médecins était uniquement liée « à la situation financière du médecin et à sa situation sociale en général, ou à d’autres raisons et s’il existe toute inexactitude ou toute autre raison que nous aimerions clarifier ».

Le ministère français de la Santé avait publié des données confirmant la réussite de plus d’un millier de médecins algériens à l’examen et à l’équivalence des certificats, qui représentent la principale porte d’accès à l’exercice de la profession de médecin en France, dont ces derniers peuvent bénéficier gratuitement de les cadres médicaux prêts à l’emploi, pour la formation desquels l’Algérie a dépensé des millions. Cela a suscité une controverse et des inquiétudes généralisées en Algérie concernant de nouvelles hémorragies parmi le personnel médical et la fuite des compétences à l’étranger en raison du manque de financement et des mauvaises conditions sociales et professionnelles des médecins en Algérie.

Il y a deux semaines, 28 médecins d’un hôpital public de la région de Chachar, dans l’est de l’Algérie, avaient déposé leur licenciement collectif pour des problèmes professionnels présumés et des conditions de travail inappropriées à l’hôpital, qui reflètent les abus et les humiliations pratiqués sur les médecins par l’administration.

Les médecins en Algérie souffrent de conditions de travail difficiles en raison de problèmes d’équipement hospitalier et d’une mauvaise gestion du secteur de la santé, en plus de leurs bas salaires dans les hôpitaux publics, qui ne dépassent souvent pas un maximum de 500 euros, alors que le médecin commence à exercer son travail au début de son parcours avec beaucoup moins.

Le 11 janvier, alors qu’il présidait une conférence sur la réforme du système de santé en Algérie, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a promis que 2022 serait officiellement l’année de la réforme du secteur de la santé et de l’amélioration des conditions de travail des médecins et du personnel médical en général, de l’amélioration de leur situation matérielle et sociale. La conférence a élaboré un plan urgent pour améliorer les salaires et les traitements du personnel médical.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.