Signes de « changements positifs » .. Journal: Le roi du Maroc pourrait se rendre en Algérie pour assister au sommet arabe

L’avocat du chef récemment nommé de la mission diplomatique d’Israël au Maroc, David Govrin, a déclaré que les dernières allégations portées contre lui avaient été « fabriquées par le chef de la sécurité de la mission » en raison de différences personnelles entre eux, selon le rapport. Journal Yedioth Ahronoth Israël, citant son avocat.

Govrin a été convoqué par le Département d’État pour mener des enquêtes sur des allégations d’un large éventail d’irrégularités sexuelles et financières à la mission.

Allégations contre la représentation israélienne à Rabat : affectent-elles les relations diplomatiques avec le Maroc ?

Dans le cadre de l’enquête du ministère israélien des Affaires étrangères sur les allégations liées à sa mission appelée au Royaume du Maroc l’année dernière, des questions ont été soulevées quant à savoir si les allégations d’irrégularités sexuelles et financières pourraient affecter les relations diplomatiques, qui s’améliorent considérablement après la signature de l’accord. Accords d’Ibrahim.

En réponse aux allégations, l’avocat de Govrin, Dror Matityahu, a envoyé une lettre au directeur général du ministère des Affaires étrangères, Alon Oshbis, affirmant que le responsable de la sécurité « avait fait ces allégations par vengeance », selon le journal.

« La racine de toutes les allégations non fondées est un fonctionnaire pris en flagrant délit qui agit maintenant par haine et vengeance pour nuire à l’ambassadeur », lit-on dans la lettre.

Il a expliqué que l’officier, nommé Ran Mitzuyanim, avait eu un désaccord majeur avec le chef de la mission alors qu’il était à Rabat après que ce dernier a porté plainte contre lui pour utilisation abusive du véhicule de sécurité de la mission en février dernier.

Et en avril, l’ambassadeur a rétrogradé Mitzuyanim après l’avoir jugé inapte à occuper le poste de chef de la sécurité de la mission et estimant que rester à son poste causerait un « dommage diplomatique ».

En réponse, selon l’avocat de Govrin, « Mitsuianim a communiqué avec divers médias et a lancé une campagne de diffamation contre l’ambassadeur », considérant sa campagne comme une « tentative de nuire à l’ambassadeur et de le démettre de ses fonctions de manière inacceptable ».

L’avocat a déclaré que les allégations de harcèlement sexuel « provenaient apparemment d’une femme fictive » et que les allégations n’avaient pas été faites directement à Govrin.

Néanmoins, dans des déclarations au journal, de hauts responsables du ministère israélien des Affaires étrangères ont mis en doute la possibilité que Govrin puisse reprendre son poste au Maroc suite à ces allégations.

Le journal a rapporté que Guvrin avait de mauvaises relations avec d’autres responsables de la mission, quatre membres du personnel les ayant récemment démissionnés ou expulsés.

Selon le journal The Times of Israel, la décision d’assigner à comparaître Govrin a été prise par le directeur général du ministère des Affaires étrangères après une enquête préliminaire menée par une délégation israélienne de haut niveau arrivée au Maroc pour recueillir les témoignages du personnel du ministère.

Et Yedioth Ahronoth a parlé d' »un état de chaos au sein du ministère israélien des Affaires étrangères » dans un rapport antérieur à l’époque.

Le rapport n’a pas fourni de détails sur l’enquête du ministère, mais a mentionné avoir reçu des plaintes d’anciens employés de la mission israélienne à Rabat, que Govrin avait licenciés à plusieurs reprises.

Le Times of Israel a souligné que « les accusations les plus graves » concernent l’exploitation de plusieurs femmes locales, « ce qui pourrait conduire à de profondes turbulences diplomatiques avec le Maroc. En plus des accusations de harcèlement au sein même de la mission.

Elle a déclaré que le ministère israélien des Affaires étrangères enquêtait sur un certain nombre de « problèmes financiers et administratifs, notamment la disparition d’un cadeau très précieux envoyé par le roi du Maroc (Mohammed VI) pour marquer le jour de l’indépendance d’Israël ».

Elle a ajouté que ces cadeaux sont généralement enregistrés et donnés au gouvernement, « mais ce but semble avoir disparu sans enregistrement ».

Le Times of Israel souligne que Guvrin est considéré comme un diplomate chevronné et expérimenté, ayant travaillé pour le ministère des Affaires étrangères depuis 1989, parle couramment l’arabe et a été nommé ambassadeur en Égypte de 2016 à août 2020.

Les relations entre le Maroc et Israël se sont améliorées depuis la normalisation des accords d’Ibrahim sous les auspices de l’administration de l’ancien président américain Donald Trump en 2020 pour l’adhésion du royaume aux Émirats arabes unis et à Bahreïn.

Il est prévu qu’Israël et le Maroc maintiennent des bureaux de liaison dans une première phase en vue de l’ouverture future d’ambassades complètes.

Le royaume a récemment été témoin de plusieurs visites de hauts responsables israéliens, et les deux pays ont signé des accords de coopération économique, culturelle et de défense.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.