Snapchat lance une version payante de l’application

L’association de football « FIFA » a annoncé vendredi qu’elle utiliserait une nouvelle technologie pour améliorer le système de surveillance des infiltrations avec des caméras de suivi spécialisées lors des matchs de la Coupe du monde qui se joueront au Qatar cette année.

Il a expliqué la nouvelle technologie « semi-automatisée », qui utilise plusieurs caméras pour suivre les mouvements des joueurs, en plus de capteurs spéciaux pour suivre le ballon, qui s’affiche sur des écrans « 3D » pour aider les arbitres.

Un rapport de l’Associated Press indique que « c’est la troisième année consécutive » que la Coupe du monde coïncide avec l’introduction de nouvelles technologies pour assister les arbitres.

En 2014, à la suite d’une tristement célèbre erreur d’arbitre en 2010, la FIFA a introduit la technologie de ligne de but au Brésil et en 2018 a introduit la technologie d’arbitre assistant vidéo connue sous le nom de « VAR ».

La nouvelle technologie de détection d’intrusion est plus rapide et plus précise que le système d’arbitrage par assistant vidéo.

Lors des matchs de la Ligue Europa, l’utilisation de la technologie d’assistant vidéo pour les arbitres « VAR » était controversée en raison des soi-disant « marges minces ».

Pierluigi Collina, qui a dirigé le programme d’arbitrage de la FIFA et travaillé sur la finale de la Coupe du monde 2002, a déclaré : « Bien que ces techniques soient absolument précises, leur précision peut toujours être améliorée. »

Chaque stade du Qatar disposera de 12 caméras qui suivront 29 points de données différents sur le corps de chaque joueur. Les données sont lues 50 fois par seconde et ces données sont traitées grâce à l’intelligence artificielle pour créer une ligne 3D et alerter les arbitres en cas de hors-jeu.

Johannes Holzmuller, directeur de l’innovation à la FIFA, a déclaré que les capteurs suivent le ballon et son accélération, et identifient le « point de poussée » le plus précis sur une passe de jeu pour le faire correspondre aux données de la ligne de hors-jeu.

Il a souligné qu’à quelques secondes d’un éventuel hors-jeu, les arbitres pouvaient vérifier l’endroit du coup franc tiré.

Le système a été testé pour la première fois lors des matchs de la Coupe arabe au Qatar.

Et la FIFA veut adapter au maximum la technologie pour éviter les erreurs qui peuvent survenir lors de la Coupe du monde.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *