« Tafakar » .. Comment l’économie absorbe-t-elle la dette? (Vidéo) | nouvelles

durée de la vidéo 15 minutes 08 secondes

Dans l’épisode de cette semaine de l’émission « Fakir », le Dr. Mustafa Al-Mrabet la relation entre économie, religion et sociologie en référence à l’histoire récente et à la réalité actuelle.

Les précurseurs du rapport entre religion et économie – ou plus précisément du rapport entre consommation et religion – ont commencé avec la religion du christianisme, car on ne peut comprendre l’engloutissement de la religion par l’économie sans comprendre comment le protestantisme a émergé spécifiquement en Occident.

Avec le protestantisme, la soi-disant « économie religieuse » est née avec Adam Smith, puis a atteint sa maturité avec Max Weber et son célèbre livre Le capitalisme et l’esprit protestant.

À cet égard, Max Weber a déclaré que « les protestants ont contribué par rapport à la propriété du capital, à la gestion et à la propriété des grands hommes d’affaires au sein des grands établissements industriels et commerciaux modernes ».

Cela signifie que les protestants étaient alors l’épine dorsale de l’économie alors qu’ils luttaient pour créer les meilleures conditions de progrès en termes économiques, mais ce qui est important dans la proposition de Max Weber, c’est sa déclaration selon laquelle le capitalisme est avant tout un système moral est ce qui était cohérent avec la tendance réformiste protestante.

Par conséquent, Max Weber a constaté que les propriétaires de l’argent et du commerce en Allemagne étaient pour la plupart des protestants par rapport à quelques catholiques.La croissance économique a suivi la Réforme protestante en Allemagne, ce qui a conduit de nombreux Allemands à abandonner l’enseignement de l’ascétisme de l’Église catholique et à adopter l’église évangélique. pour atteindre la prospérité économique.

Et le désir de travailler pour le gain et le profit n’est pas une chose capitaliste, il découle de l’instinct humain, mais le capitalisme a rationalisé cet instinct, et la relation entre l’économie et la religion est ancienne et n’a pas commencé uniquement avec le protestantisme, mais avec le protestantisme lui a ajouté un caractère rationnel.

Si nous regardons le Noble Coran, nous trouverons un certain nombre de concepts appartenant au monde de l’économie, tels que l’arithmétique, la punition, l’achat et autres, mais le Coran les a retirés du cercle des relations avec les gens dans le cercle de traiter avec Dieu, et ce n’est pas différent dans le judaïsme et le christianisme.

La relation entre religion et économie a toujours été imbriquée : la religion n’a pas hésité à utiliser le lexique de l’économie dans le domaine de la foi, mais ce qui est nouveau ici, c’est l’utilisation de l’économie pour le lexique de la religion.

Aujourd’hui, nous ne reconnaissons plus la frontière entre le langage religieux et le langage économique, et le vocabulaire religieux est devenu courant dans le discours économique contemporain pour conférer le caractère sacré aux institutions de l’économie et à ses phénomènes, tels que « l’église ou le temple » contre « la banque » ‘ ou ‘la bourse’ et ‘saints et moines’ contre ‘là’. Directeurs de banque, « croyants » contre « actionnaires » et autres interactions.

Ainsi, le capitalisme a élevé l’activité économique du niveau de la spontanéité au niveau de la gestion, créant des systèmes rationnels qui plus tard marchandiseraient tout, y compris la religion et les croyances.

|

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.