Typhoïde, lèpre et fièvre… des épidémies qui ont consumé les cadavres des Marocains sous le protectorat français

Maad Al Yakoubi, chercheur spécialisé en histoire contemporaine et intéressé par l’histoire sociale, a mené une étude sur les principales maladies et épidémies que le Maroc a connues pendant la « période de protection française », telles que la typhoïde, la variole, la peste, la lèpre et le paludisme. .., mettant en évidence les réactions de la société marocaine et de ses forces vives à l’époque et les manières concomitantes de prévenir ou de prévenir ces maladies dans le colonialisme, essayant de discerner la manière coloniale de traiter la santé des Marocains et notant ce qui était constant dans cette section pour le moment.

Dans le premier axe de l’étude, intitulé « Maladies et épidémies et moyens d’y faire face… Le Maroc colonial comme modèle », Maad Yakoubi a déclaré que « Dans la période entre 1912 et 1945, le Maroc a connu de nombreuses maladies et épidémies, et la typhoïde a été la plus dangereuse car elle s’est propagée aux villes de Fès, Marrakech, Berrechid, El Jadida et Salé, Témara et Debdo, et dans une plus large mesure Casablanca et Rabat, faisant des centaines de victimes dont celles qui sont mortes au bord de la route.

En termes de chiffres, le même chercheur a souligné qu’en 1937, signifiant « l’année de la famine », l’épidémie s’est propagée rapidement, faisant des centaines de blessés et de morts parmi les Marocains, à un rythme plus élevé que le seul nombre de blessés à Marrakech en décembre. Le 21 décembre 1937 on dénombre 437 cas dont 54 décès. Chez les Marocains, comme chez les Européens, 19 blessés sont recensés dont un mort. Il a ajouté que cette épidémie s’est propagée dans la ville de Casablanca en décembre 1937 et a duré jusqu’en juin 1938, d’où elle s’est propagée dans ses environs, notamment dans les régions de Chaouia et Doukkala, et Caliso a estimé à 10 000 cas de typhus pendant ces deux années.

L’émergence des épidémies avant le colonialisme

L’histoire des maladies et des épidémies s’inscrit dans l’histoire sociale, une histoire que l’on ne retrouve pas fortement représentée chez la plupart des journalistes et historiens du Moyen Âge aux frontières d’aujourd’hui, dont les sources et les références étaient dominées par des faits politiques et militaires plus que d’autres. Avant la colonisation directe, le Maroc a connu des pratiques sanitaires qui reflétaient une culture « médicinale » conforme aux structures archaïques existantes et aux moyens de production primitifs.

Le choix s’est porté sur cet aspect, compte tenu de son influence profonde et décisive sur le développement qu’a connu le Maroc aux niveaux économique, social, politique et démographique, ainsi que de son extension au présent et de la richesse d’un matériel historique contenant des chiffres, des statistiques et des enquêtes précises. , en particulier les rapports coloniaux officiels, pour aider à les mener. En tentant une analyse historique, vous arrivez à des conclusions importantes sur le sujet.

Le Maroc a gravement souffert de maladies dans la période précédant le colonialisme direct, notamment le choléra, selon (Jean Louis Miege), ainsi que d’hémorragies démographiques et de taux de mortalité élevés, qui ont persisté tout au long de la période de protection française au Maroc, en particulier la période de 1912 à 1947. , malgré la disponibilité d’installations et d’infrastructures de santé de l’administration coloniale.

Dans les premières années de la colonisation, la peste s’est propagée à de nombreuses régions, en particulier la région de Chaouia, où elle a fait environ 10 000 morts. Et c’était en 1911 et 1912 (Abdelhamid Hassine: Aspects de l’histoire épidémique du Maroc pendant la période de protection), et un an plus tard, l’épidémie de typhoïde et de paludisme (Palaudisme) s’est produite. À la fin de 1918, survint l’épidémie de rhume espagnol, qui se répandit parmi les médecins, les infirmières et les soldats et coûta la vie à de hauts fonctionnaires de l’administration coloniale française ; Parmi eux, Samuel Biarnay, chef du service pénitentiaire, et le colonel Henri Berriau, chef du service de renseignement.

La propagation des maladies pendant la période de protection

Entre 1912 et 1945, le Maroc a connu de nombreuses maladies et épidémies ; D’abord la typhoïde, la variole et la peste, puis la fièvre récurrente pendant la Seconde Guerre mondiale (Boudjemaa Royan : typhoïde au Maroc pendant la protection), et la typhoïde était la plus dangereuse puisque cette épidémie est associée à la famine et à la sécheresse depuis le 19ème siècle et continue pendant la période de protection. En 1913 et 1914, il est né à la suite d’une crise agraire causée par la sécheresse. Décrivant la situation pendant cette crise, Al-Mukhtar al-Susi a déclaré: « Les incidents comprenaient les prix excessivement élevés en 1331 AH et la pluie a été captée et pas une goutte n’en a coulé sauf dans ledit pays des sources tribales (Mokhtar Soussi ) elle s’étendit aux villes de Fès, Marrakech, Berrechid, El Jadida, Salé, Témara et Debdo, et plus largement à Casablanca et Rabat, « Dans les premiers mois de 1914, 600 cas furent enregistrés parmi les Marocains à Casablanca, 200 cas chez les Européens, 700 cas chez les Marocains à Rabat et 150 cas chez les Marocains à Rabat. Européens », selon Houel (H), Mes aventures marocaines.

Dans ce contexte, Boudjemaa Royan reproduit ce que le Dr. Krandorge dans ses mémoires a mentionné que le typhus a balayé l’est du Maroc au début de 1914, laissant une mauvaise santé parmi les armées, les pilotes qui étaient poursuivis et la population.

Au bout de six ans, l’épidémie de typhus s’étendra à nouveau à la périphérie du pays, en commençant par Taza, et quelques cas se produiront en décembre 1920 à la prison de Kettania et à Bab Doukkala à Fès. Au cours de l’hiver 1921, elle s’est répandue dans certains endroits de Port Lyuti (Kenitra), pour culminer en février et aussi en été parmi les ouvriers des chantiers et les prisonniers de Casablanca. L’épidémie n’excluait pas certains des médecins qui travaillaient pour la combattre ; Parmi eux figurent Auquier, Accolas, Gibert, Reboul, Bouis, Poulain et l’infirmière Frontault. A ce propos, Daniel Revey écrit : « Dans le premier tiers du XXe siècle, le typhus est devenu le fléau le plus terrible, le nombre de victimes qu’il a laissé sans doute moins grave que celui causé par la peste », selon Daniel Revie, qui écrit sur La médecine coloniale : un outil tyrannique tolérant pour la police de la population.

Typhoïde.. récidive et re-propagation

Au cours de 1927, à la suite de la sécheresse, en particulier dans la région du sud, qui « provoqua la famine dans laquelle la famine devint la plus grave et de nombreuses personnes moururent », le typhus réapparaîtra, enregistrant 6 512 cas dans la période entre la fin de 1926 et 1928. Royan rappelle ici que l’épidémie de février 1928 a coûté la vie à l’un des médecins les plus célèbres et elle fait référence à Paul Chatinières, qui a laissé un mot à son ami dix jours avant sa mort, disant : « Le typhus m’a piraté cette fois , et je l’ai un peu attendu, et malgré toutes les précautions que j’avais prises, et elles étaient nombreuses, il était difficile de ne pas être accro à une maladie qui transporte un pou… Ma Femme et moi attendons avec impatience toutes les opportunités. .. Je te demande en tant qu’ami de prendre soin de ma famille et de mes proches… ».

La période entre 1937 et 1945 connaîtra une deuxième étape au cours de laquelle l’épidémie de typhus se manifestera dans deux sphères ; La première a eu lieu en 1937 et 1938, et René Gallissot a appelé 1937 « l’année de la faim », et l’épidémie s’est propagée rapidement, faisant des centaines de blessés et de morts parmi les Marocains à un rythme supérieur au nombre de Blessés à lui seul la ville de Marrakech en décembre 21 décembre 1937 437 cas dont 54 décès chez les Marocains. Les Européens ont enregistré 19 blessés, dont un mortel.

Outre Marrakech, l’épidémie de typhus éclate également dans la ville de Casablanca en décembre 1937 et dure jusqu’en juin 1938, d’où elle se propage dans ses environs, notamment dans les régions de la Chaouia et des Doukkala. Caliso a estimé 10 000 cas de typhoïde au cours de ces deux années.

Le deuxième bal a eu lieu pendant la Seconde Guerre mondiale et s’est accompagné de l’aggravation d’une crise alimentaire et sanitaire profonde, « et la famine de 1945 a joué un rôle complémentaire dans ce sens, préparant physiquement les Marocains à vivre une typhoïde encore plus absurde et meurtrière ». fièvre. »

Parmi les régions comptant le plus de cas, on trouve la région de Taza, avec 176 cas en 1940. En 1941, les effets de l’épidémie s’intensifient, portant le nombre total de cas à 1666 dans l’ouest et l’est du Maroc, comme ce fut le cas en 1921. année En 1943, le nombre de personnes infectées a augmenté de 60 % pour atteindre 16 190 cas par rapport à l’année précédente. Au cours de l’année suivante, les cas tomberont à 30 061, selon les statistiques du département de la santé. Puis il revient fort en 1945, qui fut l’une des années les plus dures de faim, de misère et de faiblesse, le nombre de blessés atteint 8 000 et 158 ​​cas répartis sur la plupart des régions, les plus durement touchées furent la région de Chaouia puis Marrakech.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.