Un été humide après un printemps poussiéreux en Irak… et les experts préviennent de ce qui va arriver

Après un printemps de tempêtes de sable sans précédent que les experts attribuent à la désertification et au changement climatique, une vague de chaleur étouffe l’Irak, qui souffre de la détérioration du secteur énergétique, aggravant la souffrance des Irakiens.

Malgré l’augmentation annuelle de la température pendant la saison estivale en Irak, un grand nombre d’Irakiens n’ont toujours pas les moyens de se climatiser. En raison de la détérioration des infrastructures et des réseaux de transport d’électricité, la plupart des régions de l’Irak souffrent d’un manque d’électricité indicible pendant les jours d’été.

Pour compliquer les choses, l’incapacité d’une grande partie d’entre eux à lever des fonds pour soutenir le coût des générateurs d’électricité pour compenser la pénurie d’électricité, selon un rapport de l’agence de presse française.

Le coût d’un générateur privé pour une famille moyenne les jours d’été est d’environ 150 000 dinars (environ 100 dollars) par mois, ce qui n’est pas facile pour la plupart des Irakiens.

Dans un rapport de l’AFP, Umm Muhammad, 74 ans, cherche de l’air dans sa maison pauvre au toit de tôle à Bassora, et son petit ventilateur ne l’aide pas à respirer au-dessus de 45 degrés Celsius en été étant donné les températures élevées de l’Irak alors qu’il est encore dans la fleur de l’âge.

« Nous sommes fatiguées, nous sommes très fatiguées » de la chaleur accablante, dit la femme dans un soupir, reprochant au gouvernement la faiblesse des services de base, notamment l’électricité. Umm Muhammad fait partie des personnes qui n’ont pas assez d’argent pour résoudre le problème de la chaleur.

La femme dit : « Le gouvernement nous complique la vie au lieu de nous aider… Que devons-nous faire ?

Depuis début juin, le pays souffre d’une canicule accablante, avec des températures avoisinant les cinquante degrés Celsius même à l’ombre. Bien qu’habitués au temps généralement chaud de leur pays, de nombreux Irakiens se sentent fatigués ces jours-ci, surtout lorsqu’il y a une panne de courant la nuit.
Umm Muhammad dit nerveusement: « Il y a une coupure de courant la nuit, où allons-nous? Nous sommes fatigués et fatigués, je reste éveillé toute la nuit. »

La souffrance augmente à Bassorah en raison de l’humidité élevée due à la proximité du golfe, provoquant la transpiration et l’augmentation de la souffrance en été.

Un été lourd après un printemps poussiéreux

Cet été étouffant fait suite à un printemps de tempêtes de poussière sans précédent que les experts attribuent à la désertification et au changement climatique.

« Nous nous attendons à recevoir cet été plus de patients que de personnes souffrant d’un coup de chaleur », a déclaré à l’AFP le porte-parole du ministère de la Santé, Saif al-Badr.

« Les experts s’attendent à ce qu’il y ait plus de vagues de chaleur et des tempêtes de poussière plus fréquentes », a-t-il ajouté.

Début juin, le président irakien Barham Salih a appelé à l’action contre le changement climatique, déclarant : « La lutte contre le changement climatique doit devenir une priorité nationale pour l’Irak. Il n’y a pas de place pour l’inaction car il représente une menace existentielle pour l’Irak.

« Nous devons fortement soutenir les jeunes dans la protection du climat car ils sont la génération qui est témoin des effets dangereux du climat et la génération qui veut protéger leur avenir vivant et environnemental », a-t-il ajouté.

Les cultures agricoles souffrent d’une pénurie catastrophique cette année. À cet égard, Saleh a déclaré : « Le manque d’eau cause des dégâts dans tout l’Irak.

Selon le rapport, cependant, cela ne semble pas être une priorité en Irak.

Huit mois après les élections générales d’octobre 2021, les principaux partis politiques ne sont pas parvenus à s’entendre sur la nomination d’un nouveau Premier ministre et l’actuel Premier ministre, Mustafa Al-Kazemi, prendra la tête d’un gouvernement intérimaire.

Pour les 41 millions d’Irakiens, cela signifie qu’ils devront vivre plus longtemps « sans électricité », explique Al-Khafaji, un habitant de la ville méridionale de Nasiriyah.

« Je suis mature et je m’en sors, mais nous avons des petits enfants, des bébés et des vieilles femmes qui ne peuvent pas le supporter. Que disons-nous à cela ? C’est une tragédie.

Bien que l’Irak soit l’un des plus grands pays en termes de réserves de pétrole au monde, il souffre toujours de pénuries énergétiques et tente de combler ce déficit en important du gaz naturel d’Iran, qui fournit un tiers des besoins de ses centrales thermiques de ce substance.

Cependant, comme l’Irak n’a pas payé à Téhéran 1,6 milliard de dollars pour le gaz début juin, l’Iran a coupé le gaz irakien pendant des semaines, mais a finalement payé ces taxes. Cependant, les coupures de courant se poursuivent sans interruption.

Le porte-parole d’Al-Khafaji a acheté un petit ventilateur qui fonctionne sur batterie, mais l’air faible ne peut pas résister à la chaleur intense.

« Nous avons quatre ou cinq mois où les températures approchent les 50 degrés et nous arrivons à un point de désespoir », dit-il.

Il ajoute: « Où vont nos enfants? » et souligne qu’il n’y a pas de plage, de jardin ou de centres de loisirs aquatiques où ses enfants peuvent passer leurs vacances d’été.

« L’année dernière, nous avons passé la saison hivernale sans pluie, la pluie fait toujours baisser la température », dit-il.

La Turquie et l’Iran étranglent le Tigre et l’Euphrate

Le niveau des fleuves a également diminué en raison du manque de pluie et du manque de ressources en eau des pays voisins, car les deux voisins, la Turquie et l’Iran, ont construit des barrages le long des fleuves Tigre et Euphrate.

Si des solutions ne sont pas trouvées pour stopper l’impact de tous ces facteurs, l’Irak verra une baisse de 20% de ses ressources en eau d’ici 2050, selon la Banque mondiale.

Abbas Nasser, 20 ans, travaille comme journalier sur un chantier de la capitale. Malgré le sourire qui ne quitte pas son visage, il semble clair qu’il souffre des deux problèmes dus à la chaleur.

« La chaleur nous tue, nous sommes fatigués et nous transpirons beaucoup, nous ne supportons pas de travailler dans la chaleur. Mais si nous ne travaillons pas, la faim nous tue », dit-il.

Comme beaucoup d’autres, le jeune homme travaille onze heures par jour pour 30 000 dinars irakiens, soit l’équivalent d’environ 20 dollars.

Il ajoute qu’il demande parfois à l’employeur une pause pendant la chaleur, mais ils « n’acceptent pas et disent (tu dois travailler)… on ne peut rien faire ».

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.