Un interprète libyen partage les détails de sa détention dans les prisons secrètes du pays

Tripoli – (BBC):

Le 1er octobre 2020, Walid Al-Hudayri a été convoqué pour interpréter lors d’une rencontre entre des responsables libyens et plusieurs ambassadeurs étrangers dans la capitale, Tripoli.

Après la fin de la réunion, Al-Hudayri s’est rappelé avoir escorté l’ambassadeur congolais jusqu’à sa voiture, lui avoir dit au revoir, puis être retourné dans la salle de briefing pour récupérer ses affaires.

« À ce moment-là, j’ai trouvé des gens qui m’attendaient. Ils m’ont battu et giflé et m’ont kidnappé sous la menace d’une arme. Après cela, ils m’ont caché de la face de la terre. Je ne savais même pas où j’étais. »

Selon al-Hudayri, ce sont les services de renseignement qui ont envoyé les quatre hommes en civil dans l’une des prisons secrètes de Tripoli, parfois dirigées par des milices qui contrôlent de nombreux quartiers de la capitale.

Les Nations Unies ont largement documenté le phénomène des disparitions forcées d’un certain nombre de personnes à la suite de la révolution de 2011 qui a conduit à la chute du dirigeant de longue date Mouammar Kadhafi et a également conduit au chaos du pays.

« Je n’ai pas su où j’étais pendant 47 jours », raconte Al-Hadiri.

Les jours et les semaines qui ont suivi son enlèvement ont été comme un ouragan. Al-Hudayri a été accusé de rechercher des secrets militaires, placé à l’isolement, puis transféré dans un autre lieu, torturé et privé de tous les aspects de la vie normale.

Al-Hudayri poursuit : « Ils m’ont privé d’eau pendant trois jours et ils sont venus me frapper dans le dos trois fois par jour. Tu ne m’as jamais rien demandé. »

Après environ deux semaines, l’interrogatoire de Hudayri a finalement commencé et les coups dont il a été victime ont pratiquement cessé.

Il a été présenté au procureur et un mois plus tard, à la mi-novembre 2020, lui et un collègue également détenu ont été transférés à la prison d’Al-Ruwaimi à Ain Zara, une banlieue de Tripoli.

« Le jour où nous sommes allés en prison, nous nous sommes sentis libres, même si nous étions en prison, nous nous sommes sacrifiés au moins dans un certain système. »

Al-Hudayri ajoute que lui et son collègue n’étaient nulle part auparavant… nous ne savions pas que nous allions passer les 13 prochains mois dans cet établissement.

Au moment de son arrestation, Al-Hudayri ne travaillait au service de traduction du ministère des Affaires étrangères que depuis quelques mois.

Cadre ambitieux avec une formation dans les technologies de l’information et les droits de l’homme, Al-Hudayri a été nommé au poste de chef du département des communications et des technologies de l’information, une promotion qui lui a coûté bien plus qu’elle ne valait.

Initialement, Hodairi a été accusé de « pirater le système d’information secret du ministère ». Les médias ont rapporté qu’il avait été placé en garde à vue à la mi-octobre 2020 et ont publié une déclaration du bureau du procureur général selon laquelle les agences de renseignement l’avaient arrêté.

Puis lui et son collègue Sufian Merabet, un employé du département des technologies de l’information et de la communication du ministère, ont ensuite été accusés d’avoir « utilisé des moyens de communication longue distance dans le but d’obtenir des secrets de la défense ». Al-Hudayri a également été accusé d’avoir téléchargé des systèmes sur l’ordinateur serveur du ministère (serveur) et de l’avoir connecté à l’ordinateur d’un autre serveur en France, où son père travaille comme ambassadeur.

Le ministère français des Affaires étrangères a refusé de commenter l’affaire.

Mrabet a été détenu à peu près au même moment qu’Al-Hudayri, et les deux ont été libérés en janvier 2022 après une épreuve qui a duré environ 15 mois.

Al-Hadiri a qualifié ce qui s’est passé de « complot » et a accusé le directeur du Département des technologies de l’information et de la communication de l’époque – un homme qu’il décrit comme « lié à des personnalités influentes de Tripoli » – d’être à l’origine des « fausses » accusations portées contre lui pour l’empêcher de devenir chef de service, un poste qui apporte de nombreux avantages.

Après une campagne de plusieurs mois impliquant sa famille, ses avocats et le Comité national des droits de l’homme en Libye, dans laquelle il s’est porté volontaire, le tribunal a jugé que les allégations « n’ont aucune base réelle ou légale, mais (le résultat d’un différend entre co- ouvriers. »

La déclaration d’acquittement indique également qu’Al-Hadiri et Mrabet ont été contraints à des aveux, soumis à une répression « physique et psychologique » et « enlevés et emmenés dans un endroit où personne ne sait où ils se trouvent, ce que leurs familles se sont arrangés pour faire ». le parquet et déposer un rapport de personne disparue. »

Le verdict poursuit en disant que le médecin qui a examiné Al-Hadiri a trouvé « de nombreuses blessures, en particulier des ecchymoses sur le haut du corps, qu’il a subies au cours de la même période à cause d’un instrument contondant ou d’une tige métallique ».

Le ministère libyen des Affaires étrangères, le procureur général ou l’ancien directeur du Département des technologies de l’information et de la communication n’ont pas répondu à nos demandes répétées de commentaires.

Ce qui est arrivé à Hudayri et à Mrabet est plus qu’une simple rivalité entre employés du gouvernement.

Selon les observateurs, c’est un exemple de la culture de la corruption et de l’impunité dans un pays où la tyrannie des intérêts acquis et l’influence des milices sont largement dominées par le pouvoir.

En août 2022, la Cour des comptes libyenne a déclaré avoir surveillé les « violations » liées aux nominations consulaires et diplomatiques au sein du ministère, et a souligné la nomination de personnes « en dehors du secteur des affaires étrangères ». Le bureau a notamment émis des recommandations « arrêtant l’augmentation du nombre de membres des missions diplomatiques » à l’étranger.

Parlant de ce phénomène, Al-Hudayri qualifie le ministère et les autres institutions de l’État de « vache à lait ».

Lorsque l’interrogatoire de Hudairi a commencé, environ deux semaines après le début de son épreuve, la personne qui l’interrogeait n’arrêtait pas de lui dire qu’il avait eu de la chance.

« Il m’a dit: ‘Tu sais que tu as beaucoup de chance. Sufyan est mort, nous l’avons tué… Mais toi, tu as de la chance. D’abord, nous voulions t’envoyer au peloton d’exécution.' »

« C’était deux semaines après que j’ai été torturé avec les yeux bandés tout le temps. Et c’est ainsi que commença l’interrogatoire. C’était la première fois que quelqu’un me parlait en deux semaines.

La personne qui a interrogé El-Hadiri, qui a menti en lui annonçant la mort de Mrabet, avait raison sur plusieurs points lorsqu’il a dit qu’il avait eu de la chance. Il a vraiment eu de la chance.

Au début de 2020, l’année de l’arrestation de Hodairi, la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (UNSMIL) a déclaré avoir reçu « des dizaines de rapports de disparitions forcées et de torture de civils, y compris des militants de la société civile, des journalistes, des migrants et des responsables gouvernementaux, reçus – bien que pas limité à.

La MANUL, qui, selon Al-Hadiri, a été informée de son cas, a refusé de commenter, affirmant qu’elle tentait d’empêcher « des dommages inutiles » à ses employés et à leurs familles.

« Ce qui m’est arrivé est l’histoire de chaque Libyen. Mais beaucoup de gens ne parlent pas », dit Al-Hudayri.

Al-Hudayri raconte l’histoire d’un homme qu’il a rencontré en prison qui dirigeait une cafétéria dans la région de Qasr Bin Ghashir, à environ 20 kilomètres au sud du centre de Tripoli, et a affirmé que des dinars émis par la banque centrale du pays étaient dans les tiroirs ont été confisqués à son restaurant, où il y a un gouvernement qui est en concurrence avec le gouvernement de l’ouest de la Libye basé à Tripoli.

Il ajoute : « Quand son restaurant a fermé ce jour-là, il avait 100 ou 200 dinars de l’est, sur un total d’environ 2 000 dinars. Des charges ont donc été retenues contre lui. Mais il n’a jamais été présenté aux procureurs et sa famille n’avait aucune idée de l’endroit où il se trouvait. »

« Certaines personnes sont mortes [في السجن]Certains d’entre eux étaient là il y a cinq ou six mois. Ils n’ont pas été traduits en justice. Personne ne savait où ils étaient. »

Al-Hadiri se rend compte qu’il appartient à une famille qui jouit de privilèges et de relations. Malgré cela, il a fallu plus d’un an avant qu’il ne soit acquitté.

Des mois après leur libération, ni El-Hadiri ni Mrabet n’ont été réintégrés au ministère des Affaires étrangères, ni reçu aucune forme de compensation.

Malgré cela, Al-Hudayri essaie de paraître courageux.

« Lorsque vous traversez ce que nous avons traversé, certaines personnes ne se remettent pas de l’épreuve, elles ne deviennent qu’une ombre, et il ne reste que les ruines de leur personnalité… Être en vie est un miracle pour moi. »

Félix Germain

"Fan du Web. Étudiant au bacon d'une humilité exaspérante. Organisateur. Totalement expert de Twitter. Communicateur amical. Joueur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.