Un journaliste russe a boycotté l’émission télévisée officielle avec le slogan « Non à la guerre » et a attaqué Poutine. La France a proposé de le protéger et l’a menacé de 15 ans de prison.

Dans un geste audacieux, une journaliste russe travaillant pour la télévision d’État russe a installé une banderole avec un message écrit au président russe Vladimir Poutine intitulé « Non à la guerre », déclarant qu’elle s’oppose à la guerre et qu’elle est responsable de la destruction qui en résulte.

Marina Ovsyannikova, la rédactrice en chef de la chaîne russe Channel One, a crié lors de la diffusion en direct du journal du soir lundi soir : « Arrêtez la guerre. Non à la guerre. » Au fur et à mesure que le présentateur lisait, la station est rapidement passée à un clip enregistré.

Le père est Ukrainien et la mère est Russe

Ovsyannikova a également publié une vidéo enregistrée par l’intermédiaire d’un groupe de défense des droits de l’homme, dans laquelle elle a exprimé sa timidité à l’idée de travailler pour Channel One et de diffuser la « propagande du Kremlin ».

Elle a déclaré: « Malheureusement, j’ai travaillé pendant plusieurs années à Channel One et dans la propagande du Kremlin, j’ai très honte de cela maintenant, j’ai honte de me laisser mentir à la télévision, j’ai honte de me permettre d’être un Être un zombie Pour le peuple russe, nous étions silencieux en 2014 lorsque cela s’est produit en Nous ne sommes pas sortis pour protester lorsque le Kremlin a empoisonné le chef de l’opposition Alexeï Navalny.

Elle a ajouté : « Nous ne faisons qu’observer en silence ce régime misanthrope. Maintenant, le monde entier nous a tourné le dos et la honte de cette guerre fratricide va hanter les dix prochaines générations.

Portant un collier bleu et jaune avec un drapeau ukrainien, Ovsyannikova a déclaré dans une déclaration vidéo que son père est ukrainien et sa mère est russe.

Et elle a poursuivi : « Ce qui se passe en Ukraine est un crime et la Russie est l’agresseur et la responsabilité de cette agression incombe à une seule personne : Vladimir Poutine. »

Un appel à manifester contre la guerre russe

Exhortant ses compatriotes à se joindre aux manifestations anti-guerre pour mettre fin au conflit, Ovsyannikova a déclaré : « Nous avons le pouvoir d’arrêter toute cette folie. Allez aux manifestations. N’ayez peur de rien. Vous ne pouvez pas tous nous emprisonner. »

Manifestations contre la guerre en Russie
Un journaliste russe a boycotté le programme télévisé officiel avec le slogan
La journaliste russe Marina Ovsyannikova

Le Kremlin a précédemment décrit leur comportement dissident comme une forme d' »émeute ».

Les Nations Unies ont appelé les autorités russes à veiller à ce qu’elles ne soient pas punies pour s’être opposées à la guerre et avoir exercé leur droit à la liberté d’expression.

La porte-parole des droits de l’homme de l’ONU, Ravina Shamdasani, a déclaré aux journalistes aujourd’hui que les autorités russes doivent veiller à ce que les femmes « ne soient pas des représailles pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression ».

Pour sa part, le président français Emmanuel Macron a déclaré mardi que son pays soutiendrait une femme russe qui boycotte un programme d’information en direct sur la chaîne de télévision publique russe Channel One pour dénoncer la guerre en Ukraine.

« Il est clair que nous prenons des mesures diplomatiques pour fournir une assistance, soit par le biais de notre ambassade, soit autrement », a déclaré Macron aux journalistes.

Le président français a souligné mardi qu’il soulèverait la question lors de son prochain appel téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine.

Bienvenue et attendez 15 ans de prison

Se félicitant de la manifestation, le président Volodymyr Zelenskyy a déclaré dans une allocution vidéo lundi soir : « Je suis reconnaissant envers ces Russes qui continuent d’essayer de communiquer la vérité, qui combattent la désinformation et racontent à leurs amis et à leur famille les faits véridiques, et… personnellement à ce femme qui est entrée dans le studio de Channel One avec une affiche anti-guerre.

Ovsyannikova a été arrêtée peu de temps après sa manifestation et emmenée dans un poste de police de Moscou, où elle risque une peine de prison en vertu d’une nouvelle loi russe criminalisant la diffusion de soi-disant «fausses nouvelles» sur l’armée russe.

Les personnes reconnues coupables en vertu de la loi risquent jusqu’à 15 ans de prison.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.