Un prêt français soutient la sécurité sociale au Maroc

Hier, mardi, le Maroc et l’Agence française de développement ont signé à Rabat deux conventions de financement d’un montant total de 200 millions d’euros (environ 2 milliards de dirhams) pour soutenir deux projets liés à la protection sociale et à l’égalité femmes-hommes.

Un communiqué conjoint du ministère de l’Économie et des Finances et de l’Agence française de développement indique que les deux accords portent sur le soutien à deux projets, dont le premier porte sur l’appui à l’universalisation de l’assurance maladie obligatoire. La seconde concerne l’appui budgétaire sexospécifique.

Les deux accords ont été signés par Fawzi Lakjaa, ministre délégué chargé du Budget, et Mihoub Mazouaghi, directeur de l’Agence française de développement, en présence de Khaled Ait Taleb, ministre de la Santé et de la Protection sociale, et d’Hélène Le Gal, ambassadrice de France. au Maroc.

Le premier financement de 150 millions d’euros est destiné à aider le Maroc à généraliser l’assurance maladie obligatoire et à renforcer son système de santé.

Ce financement s’inscrit dans le cadre de l’accompagnement de la réforme de la protection sociale introduite par la loi cadre n°09-21, car il contribuera à réduire les formes d’inégalités dans l’accès aux soins en soutenant l’intégration de 22 millions de personnes supplémentaires dans l’assurance maladie obligatoire. système , dans le but de parvenir à des soins de santé complets.

Ce financement devrait soutenir le renforcement de l’offre de soins de santé au niveau national et à travers des mécanismes spécifiques dans deux régions du Royaume à travers des systèmes de soins coordonnés et de télésanté.

Outre le prêt ci-dessus, l’Agence française a accordé au Maroc une subvention de 4 millions d’euros (environ 400 millions de dirhams), qui permettra la mobilisation d’une expertise française spécialisée pour accompagner les acteurs du processus de réforme à travers l’Agence française d’expertise technique internationale ( Expertise France), affilié au Groupe Agence Française de Développement.

Le deuxième financement de 50 millions d’euros vise à réduire les inégalités entre les femmes et les hommes à travers l’institutionnalisation et le renforcement du budget genre dans le cadre de l’élaboration et de l’exécution du budget général du pays.

Selon la communication, ce financement s’inscrit dans le cadre de la continuité d’un autre financement de 100 millions d’euros, signé en 2019, dont la gestion est supervisée par le Centre de Compétence pour la Budgétisation Genre du Ministère de l’Économie et des Finances.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *