Une absence choquante de la scène des présidents de présidium et des conseils des ministres et l’achèvement progressif des épisodes légitiment la séparation

Taiz – « Al Quds Al Arabi »: Ces derniers jours ont vu l’absence presque complète et effrayante des chefs du Conseil présidentiel et des ministres yéménites, Rashad Al-Alimi et Mueen Abdul Malik, de la scène politique yéménite et la situation a a été dicté par la présence écrasante du président du Conseil de transition du Sud, Aidarous Al-Zubaidi, qui était soutenu par les Émirats arabes unis, dans une démarche visant à conclure les épisodes qui ont marqué la sécession du Sud du Yémen du Nord avec le soutien et le soulagement d’Abu légitime Dibi.
Au moment où des sources politiques parlaient à « Al-Quds Al-Arabi » de la possibilité de former prochainement un gouvernement en remplaçant le Premier ministre Maeen Abdul-Malik et certains membres des départements ministériels souverains, elles ont confirmé qu’il était exposé à une incurable Maladie après avoir contracté un cancer dans des zones sensibles de son corps, ce qui pourrait l’empêcher de continuer à vivre.En tant que chef du gouvernement, cela pourrait être la principale raison de son absence totale de la scène politique ces derniers temps.
Elle a expliqué que l’absence totale du Premier ministre a également coïncidé avec l’absence de la scène du président du Conseil de direction présidentiel, Rashad Al-Alimi, après avoir soudainement quitté la capitale temporaire d’Aden pour la capitale des Émirats arabes unis lundi dernier. Abu Dhabi, lors d’une visite décrite par l’agence de presse yéménite (Saba) dans la version gouvernementale comme une « visite non officielle », a disparu par la suite et aucune nouvelle vidéo à ce sujet n’a été diffusée.
Elle a attribué ce manque de haute gouvernance au Yémen à la possibilité d’un « ordre arrangé » par les Émirats arabes unis pour imposer une nouvelle réalité en nommant le chef du Conseil de transition séparatiste du Sud, Aidarous Al-Zubaidi, comme président du pays son seul présence sur la scène politique gouvernementale et sa présidence lors de réunions avec des représentants du gouvernement à Aden, en l’absence du drapeau yéménite et de la présence du drapeau du Sud séparatiste, bien qu’Al-Zubaidi ne soit que l’un des sept autres membres du Conseil présidentiel Conseil de direction.
Aidarous al-Zubaidi est apparu ces derniers jours comme le dirigeant de facto des zones sous contrôle du gouvernement yéménite, en particulier les gouvernorats du sud, et avec lui les images de la « présence officielle » du président et du reste des membres du Les Presidential Leadership Councils ont disparu dans un scénario qui « pourrait être intentionnel » pour compléter la légitimité du mouvement « séparatiste » dans le pays en déléguant tous les pouvoirs du gouvernement légitime aux dirigeants séparatistes, surtout depuis la formation du Presidential Leadership Council , qui a travaillé dur pour remplacer tous les hauts dirigeants du gouvernement, en particulier les départements ministériels souverains, par des personnalités séparatistes du Sud sans expérience ni présence préalables dans le travail gouvernemental.
Il semble que le « déménagement » ou le « transfert » du président du Conseil de direction présidentiel à Abou Dhabi la semaine dernière visait à achever cette transformation ou transition vers la nouvelle situation séparatiste, en particulier après la rupture majeure causée par ses récentes décisions. fait sur la légalisation du statut des forces séparatistes dans le gouvernorat de Shabwa le mois dernier et le retrait des forces de sécurité et militaires de l’État du théâtre militaire là-bas et les réactions de colère que cela a provoquées, en particulier après que les forces séparatistes ont abandonné le drapeau yéménite du bâtiment gouvernemental et piétinés avec leurs pieds et leurs chaussures, une scène qui a provoqué la colère de toute la rue yéménite.
Cela a été suivi d’intenses réinstallations émiraties dans les gouvernorats d’Hadramawt et de Shabwa, accueillant des réunions de dirigeants des forces occidentales américaines et françaises dans ces deux gouvernorats la semaine dernière et diffusant des informations sur la possibilité de remettre l’installation pétrolière de Balhaf pour l’exportation de gaz liquéfié yéménite à Shabwa. gouvernorat aux forces françaises pour le protéger avec la possibilité de reprendre les exportations, y compris celle qui est contrôlée par les forces émiraties depuis environ 2017, mais l’ambassade de France au Yémen a démenti hier l’information selon laquelle les forces françaises auraient protégé l’installation pétrolière de Balhaf.
L’ambassade de France a indiqué dans un communiqué : « Nous avons pris connaissance d’allégations faisant état de la présence présumée d’un militaire français sur le site de Balhaf au Yémen », précisant que « il s’agit de rumeurs absolument infondées et nous les démentons officiellement ».
De nombreuses sources ont fait état d’allégations selon lesquelles les forces françaises seraient arrivées à l’installation de Balhaf dans le gouvernorat de Shabwa, qui est actuellement sous le contrôle des forces émiraties, dans le but de les protéger d’éventuelles attaques alors que les travaux sont sur le point de fermer. l’exportation de gaz depuis l’étranger est une priorité, cette usine étant détenue majoritairement par une société, le français Total, qui est géré par Total depuis la création du groupe (Yemen Liquefied Gas Company – Yemen LNG).
La dernière décision que le président du Conseil présidentiel de direction, Rashad Al-Alimi, a annoncée avant de quitter la capitale temporaire d’Aden était la formation d’un comité général des finances du gouvernement qui sera présidé par un membre du Conseil présidentiel et le président du Conseil de transition du Sud, Aidarous Al- Zubaidi, deviendra l’agence gouvernementale suprême habilitée à recevoir et à disposer de toutes les ressources de l’État, notamment les impôts et les ressources provenant des dérivés du pétrole, qui sont la principale ressource du budget de l’État du Yémen, comme les économistes la décrivent comme la « ressource souveraine » dans le but de « concluant clairement les épisodes de remise des éléments constitutifs de l’État aux forces séparatistes du sud avec l’ingénierie et l’administration émiraties », comme ils le disent.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.