Une femme en perd un seul et une autre survit à son fœtus d’une mort certaine.. Histoires sanglantes de Gaza | politique

gaza Tahani et son fœtus ont miraculeusement échappé à une mort certaine, ce qui n’a pas été le cas pour Najwa, qui a perdu son seul khalil lors d’une frappe aérienne israélienne sur le camp de réfugiés de Jabalia, dans le nord de la bande de Gaza.

Lorsque Khalil Abu Hamada (19 ans) est venu au monde d’une manière inhabituelle, il n’en est pas sorti avec une mort naturelle mais était un « martyr extraordinaire » dont le nom a émergé parmi les 44 martyrs dont la vie a été déchirée par les raids intenses menés jour et nuit par les combattants israéliens, semant la mort et la destruction sur la tête des habitants de Gaza et de leurs humbles foyers.

Il a vécu seul et est mort en martyr

Khalil est le seul enfant de ses parents et est né en 2003 d’une greffe chez sa mère Najwa, 45 ans, après 5 tentatives de procréation artificielle infructueuses. La mère en deuil raconte : « J’ai attendu 12 ans après le mariage pour qu’il naisse et je l’ai vu grandir jour après jour. »

Des clips vidéo de cette mère ont été largement diffusés sur les plateformes pleurant de douleur à la séparation d’avec son fils unique et se faisant étreindre par un cadavre.

Umm Khalil a dit en étreignant et en sentant certains de ses vêtements: « Par Dieu, j’ai senti que sa vie était courte mais (mais) je ne savais pas qu’à mes débuts, il allait me quitter (mourir). »

La tragédie en détail : Une explosion s’est produite près de la maison familiale dans le camp de réfugiés de Jabalia. Khalil est sorti pour vérifier ce qui s’était passé – comme l’ont fait d’autres voisins – et si une autre explosion avait provoqué un « massacre » qui a tué Khalil et d’autres et blessé un grand nombre. Sa mère raconte : « J’ai pleuré à l’explosion : mon fils est parti.

Umm Khalil est sortie sans but de sa maison et voilà, les corps gisaient éparpillés dans les rues. Des scènes horribles qui n’avaient aucune description d’elle jusqu’à un jour encore à venir : « Comme le Jour de la Résurrection. » Elle trouva son fils allongé sur le sol, du sang suintant de son corps, et ses vêtements qui la recouvraient le conduisirent, qui était mélangé avec le sang et les parties du corps.

Les paroles de cette mère, à peine suffisantes pour les prières : « Ô Dieu, donne-moi la patience, ô Seigneur, venge-toi d’Israël », sont comptées sur sa langue, et elle dit : « Mon fils est très bon et gentil… Ses rêves étaient simple, il rêvait de construire et de meubler une chambre dans la maison pour pouvoir se marier. »

Umm Khalil espère pouvoir soutenir son fils en tant que martyr et déclare : « La maison est orpheline et triste après sa mort ».

Cette femme en deuil avait goûté à la même amertume lorsqu’elle avait perdu sa mère « Khadra » dans les bombardements d’un hélicoptère israélien juste 4 mois avant la naissance de Khalil.

Et il y a eu des appels sur de nombreuses plateformes pour qu’Umm Khalil fasse don du coût d’une greffe pour avoir à nouveau un enfant.

Amal Al-Essi a écrit sur sa page personnelle sur Facebook un appel aux philanthropes pour qu’ils fassent don de la procédure de transplantation à Umm Khalil « en compensation pour son fils unique, et si ce qu’elle a perdu n’est pas compensé… et si sa vieillesse ». permis, que ce soit un pèlerinage à la Sainte Maison de Dieu… Visitez-les et consolez-les.

La survie de Jénine

Khalil est mort et le fœtus de Tahani Abu Ghanima, 24 ans, était toujours accroché à son ventre. Ensemble, ils ont survécu à l’attaque des avions de combat israéliens à midi vendredi dernier qui a assassiné Tayseer al-Jabari, un dirigeant éminent de « Saraya al-Quds » – la branche militaire du Jihad islamique – dans le « Burj Palestine » à côté de la maison du Famille Abu Ghanima dans le quartier Rimal de la ville de Gaza.

Mariée depuis seulement 8 mois, Tahani souffre d’une grossesse faible et reçoit nos injections et des médicaments pour la stabiliser et son mari Muhammad raconte à Al Jazeera Net : « Nous avons survécu à un massacre mais l’état du fœtus est toujours préoccupant. »

Il a décrit l’histoire d’Umm Khalil comme « déchirante… Que Dieu la bénisse ».

Muhammad vit avec sa femme et ses parents dans l’un des 6 appartements d’un immeuble de 3 étages appartenant à sa famille et abritant une cinquantaine de personnes, dont les murs et les fenêtres ont été transpercés par des éclats de roquettes israéliennes, mais « la grâce de Dieu » a empêché un « horrible ». .. Massacre ». « .

Sa mère, Iman, 51 ans, a déclaré à Al Jazeera Net – qui est récemment revenue du Hajj – « J’ai senti un instant que Dieu avait écrit le Hajj pour moi et je le conduirai en martyr. »

Il y a beaucoup de détails sur la guerre indicible, les histoires sanglantes d’un père mourant avec ses trois enfants, la mère d’un marié martyrisé le jour du mariage de son fils, une mariée perdant son fiancé, des enfants dont les corps délicats ont été déchirés assassinés par des roquettes et leurs rêves innocents.

Les dernières statistiques du ministère de la Santé de la bande de Gaza montrent que 3 jours d’agression israélienne dans la bande de Gaza ont fait 44 martyrs, dont 15 enfants et 4 femmes, en plus de 360 ​​blessés, dont 41% sont des enfants de moins de dix-huit et 58% sont des femmes, en plus de détruire des centaines de logements.

Roselle Sault

"Maven de la bière subtilement charmant. Penseur. Extrême geek d'Internet. Passionné de voyages. Organisateur sympathique. Fanatique du Web. Communicateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.