Viols, meurtres et incendies criminels. Des Kenyans poursuivent la Grande-Bretagne pour des violations commises à l’époque coloniale | Nouvelles urgentes

Les Kényans qui ont été expulsés de leurs terres par les colons britanniques à l’époque coloniale ont déposé une plainte contre le Royaume-Uni devant la Cour européenne des droits de l’homme, ont annoncé mardi leurs partisans.

Les avocats des habitants de Rift Valley qui ont été expulsés de leurs terres ont déclaré ; En ignorant les victimes et leurs griefs, le gouvernement britannique a violé la Convention européenne des droits de l’homme et est signataire de cette convention.

« Le gouvernement britannique a esquivé, et malheureusement évité, toutes les voies possibles pour remédier à la situation », a déclaré Jules Kimotai Busek, agent tribal des Talai Kisbegis.

« Nous n’avons pas d’autre choix que d’aller en justice » pour « corriger l’histoire », a-t-il ajouté.

Au début du XXe siècle, les membres des tribus Kipsegis et Talay ont été expulsés de leurs terres près de Kericho, qui est maintenant une zone importante pour la production de thé dans les plantations de grandes entreprises internationales telles que Unilever, Finlay et Lipton.

Les procureurs se sont tournés vers les Nations Unies, où une commission d’enquête spéciale en 2021 a exprimé sa « sérieuse préoccupation » quant au fait que le Royaume-Uni ne s’était pas publiquement excusé ni n’avait reconnu aucune complicité dans ces abus de l’époque coloniale.

Les avocats des plaignants ont souligné que l’armée britannique et les autorités coloniales avaient utilisé le viol, le meurtre et l’incendie criminel pour confisquer de vastes étendues de terres agricoles à Kericho à leurs propriétaires d’origine.

Les plus de 100 000 victimes ont signé la plainte de 2019 aux Nations Unies, exigeant des excuses et une indemnisation pour la confiscation de leurs terres et l’accordant aux colons blancs qui ont intentionnellement fertilisé le sol pour faire pousser du thé.

Cependant, selon les avocats, le gouvernement britannique a refusé de rencontrer les victimes ou leurs représentants.

« C’est un jour historique », a déclaré le gouverneur sortant du comté de Kericho, Paul Chepkwone, qui milite depuis des années pour que les victimes soient indemnisées.

« Le gouvernement britannique nous a tourné le dos (…) Nous souhaitons que ceux qui ont souffert pendant si longtemps retrouvent leur dignité. »

En juin, la Cour européenne de justice a rendu une décision provisoire interdisant au Royaume-Uni d’expulser des demandeurs d’asile vers l’Ouganda.

Mais Londres a depuis adopté une législation qui lui permettrait d’annuler les décisions de la Cour européenne de justice, mais elle a nié toute intention de se retirer de la Convention européenne des droits de l’homme.

Roselle Sault

"Maven de la bière subtilement charmant. Penseur. Extrême geek d'Internet. Passionné de voyages. Organisateur sympathique. Fanatique du Web. Communicateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.