Après 38 ans de prison, la France refuse d’expulser le Libanais Georges Abdallah

Les avocats d’Abdullah ont vu dans cette décision d’expulsion une étape nécessaire à sa libération. George Ibrahim Abdullah a été emprisonné il y a près de 38 ans et ses neuf demandes de libération conditionnelle ont jusqu’à présent été rejetées.

Le tribunal administratif de Paris a précisé dans sa décision dont dispose l’AFP qu’il n’était pas habilité à mandater le ministère de l’Intérieur pour prendre un tel arrêté.

Le tribunal a déclaré: « Il n’existe aucune mesure législative ou organisationnelle ou principe général qui oblige le ministère de l’Intérieur à prendre une décision d’expulsion contre un ressortissant étranger qui ne constitue pas une menace pour la sécurité publique pendant sa détention. »

En 1987, un verdict est rendu contre l’ancien chef des factions révolutionnaires armées libanaises, qui avait collaboré avec le Front populaire de libération de la Palestine, après avoir été reconnu coupable de complicité dans l’assassinat de deux diplomates, l’un américain et l’autre Israélien. Celui qui a été l’un des principaux auteurs de la vague d’attentats qui a déferlé sur la France au début des années 1980 est entré dans sa 38e année de prison et en a aujourd’hui 70.

Depuis 1999, la loi française lui a permis d’être libéré, mais ses neuf demandes de libération conditionnelle ont été rejetées.

En 2013, la justice a approuvé une demande de libération sous réserve qu’il fasse l’objet d’une décision d’expulsion du ministère français de l’Intérieur, qui n’a jamais été rendue.

En 2020, Abdullah a répété sa tentative avec l’actuel ministre de l’Intérieur Gerald Darmanin, mais ses lettres sont restées sans réponse.

Son avocat, Jean-Louis Chalancet, a déclaré ne pas être surpris par la décision du tribunal, ajoutant : « Tant qu’il n’y a pas de garantie d’expulsion, nous ne pouvons pas faire une nouvelle demande de libération ».

« Une fois de plus, les autorités politiques et exécutives empêchent la libération conditionnelle de George Ibrahim Abdullah », a-t-il ajouté.

Le Liban était en pleine guerre civile (1975-1990) lorsque Georges Abdallah a cofondé les Factions armées révolutionnaires libanaises, un groupe marxiste pro-syrien et anti-israélien qui a revendiqué cinq attentats, dont quatre mortels, en 1981. et 1982 en France.

Il a été arrêté à Lyon le 24 octobre 1984 et condamné à la réclusion à perpétuité après avoir été reconnu coupable de complicité dans l’assassinat en 1982 des diplomates américains Charles Ray et de l’Israélien Yaakov Barsimantov à Paris et de la tentative d’assassinat du consul général américain Robert Ohm a été reconnu coupable dans Strasbourg en 1984.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.