Comment contrer l’influence grandissante de la Chine dans le Golfe

De : Louis Doggett-Gross

La dépendance de Pékin à des outils civils et militaires qui se chevauchent dans le Golfe reflète ses activités dans son voisinage, mais l’Occident peut facilement contrer cette influence en capitalisant sur le désir de la région de multiples partenariats.

Alors que l’administration Biden s’efforce d’améliorer les liens avec ses partenaires du golfe Persique à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, l’influence croissante de la Chine dans la région indo-pacifique reçoit plus d’attention, notamment des rapports récents sur des accords navals et des activités militaires dans les îles Salomon et Cambodge. . Certains commentateurs ont même critiqué la Maison Blanche, arguant que sa détermination à s’opposer à Moscou a retardé la « transition vers l’Asie » tant attendue par trois administrations américaines successives. Mais parler de « transformation » simplifie souvent à l’excès la situation géopolitique, notamment en ignorant les progrès de la Chine dans le Golfe.

La théorie de la transformation est basée sur la prémisse que si Pékin s’efforce principalement d’accroître son influence autour d’elle, la stratégie de la Chine est mondiale, utilisant les mêmes méthodes qu’elle utilise dans l’Indo-Pacifique et d’autres régions, y compris le Golfe. Ces activités méritent plus d’attention de la part de l’Occident, même si elles ne sont pas actuellement au premier plan de ses priorités.

Les méthodes de travail stratégiques de Pékin

Un défi dans le suivi de l’influence de la Chine à l’étranger est de distinguer ses activités traditionnelles au sein de son économie de 14 billions de dollars de la stratégie d’influence bien conçue du gouvernement. Cela est particulièrement vrai étant donné le chevauchement entre les secteurs public et privé en République populaire de Chine. Cependant, il existe plusieurs schémas identifiables dans la stratégie d’attaque à long terme de la Chine.

Pékin tient particulièrement à assurer la sécurité des points de passage étroits sur les routes commerciales mondiales, à renforcer sa crédibilité militaire et à améliorer ses capacités de projection de puissance. L’intersection entre les sphères civile et militaire, parfois appelée « fusion civilo-militaire », joue un rôle dans ces réalisations. La Chine investit souvent d’abord dans les infrastructures, pour ensuite revenir et achever le processus par des ventes d’armes et un rapprochement diplomatique. Des activités qui semblent inoffensives en elles-mêmes sont souvent conçues pour exporter à l’étranger des solutions de réseau et d’autres technologies fabriquées en Chine, ce qui pourrait donner aux entreprises chinoises un accès potentiel à des données sensibles. Ceci est suivi par des arrangements institutionnels qui ouvrent la voie à l’établissement éventuel d’un pied militaire.

Par exemple, la plateforme nationale d’information publique pour le transport et la logistique («Logink»), un système de collecte de données financé par le ministère des Transports à Pékin, est déployée dans la plupart des ports financés par la Chine dans le monde, y compris dans le golfe Persique et la région rouge. Mer. Bien que la plateforme puisse sembler inoffensive, la Chine peut utiliser les informations qu’elle publie à la fois commercialement et stratégiquement.

Qu’a fait la Chine dans le Golfe ?

Ces dernières années, Pékin a de plus en plus porté son attention sur les trois principales voies navigables autour de la péninsule arabique : le canal de Suez, le détroit de Bab al-Mandab et le détroit d’Ormuz. Là, la Chine peut mettre en œuvre son modèle d’incursion actuel plus directement qu’il n’est concevable.

Le cas des Emirats Arabes Unis en est la meilleure preuve. En plus de conclure des accords commerciaux avec Pékin et de passer des contrats avec la société de télécommunications chinoise Huawei pour fournir des services de réseau local, Abu Dhabi a acheté des drones militaires de fabrication chinoise et un avion d’entraînement Hongdu L-15. Les efforts conjoints de la Chine et des Émirats transforment progressivement les Émirats arabes unis en une plaque tournante pour les dernières technologies d’intelligence artificielle. Cette coopération étroite est inquiétante, même si elle écarte les informations selon lesquelles Pékin est en train de construire secrètement une base navale dans le nord d’Abu Dhabi. Les autorités des Émirats arabes unis ont refusé de conclure un accord pour abriter une telle base, affirmant qu’elles ne considéraient pas que l’installation était à usage militaire.

La situation en Arabie saoudite est légèrement différente, car les entreprises chinoises sont activement impliquées dans le financement et l’équipement de NEOM – l’immense projet de « ville intelligente » – développé par le chef de facto du pays, le prince héritier Mohammed ben Salmane. Il est également rapporté que les deux pays ont développé des projets communs pour développer des drones et construire des missiles balistiques dans le royaume, en plus des accords d’achat d’armes précédemment conclus par l’Arabie saoudite.

Le point culminant de ces efforts est le rôle que joue la péninsule arabique dans les efforts de la marine chinoise pour réaliser ses capacités en haute mer. Comme le montre l’exemple de Djibouti, les quais commerciaux construits par la Chine peuvent ensuite être étendus pour inclure des infrastructures à usage militaire. De même, des rapports indiquent que la marine chinoise a reçu une formation pour réapprovisionner ses navires à partir de porte-conteneurs civils, indiquant l’expansion des points de soutien militaires potentiels à travers le monde. Ces points pourraient inclure des emplacements aux Émirats arabes unis, en Arabie saoudite et en mer Rouge, qui sont particulièrement importants pour Pékin en tant que porte d’entrée vers l’Europe.

Cependant, l’approche du Golfe vis-à-vis de la Chine est unique à bien des égards. Contrairement aux pays asiatiques auxquels Pékin a imposé sa présence, les États du Golfe et notamment les Émirats arabes unis ont toujours adopté une politique de diversification de leurs partenariats. À Abou Dhabi, les responsables ont consolidé une certaine autonomie stratégique, élargissant le bassin de fournisseurs d’armes et devenant une plaque tournante économique et commerciale multilatérale.

De même, Riyad semble convaincu que le multilatéralisme lui donne plus d’avantages et de marge de manœuvre, y compris par rapport à Washington. Les Saoudiens sont restés fidèles à cette politique alors même qu’ils se tournaient vers la Chine comme l’un des principaux fournisseurs de biens et d’investissements pour répondre aux besoins de sa population, ce qui fait du royaume, avec ses 34 millions d’habitants, l’un des géants démographiques de la péninsule arabique. .

Alors qu’Abu Dhabi et Riyad ont volontairement choisi de travailler avec Pékin, ils sont plus disposés à encourager une présence chinoise croissante dans le Golfe et à ne pas trop craindre de devenir leurs vassaux. Les deux pays ont réussi à conserver un tel degré d’autonomie vis-à-vis de Pékin qu’ils apparaissent plus orientés vers l’Occident à bien des égards en raison du développement structurel et social du travail dans leurs sociétés.

Options occidentales

Bien que les dirigeants du Golfe prônent la multipolarité, le rythme et l’étendue croissants de l’influence chinoise dans la région nécessitent encore une action importante pour maintenir les liens étroits de la région avec l’Occident, nécessitant une réponse qui aborde simultanément les problèmes militaires, les investissements et les défis numériques – et prudemment -une approche conflictuelle qui respecte les politiques stratégiques de diversité adoptées dans chaque pays.

Compte tenu des importants intérêts européens en jeu dans la région, l’Union européenne peut être un partenaire important dans la formulation et la mise en œuvre de cette réponse. Bruxelles a pris une initiative importante à cet égard le 20 juin, lorsque les 27 États membres de l’Union européenne – alors sous présidence française – ont adopté des conclusions sur un partenariat stratégique avec les pays du Conseil de coopération du Golfe, qui peuvent être utilisées pour améliorer de nombreux défis les plus urgents attribués à l’influence chinoise.

D’une part, le document propose des incitations susceptibles de renforcer l’influence de l’Europe, telles que l’exemption de visas Schengen pour tous les pays du CCG et des investissements dans le réseau d’infrastructures dans le cadre de l’initiative Global Gateway de l’UE. Il comprend également des dispositions stratégiques en matière de sécurité telles que la mise en place d’un mécanisme permanent de coordination de la sécurité maritime dans l’ouest de l’océan Indien et le golfe Persique – un suivi clé de la mission de surveillance intitulée « Sensibilisation maritime européenne dans le détroit d’Ormuz ». Le document mentionne également une coopération structurelle sur les normes et réglementations, notamment en matière de protection des données et de numérisation. Globalement, le document ouvre la voie à une coopération politique institutionnalisée entre l’Union européenne et les pays du Conseil de coopération du Golfe.

Dans le même contexte, le dialogue en cours entre l’Union européenne et les États-Unis sur la Chine devrait couvrir plus largement la région du Golfe, et plus largement le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Il convient de noter que les stratégies de la France et de « l’Union européenne » pour la région indo-pacifique incluent la mer d’Oman, le golfe d’Aden et certains pays du Golfe (comme Oman et les Émirats arabes unis). L’administration Biden devrait tenir compte de cette marge de manœuvre élargie alors qu’elle recherche une plus grande collaboration ad hoc avec ses partenaires européens.

* Louis Dugit Gross est diplomate français et Visiting Fellow au Washington Institute pour l’année 2021-2022.

Malgier Martel

"Wannabe fauteur de troubles. Gamer. Incurable mordu des réseaux sociaux. Explorateur. Étudiant. Fan de télévision amateur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.