Comment les agents de Poutine se sont infiltrés en Allemagne ? Et quel était son objectif ?

Berlin – « Al Quds Al Arabi »: Le magazine allemand « Der Spiegel » a révélé que les services secrets russes avaient espionné des cours de formation de soldats ukrainiens à l’utilisation de nouvelles armes dans des bases militaires en Allemagne, dont une de l’armée américaine.

Selon l’hebdomadaire, le service de contre-espionnage militaire allemand dispose de « preuves » de ces opérations d’espionnage.

Les services de renseignement allemands ont notamment signalé la présence de véhicules près des entrées des camps d’entraînement militaire.

Après les événements du 11 septembre, on a cru que la politique de sécurité poursuivait un objectif commun : la lutte contre le terrorisme islamiste. Le contre-espionnage a été négligé en tant que vestige de la guerre froide. Ce qui a été oublié, c’est que l’Union soviétique a péri, mais pas ses services secrets. » Selon le magazine allemand, les services secrets russes sont restés actifs et ont même pu s’implanter en Allemagne.

A Idar-Oberstein (ouest), la Bundeswehr a formé des soldats ukrainiens à l’utilisation des canons « Pantserhaupitz-2000 », tandis que l’armée américaine à Gravenfor (est) a formé les Ukrainiens à l’utilisation des systèmes d’artillerie occidentaux.

Selon les services secrets allemands, des drones ont survolé à plusieurs reprises les zones d’entraînement.

Le service de renseignement soupçonne la Russie d’avoir tenté d’espionner les téléphones portables des Ukrainiens alors qu’ils étaient en formation en France.

Elle craint que les services de renseignement russes ne tentent d’assassiner des opposants qui ont fui la Russie vers l’Allemagne en tant que réfugiés, ou des éléments envisageant la sécession des forces de sécurité russes, ou des transfuges qui ont rejoint l’autre camp.

Ces dernières années, l’Allemagne a été témoin d’opérations d’espionnage attribuées aux services secrets russes, soupçonnés d’avoir orchestré l’assassinat d’un dissident tchétchène de nationalité géorgienne à Berlin.

Acquisition de clients en Allemagne

Le magazine a déclaré que la Russie tentait d’attirer des agents pour espionner les activités militaires allemandes et faire passer en contrebande du matériel utilisé pour fabriquer des armes. Le magazine a observé un incident impliquant le doctorant russe Elnor N. à l’Université d’Augsbourg. À l’été 2019, un homme lui a parlé en russe alors qu’il faisait la queue devant un étal de poisson. Les services secrets allemands ont découvert que l’interlocuteur était Leonid Strukov, le vice-consul russe officiel à Munich, mais en fait la justice allemande était convaincue qu’il était un officier des services secrets russes.

Strukov lui a demandé s’il était souvent à Augsbourg et s’il pouvait se rencontrer pour une bière fraîche, et le destinataire a accepté, après quoi la première réunion a eu lieu.

Selon des documents de sécurité, Strukov a déclaré qu’il aidait un ancien collègue d’une banque russe qui cherchait des opportunités d’investissement dans des entreprises aérospatiales. Il a demandé à l’étudiant diplômé russe s’il pouvait aider son ami expert dans de nouveaux domaines de recherche dans le domaine de l’ingénierie aéronautique ?

L’étudiant russe a accepté, compilant des fichiers à partir de sources publiques et utilisant son accès aux archives de l’université pour se procurer du matériel payant. Il n’a divulgué aucune donnée sensible, mais il a tout de même reçu de l’argent du vice-consul, parfois 100 euros, parfois 200 euros, plus tard 600 euros.

L’espion russe s’est particulièrement intéressé au lanceur européen Ariane 6 et a également pu prodiguer des conseils dans ce domaine. Il s’agissait du développement d’un soi-disant cryostat, un conteneur dans lequel des températures extrêmement basses sont générées afin de tester des matériaux pour les voyages dans l’espace. Strukov n’a pas semblé intéressé au début, mais a posé des questions spécifiques sur le sujet complexe lors d’une réunion ultérieure. Et il a demandé au client russe de remettre des documents sur cette recherche ? Il lui a dit que si nécessaire, vous devriez simplement prendre une photo de l’invention avec votre téléphone portable.

Peu de temps après, la police attendait les deux hommes lors d’une autre réunion à Augsbourg. L’Office fédéral pour la protection de la Constitution (Office fédéral pour la protection de la Constitution) avait soupçonné les activités de Strukov, il a donc été mis sous surveillance, ce qui a conduit à l’exposition de l’étudiant diplômé russe.

Tentant de capturer les deux hommes, Strukov a montré sa carte d’identité consulaire, a invoqué son immunité diplomatique et s’est enfui. Alors que la police a arrêté un étudiant diplômé russe.

Selon le magazine, les tribunaux allemands traitent désormais également du réseau dans le cas de l’entrepreneur d’Augsbourg Alexander Sh. Il a été reconnu coupable d’avoir remis du matériel spécial d’une valeur de 7,9 millions d’euros. Ces machines de haute technologie vont au fabricant d’armement russe OKB Novator, qui produit, entre autres, des missiles Iskander pouvant être équipés d’armes nucléaires. Les vrais acheteurs ont été cachés pour tromper les autorités allemandes.

Il est à noter que depuis les sanctions européennes contre la Russie suite à l’annexion de la Crimée, il est devenu difficile pour Moscou d’acheter une technologie pouvant également être utilisée militairement. Les hommes de main de Poutine se sont donc lancés dans une virée shopping clandestine. Selon le bureau du procureur fédéral, l’accent était mis sur un homme d’affaires russe nommé Sergei. K., qui a pris contact avec des entreprises en Allemagne lors de salons et de voyages d’affaires.

Et Sergey a travaillé. K., en tant que directeur général du Centre de développement scientifique et technologique, et les services de sécurité allemands étaient alors surveillés à ce sujet.

Félix Germain

"Fan du Web. Étudiant au bacon d'une humilité exaspérante. Organisateur. Totalement expert de Twitter. Communicateur amical. Joueur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.