Comment l’Occident a-t-il construit l’ennemi russe ?

« On pourrait croire que le tsar est de retour ! », a commenté un collègue couvrant le sommet du G8 à Saint-Pétersbourg en juillet 2006, après que le président Vladimir Poutine a visité les installations mises à la disposition des journalistes pour rendre compte de « l’événement historique » à signaler. Une désignation « historique » découle ici du fait que c’était la première fois que la Russie accueillait le sommet, après avoir été acceptée comme membre à part entière du club des « Grandes Puissances » en 1997.
Le sourire habituel de Poutine trahissait son mépris pour son entourage, comme s’il était l’homme qui avait réussi à cambrioler une banque à Monte-Carlo.
Pour montrer à tous que la Russie est de retour, Poutine a choisi le palais Konstantinovsky pour accueillir le sommet du G8. L’élégant palais a été construit en 1714 sur ordre de Pierre le Grand en réponse russe à Versailles en France.
Cependant, comme beaucoup d’autres plans ambitieux du tsar Pierre, il a été abandonné pour être achevé des décennies plus tard en tant que résidence du duc Constantin. Sous Poutine, cependant, la structure à moitié abandonnée a été ravivée et est devenue un joyau architectural qui reflète le statut de la Russie en tant que grande puissance. Pas étonnant que l’endroit s’appelle maintenant le palais de Poutine.
Au moment du sommet, les journalistes couvrant l’événement estimaient que le choix du lieu par Poutine montrait sa volonté de réaliser l’ambition de Boris Eltsine de faire de la Russie un membre à part entière de la famille dite « occidentale » des États capitalistes modernes.
Le « cauchemar » soviétique terminé, Poutine semblait exhorter l’Occident à l’aider à construire la nouvelle Russie qu’il voulait, tout comme les architectes français et italiens ont aidé à construire des copies successives du palais Konstantinovsky.
Pendant des années, les dirigeants occidentaux semblaient plus que disposés à aider Poutine à réaliser ce dont Eltsine était censé rêver.
Par exemple, le président américain George W. Bush a traité Poutine comme un invité spécial et a souligné qu’il pouvait « faire confiance » au dirigeant russe.
Le Premier ministre britannique Tony Blair a également ordonné aux responsables de fermer les yeux sur le flux d’argent russe vers les banques londoniennes au nom des « oligarques » liés à Poutine.
La chancelière Angela Merkel a décidé d’un plan à long terme pour faire de la Russie le plus grand exportateur d’énergie en Allemagne.
Pour sa part, le président français Jacques Chirac a accepté la demande de Poutine de construire une immense église orthodoxe russe à Paris. Il a également annulé un ancien accord avec l’Algérie pour rendre la France dépendante de la Russie pour 20% de ses besoins en gaz naturel.
Les puissances occidentales ont offert à Poutine d’autres gestes d’amitié, notamment des dispenses de visa, la déréglementation des investissements en Russie et des régimes spéciaux de transfert de technologie. Les médias occidentaux ont exprimé leur admiration pour le « leadership fort » et la « vision » de Poutine.
Et bien qu’il y ait eu des signes précurseurs que Poutine n’était peut-être pas le leader que pensaient les dirigeants occidentaux, ce n’est que lors de son invasion de l’Ukraine en 2022 qu’ils l’ont vu comme un ennemi potentiel.
Notamment, après quelques mois d’affection à Saint-Pétersbourg, les agents de Poutine ont utilisé des isotopes radioactifs pour tuer Alexander Litvinenko, un ancien agent du KGB et demandeur d’asile à Londres. Plus généralement, Poutine s’est engagé à bloquer les projets de l’OTAN d’avoir une présence en Asie centrale et en Transcaucasie. Moscou a aidé à renverser le régime pro-occidental au Kirghizistan, a acquis des bases militaires en Arménie et au Tadjikistan et a conclu un accord de 4 milliards de dollars pour fournir des armes à l’Irak.
Pendant ce temps, Poutine a armé des séparatistes en Moldavie et dans l’est de l’Ukraine et, en août 2008, a envahi la Géorgie pour annexer l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud. Les États-Unis ont répondu en envoyant un navire de guerre faire une brève tournée de la mer Noire.
Rétrospectivement, il nous semble aujourd’hui que Poutine a conçu un plan subtil pour tester les limites de la tolérance des puissances occidentales, fabriquant une crise après l’autre dans le processus.
De plus, Poutine, pour une fois, a fait la guerre en Tchétchénie pour réprimer une rébellion qu’Eltsine n’a pas pu réprimer. Il n’y a pas eu de réaction occidentale.
En 2010, les agents de Poutine ont assassiné sa critique la plus en vue, Anna Politikovskaïa, le 7 octobre, qui a coïncidé avec l’anniversaire de Poutine.
En 2012, Poutine a commencé à s’immiscer dans la guerre civile syrienne aux côtés du président Bashar al-Assad, soutenu par Téhéran. Après une période éprouvante là-bas, Poutine s’est aussi présenté comme un acteur majeur en Libye, espérant en obtenir une part si et si elle était partagée.
En 2015, Boris Nemtsov, considéré par les puissances occidentales comme un rival potentiel de Poutine, a été assassiné devant le Kremlin.
En 2018, des agents russes ont mené une attaque par empoisonnement dans la ville anglaise de Salisbury, tuant Julia, la fille de l’ancien agent du KGB, Sergei Skripal.
Pendant ce temps, le président français Emmanuel Macron a accueilli Poutine à un somptueux banquet au château de Versailles et a salué « l’amitié historique » entre la France et la Russie.
Et chaque fois que Poutine se conduit mal, les puissances occidentales ont répondu par des mots doux, expulsant certains diplomates du pays et témoignant de la sympathie à Alexei Navalny, l’un des plus fervents détracteurs du tsar Vladimir.
Pendant ce temps, Poutine construisait une base de soutien politique en Occident en finançant plusieurs partis de gauche et de droite.
D’autre part, Poutine s’est d’abord emparé de certaines parties de Donetsk et de Louhansk en Ukraine, et après avoir été convaincu que personne ne se mettrait en travers de son chemin, a annexé en 2014 toute la péninsule de Crimée, a également acquis une base en Syrie et a fourni à l’armée la présence de la Russie rétablie à Méditerranée pour la première fois depuis la chute de l’empire soviétique. Sa prochaine étape consistait à transformer la mer Caspienne en un lac russe, dans lequel les « étrangers », c’est-à-dire les puissances occidentales, étaient interdits d’accès.
Dans l’ensemble, il est difficile de dire ce que Poutine a en tête, mais son philosophe préféré, Alexander Dugin, a rejeté les dirigeants des démocraties occidentales comme un bouquet de tulipes ne s’intéressant qu’à l’argent et à l’ostentation.
Le point de vue de Dugin a été partiellement confirmé par le succès de la Russie à embaucher d’éminents politiciens occidentaux pour des salaires énormes dans de faux emplois. L’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder, l’ancien Premier ministre français François Fillon et au moins une douzaine d’autres premiers ministres et ministres d’Autriche, de Finlande et d’Italie ont été parmi les premiers à monter à bord du train russe. L’un d’eux (qu’il reste anonyme) nous a dit qu’il ne regrettait pas d’avoir travaillé avec Poutine. « Voltaire n’a-t-il pas travaillé pour l’impératrice Catherine la Grande ? », dit-il d’un ton sarcastique.
L’argent occidental, la technologie et, surtout, la cupidité ont contribué à faire de Poutine, selon les mots du secrétaire d’État américain Anthony Blinken, une menace pour la paix mondiale.
Pendant deux décennies, les puissances occidentales ont investi des milliards pour relancer l’économie en difficulté de la Russie, faisant de la Russie le deuxième producteur mondial de pétrole et aidant Poutine à constituer un trésor de guerre de 600 milliards de dollars avant de lancer des « opérations spéciales » en février dernier.
Bref, l’Occident a joué le rôle de Pygmalion, mais au lieu de se transformer en la belle Galatée qu’il avait imaginée, Poutine est devenu la « créature » du Dr. Frankenstein.

* correspondant  » Moyen-Orient »

Noter:
Tous les articles publiés reflètent uniquement l’opinion de leurs auteurs.

Félix Germain

"Fan du Web. Étudiant au bacon d'une humilité exaspérante. Organisateur. Totalement expert de Twitter. Communicateur amical. Joueur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.