Honorer les symboles de la crise sécuritaire en Algérie : quelle est la particularité de l’agence ?

L’armée et ses officiers sont célébrés à chaque occasion nationale (Riyad Karamdi/AFP)

La cérémonie honorant les hauts responsables militaires en Algérie le 4 août n’a pas été sans beaucoup de controverses et de positions divergentes en Algérie concernant les messages politiques que l’événement véhicule.

Si honorer les officiers travaillant dans le service antiterroriste, les blessés dans l’armée lors des opérations de lutte contre les groupes terroristes et les familles des victimes du devoir national décédées dans ces opérations se comprend comme une reconnaissance de leurs victimes, alors l’essentiel de la polémique a porté d’honorer les chefs militaires qui, il y a moins de trois ans, ont été inculpés par la justice militaire pour complot et trahison.

Un certain nombre d’officiers qui ont dirigé des opérations antiterroristes au cours des dernières décennies ont été honorés

Certains d’entre eux ont également appelé les officiers de l’armée à se soulever contre les dirigeants à l’époque du défunt commandant de l’armée Ahmed Gaid Salah, ajoutant à leur passé politique lorsqu’ils ont été pris dans les circonstances entourant et gérant la crise sécuritaire qui a secoué le pays après Le processus électoral a été suspendu en janvier 1992.

L’Algérie a été influencée par les expériences de l’Egypte

L’autorité politique et militaire en Algérie est clairement affectée par une expérience remarquable en Égypte, atteinte par le président Abdel-Fattah El-Sisi par l’intermédiaire du secteur des affaires morales de l’armée, qui supervise une série d’événements, notamment la mise à l’honneur des militaires et de leurs familles à charge et des productions artistiques pour rendre la position de l’armée plus centrée sur le sentiment collectif et accroître sa focalisation sur la vie politique.

Cette influence se concrétise en Algérie ces derniers temps avec l’adoption d’une nouvelle ligne de célébration de l’armée, de ses réalisations et de ses officiers à chaque occasion nationale, dont la plus marquante était le défilé militaire du 5 juillet pour marquer la fête de l’indépendance et l’inauguration du 4 août de chaque année (date de la transformation de l’Armée de libération en armée nationale régulière en 1962) pour célébrer la Journée de l’Armée nationale.

Hommage aux soldats blessés lors d’opérations anti-terroristes

Certaines des caractéristiques de cette affection sont mises en évidence par la commémoration des mêmes célébrations pour un certain nombre d’officiers et de soldats blessés lors d’opérations antiterroristes, en particulier ceux qui ont subi des blessures graves causées par l’amputation de certains de leurs membres, et pour les familles de militaires qui sont morts dans des opérations antiterroristes, pour tenter d’endiguer la colère ressentie depuis des années contre des militaires victimes d’opérations antiterroristes et des conscrits accusés d’avoir participé à la lutte contre le terrorisme sont recrutés pour endiguer.

Pendant des années, ils ont continué à manifester dans les rues et devant le siège du ministère de la Défense. À de nombreuses reprises, la dernière fois il y a quelques mois, ils ont organisé des sit-in pour revendiquer leurs droits moraux et matériels en échange de la défense de l’État et du système républicain. La célébration officielle de certains blessés leur signale qu’il y a bien une tendance à reconnaître leurs droits matériels et à réhabiliter leur lutte pour la République.

Elle comprenait également la première apparition du commandant du bataillon commando qui a repris l’opération de libération de l’usine à gaz de Tiguentourine et de 700 otages algériens et étrangers de l’emprise d’un groupe terroriste armé travaillant avec al-Qaïda au Maghreb islamique, la Libye et le Mali le 16 janvier 2013 .

Le lieutenant-colonel Hamza Chaalali est apparu où il a été honoré par le président Abdelmadjid Tebboune. Lors de sa présentation, il a annoncé qu’il avait été blessé lors de l’opération, mais a refusé de se retirer tant que tous les terroristes de l’installation n’auraient pas été éliminés.

Un certain nombre d’officiers qui ont dirigé des opérations antiterroristes au cours des dernières décennies et obtenu un grand succès dans la neutralisation de groupes terroristes armés ont également été honorés.

Controverse sur l’honneur d’anciens responsables de la sécurité

Et si rendre hommage à tous fait l’objet d’un consensus général en Algérie, une grande polémique a accompagné la mise à l’honneur de certains anciens dirigeants et responsables de l’armée et des services secrets (même s’ils n’ont pas assisté à la cérémonie pour des raisons de santé), qui se sont séparés la position contre eux en raison de leur rôle suspect dans les périodes difficiles de l’histoire algérienne, comme la décennie sanglante et ses vestiges douloureux. Ils ont également été poursuivis il y a trois ans par la justice régulière et la justice militaire pendant le mandat de feu l’ancien chef de l’armée Ahmed Gaïd Salah pour complot contre les autorités et l’armée.

Parmi eux figurent l’ancien commandant du renseignement, le général de corps d’armée Mohamed Mediene, connu dans les médias sous le nom de général Tawfiq, et l’ancien ministre de la Défense Khaled Nizar, qui sont accusés d’avoir participé à la mise en scène de la crise de 1992 en 2019 pour complot contre l’agence et l’armée (après une réunion suspecte en mars 2019 pour gérer une période de transition).

Ismail Maaraf: L’événement a véhiculé des messages selon lesquels l’agence est désormais pleinement unie

Le général Tawfiq a été détenu dans une prison militaire tandis que Nizar s’est enfui à l’étranger lors du mouvement populaire d’avril 2019 pour éviter d’être arrêté par le chef de l’armée de l’époque dans la même affaire. À l’étranger, il a réalisé une vidéo exhortant les officiers de l’armée à se rebeller contre Qaid Saleh avant que toutes les charges ne soient mystérieusement abandonnées.

Et il y a le général à la retraite Hussein bin Hadid, qui est accusé d’excès pendant la crise de sécurité. Il a également été poursuivi à deux reprises par la justice militaire, en 2016 pour divulgation de secrets militaires, et a été de nouveau arrêté de juillet 2019 à janvier 2020 pour avoir sapé le moral de l’armée et insulté un commandant militaire.

Ismail Maaraf, professeur de sciences politiques à l’Université d’Alger, estime que le fait d’honorer ces dirigeants controversés est une déception pour beaucoup.

La fin de la responsabilité des symboles de l’État profond

Maaraf, dans une déclaration à Al-Araby Al-Jadeed, a déclaré que « rendre hommage aux symboles bien connus du soi-disant État profond, tels que le général Tawfiq, Khaled Nizar, Bin Hadid et d’autres, est une véritable déclaration de la fin de les revendications du mouvement populaire, qui demandait « de tenir ces personnes responsables de leur responsabilité dans les crises du pays ».

Il a ajouté: « Les honorer marque également la fin d’une ère de patriotisme militaire représentée par les tendances de l’ancien commandant de l’armée, le lieutenant-général Gaid Salah, qui sont ouvertement hostiles à la France, notamment en référence au fait qu’honorer le dernier visages pour représenter cette tendance, le général de corps d’armée Ben Ali bin Ali pourrait être un prélude à sa déportation à la retraite.

Maaraf estime que l’événement récent « contient des messages que je souhaite envoyer en interne et en externe que l’autorité en Algérie est désormais pleinement unifiée et que l’institution gouvernementale s’est enroulée autour de la personne de Tabun ».

Il poursuit : « Je pense que dans la période précédente le régime algérien a subi de nombreux chocs issus de la scission au sein de l’agence, notamment avant et pendant le mouvement populaire de 2019 qui a brisé les ailes au sein de l’agence et l’establishment militaire a suggéré d’accepter unifier la situation après une période de désaccord, pour surmonter tous les problèmes antérieurs.

L’honneur est dans le contexte de la politique de réunification

Mais une autre lecture inscrit cet hommage, qui comprenait des personnalités controversées en Algérie, dans la consolidation de la logique étatique et de la culture de reconnaissance des défenseurs du système républicain, et dans le contexte de la politique de « réunification » annoncée par Tebboune pour venir à bout des reliques de crises précédentes.

Mouloud Ould Al-Siddiq: le rassemblement de Taboun de tous les militaires fait partie de l’initiative de réunification qu’il a annoncée

Mouloud Ould Seddik, professeur de sciences politiques à l’Université de Saida, dans l’ouest de l’Algérie, a déclaré que le rassemblement de Tabun de tous les militaires, représentant différentes étapes et exprimant diverses tendances clés, fait partie de l’initiative de réunification précédemment annoncée par le président.

Ould Siddik a ajouté dans une déclaration à Al-Araby Al-Jadeed : « Je pense que c’est exactement ce que le président voulait dire avec ses initiatives de réunification.  » Et il estime qu ‘ »il existe une approche claire de la part de l’autorité pour éliminer les problèmes au sein du système en prévision des défis difficiles anticipés, que ce soit au niveau interne ou régional ».

Liée aux mêmes considérations, une déclaration politique postule qu’honorer les chefs de l’armée et les symboles de la crise sécuritaire fait partie d’une équation décision par décision, car c’est une étape qui précède toute décision que Tebboune prendra avec une amnistie spéciale pour un nombre de prisonniers islamistes des cadres dissous du « Heilsfront » accusés de terrorisme (prisonniers des années 1990).

Cet honneur fait également suite à la libération d’un certain nombre de militants et chefs de groupes terroristes qui se sont rendus aux autorités après l’expiration des délais légaux de réconciliation nationale, et à l’amnistie de certains dirigeants du « Front du salut ». « qui ont été impliqués dans des affaires de soutien au terrorisme et ont attaqué l’armée et les établissements de sécurité depuis l’étranger. Cela signifie avoir des comptes auprès de l’agence et ne pas accorder un avantage politique spécifique par rapport à un autre.

Édith Desjardins

"Nerd du Web primé. Sympathique expert de l'Internet. Défenseur de la culture pop adapté aux hipsters. Fan total de zombies. Expert en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.