La France veut ouvrir des archives de l’époque coloniale au Cameroun

Yaoundé – AFP
Le président français Emmanuel Macron a annoncé mardi que les archives de la domination coloniale de son pays au Cameroun seraient ouvertes « pleinement » et a exhorté les historiens à faire la lumière sur les « moments douloureux » de cette époque.
Von Yaounde, Macron a déclaré qu’il souhaitait que les historiens des deux pays travaillent ensemble pour examiner les événements passés et identifier la « responsabilité ».
Les autorités coloniales françaises ont brutalement réprimé les nationalistes camerounais armés avant l’indépendance du pays en 1960.
L’accès aux archives militaires et diplomatiques permet aux historiens de terminer leur travail au Cameroun, après quoi une action politique peut être entreprise, a déclaré un diplomate français.
Lundi, un collectif de partis politiques camerounais a appelé Macron à reconnaître les « crimes » commis par la France à l’époque coloniale. Les commentaires de Macron sont intervenus lors de la première étape d’une tournée africaine qui comprend également le Bénin et la Guinée-Bissau ; Il espère revigorer les liens de son pays avec les pays du continent, dont beaucoup étaient d’anciennes colonies françaises.
Des dizaines de milliers de partisans de l’UPC, dont le leader indépendantiste Robin Homme Niobe, ont été tués par l’armée française. L’armée camerounaise sous le règne d’Ahmedou Ahidjo, premier dirigeant du pays après l’indépendance, a été impliquée dans l’assassinat des combattants de l' »Union des peuples du Cameroun ».
L’ancien président François Hollande a admis en 2015 que le passé colonial français du Cameroun avait eu des moments « tragiques », suggérant qu’il était prêt à dévoiler les archives.

Édith Desjardins

"Nerd du Web primé. Sympathique expert de l'Internet. Défenseur de la culture pop adapté aux hipsters. Fan total de zombies. Expert en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.