La nouvelle guerre froide… la lutte d’influence en Afrique

T+ T- taille normale

« Faire taire les armes », tel était le slogan de l’Union africaine, visant à mettre fin aux conflits qui déchirent le continent, mais la tâche est clairement au point mort compte tenu des violents conflits qui se déroulent sur le continent au même moment. « nouvelle guerre froide », c’est ainsi que l’économiste en chef de la Banque africaine d’import-export, Hippolyte Vovak, la décrit dans une étude récente, dans laquelle il évoque l’ampleur de la « concurrence » étrangère sur le continent de son pays.

Hippolyte Vovak, dans son étude intitulée (The Dawn of the Second Cold War), publiée il y a quelques semaines par la Brookings Institution américaine, déclare : « L’Afrique connaît des guerres par procuration et, face aux opérations de repositionnement géopolitique, est apparue comme un champ de bataille avec la présence d’environ 13 pays étrangers menant des opérations militaires sur les pays du continent. ».

L’opération russe en Ukraine a révélé quelques indices sur ce que l’on pourrait appeler une « nouvelle guerre froide » entre la Russie et l’Occident sur la scène africaine, en termes d’avertissement de l’étendue de l’influence russe sur le continent à la suite de l’élargissement de la politique des Témoins. ces dernières années, Moscou est en concurrence avec les pays européens – notamment la France en Afrique de l’Ouest et au Sahel – dans leurs sphères d’influence, notamment en Afrique centrale, au Mali ou encore au Tchad.

24 pays africains se sont abstenus lors du vote des Nations Unies condamnant l’opération russe, et un pays africain (l’Érythrée) faisait partie de ceux qui ont voté contre la résolution. Les conséquences de l’opération militaire russe en Ukraine ont également encouragé les pays africains à prendre des mesures envers la Russie, qui a du mal à joindre les deux bouts sur le continent à la lumière de la panique que connaissent de nombreux pays africains pendant la seconde guerre froide avec l’Occident pour gagner leur sécurité alimentaire. et les stocks de blé de la Russie.

Guerre froide développée

« La guerre froide entre la Russie et l’Occident va être très chaude et très dangereuse », a déclaré le politologue tunisien Nizar Jelidi, basé à Paris, en utilisant les témoignages de l’ambassadeur adjoint de Russie aux Nations Unies, Dmitry Polyansky, dans son commentaire sur la guerre. en Ukraine et son impact sur le reste du monde, dans lequel il a déclaré : « Ce à quoi nous assistons aujourd’hui est une nouvelle version de la guerre froide, une guerre froide améliorée ».

Cette déclaration intervient à un moment où les parties à cette guerre ont été identifiées, qui différera de la guerre froide à l’époque soviétique car elle transcende les frontières et est une guerre pour prouver la présence et l’influence.

Al-Jalidi poursuit : « Si la guerre froide précédente était entre un camp libéral et un camp communiste, alors la guerre actuelle est très éloignée de l’idéologie et des armements conventionnels et nucléaires. C’est une guerre froide qui est presque mondiale et qui le deviendra dans quelques mois à mesure que la demande des pays en nourriture et en pétrole augmentera. »

En ce qui concerne l’Afrique, « un certain nombre de pays du Sahel africain et en raison du grand besoin de blé russe ont commencé à tourner leur boussole vers Moscou et à s’éloigner de leur alliance traditionnelle et historique avec l’Europe et l’Amérique, qui ont commencé à exercer leur influence en un grand nombre de pays africains et asiatiques en faveur de l’ours russe, et peut-être le retrait français du Mali en est-il un bon exemple, tout comme la présence notable russo-chinoise dans ces pays et le changement de la traditionnelle carotte-et- l’équation du bâton au lieu des politiques du bâton uniquement en proie à l’Europe et aux États-Unis depuis des décennies.

Avec la prolongation de la guerre russo-ukrainienne, les caractéristiques de la carte de la guerre froide ont commencé à prendre forme en Afrique et en Asie, où la Russie compte un grand nombre de pays prêts à échanger leurs richesses en uranium, en or et autres contre du blé, c’est-à-dire prêts à accepter le commerce du rouble russe et abandonner le dollar et l’euro, selon Al-Jalidi.

D’autre part, l’Europe et les États-Unis ont commencé à perdre d’autres pays, comme l’Algérie, qui était clairement alliée à la partie russe.

Preuve importante

Il existe de nombreux indices de l’étendue de l’influence russe en Afrique, notamment à travers les activités étendues des entreprises russes, dont le groupe Wagner et ses activités militaires et économiques. Ces dernières années, Moscou a posé des bases solides en Afrique, et les relations entre la Russie et les pays du continent ont connu des étapes importantes, notamment le Sommet russo-africain (Sotchi 2019) avec une large présence de dirigeants et de responsables de pays africains, A Sommet , qui était une expression concrète du retour de Moscou sur le continent noir après l’absence de la Russie. Des décennies après l’effondrement de l’Union soviétique, le président russe Vladimir Poutine a annoncé lors du sommet des travaux de Moscou de « fournir des prêts pour des investissements qui renforcent les économies nationales des pays africains », mettant l’accent sur 20 milliards de dollars d’allégement de la dette des pays africains.

équilibre international

Pour sa part, Atif Mohamed, chercheur en relations publiques du Maroc, a déclaré dans des déclarations à Al-Bayan que la guerre russo-ukrainienne s’inscrit dans le cadre de « l’équilibrage du système international » à travers l’expansion de la Russie dans les territoires, y compris les pays du continent africain, témoin l’influence croissante de la Russie rivalise avec l’influence occidentale car le continent brun est l’un des continents les plus riches en ressources naturelles et en énergie.

Ainsi, « la concurrence entre les pays occidentaux et la Russie pour l’endiguement d’un groupe de pays africains apparaît parallèlement aux conditions vécues par les pays du continent, notamment des cas d’instabilité face à des coups d’État militaires dans certains pays, l’expansion de cellules terroristes , ainsi que l’exploitation du retrait occidental, représenté par le retrait français du continent, et ce que l’on peut qualifier d’échecs stratégiques et sécuritaires français au Sahel.

Et il poursuit : « Maintenant, la Russie met les pieds fermement en Afrique pour renforcer sa présence économique, sécuritaire et militaire y compris la Chine, surtout compte tenu de ce que la guerre en Ukraine a révélé sur l’étendue des positions africaines. La Russie ».

Parallèlement, le chercheur attire l’attention sur l’influence des entreprises russes en Afrique, notamment militaires, dont Wagner, qui joue un rôle dans la mise en œuvre des politiques militaires et de sécurité russes sur le continent à un moment où la stratégie de sécurité française a été justifiée. , qui a offert à la Russie une grande opportunité au sein du continent alors qu’elle tente de contenir ces pays, de nouer des liens économiques solides avec eux et de leur donner des préférences dans les relations commerciales, tout en faisant également référence aux investissements et entreprises russes sur le continent, notamment en Algérie, en Égypte , l’Angola et l’Ouganda, y compris Gazprom et Rostec.

activité diplomatique

Parmi les signes marquants de l’expansion de l’influence russe aux dépens de l’influence occidentale sur le continent figure la série de visites mutuelles entre la Russie et les pays du continent africain (qui est l’un des plus gros importateurs d’armes russes, mais se classe deuxième derrière l’Asie, et les importations d’armes russes représentent près de la moitié). À une époque où de nombreux pays du continent connaissaient un certain nombre de variables peu propices à l’influence occidentale, notamment des changements politiques et des coups d’État qui ont renversé des dirigeants africains alliés de l’Occident.

En parallèle, Moscou tente de renforcer sa présence militaire, que ce soit par des bases militaires ou des accords similaires à celui lié à une base militaire russe sur la côte soudanaise.

À cet égard, l’analyste et écrivain libyen Radwat Al-Fitouri, dans des déclarations à Al-Bayan, a souligné que « Moscou avait précédemment demandé à l’armée nationale libyenne d’établir une base militaire à Tobrouk, et la réponse est venue en acceptant la demande diminué », notant que la situation de Moscou en Libye est quelque peu différente. Qu’en est-il du reste du continent africain ?

Il souligne que sous le régime précédent à Tripoli, il y avait d’anciens contrats militaires et que l’armée travaille à activer ces contrats. Il a ajouté : « Certes, il y a des experts russes, mais cela n’équivaut pas à une force militaire directe… Je crois qu’il y a des intérêts stratégiques pour les deux parties (Libye et Russie), et c’est une chose naturelle entre les pays, et ces contrats seront activés rapidement au cours des prochains mois. »

Pour appuyer
E-mail




elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.