La visite de Macron en Algérie… une raison « surprenante » empêchant le grand rabbin de France de voyager

Les États-Unis et l’Union européenne ont convenu que la réponse de l’Iran dans le cadre des pourparlers sur l’accord nucléaire de 2015 était « décourageante » et un « pas en arrière ».

Un haut responsable de l’administration Biden a déclaré au journal :politiqueJeudi soir : « Nous étudions la réponse de l’Iran, mais en fin de compte, ce n’est pas du tout encourageant. »

Le responsable a refusé de donner des détails sur les propositions des Iraniens, mais a déclaré : « Sur la base de leur réponse, il semble que nous reculons ».

Un diplomate européen a souscrit à cette évaluation négative, affirmant que la réponse iranienne était « négative et déraisonnable », tandis qu’une autre personne proche du dossier a déclaré que la réponse de Téhéran « ne semble pas bonne du tout ».

Jeudi, les États-Unis ont annoncé que la récente réponse de Téhéran n’était « pas constructive », limitant la possibilité d’un retour au respect de cet accord historique.

« Nous pouvons confirmer que nous avons reçu la réponse de l’Iran via l’Union européenne », a déclaré le porte-parole du département d’Etat, Vidant Patel. « Nous l’étudions et nous répondrons par l’intermédiaire de l’Union européenne, mais ce n’est malheureusement pas constructif », a-t-il ajouté.

Mercredi, le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, a exprimé son espoir de pouvoir relancer l’accord sur le programme nucléaire iranien « dans les prochains jours ».

Politico a déclaré que la réaction négative de l’administration Biden et de sources européennes suggère que la question de la relance de l’accord nucléaire de 2015 n’est pas aussi imminente que certains partisans de l’accord l’avaient espéré, malgré près d’un an et demi de pourparlers indirects entre Washington et Téhéran.

Le 8 août, l’Union européenne a présenté un soi-disant « texte final » pour relancer l’accord conclu en 2015, et le président américain Donald Trump s’en est unilatéralement retiré. L’Iran a proposé des changements, auxquels les États-Unis ont répondu par l’intermédiaire de médiateurs.

Plus tôt jeudi, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanaani, a déclaré que Téhéran avait envoyé une nouvelle réponse à la suite de la réponse des États-Unis, a rapporté l’agence de presse officielle iranienne (IRNA).

Les négociations sur le dossier nucléaire iranien, entamées il y a 16 mois mais suspendues et reprises début août, visent à relancer l’accord conclu en 2015 avec Téhéran par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (Chine, USA, France, Grande Grande-Bretagne et Russie) à côté de l’Allemagne.

« Opportunité gâchée »

Le président américain Joe Biden s’est depuis longtemps engagé à rétablir l’accord, arguant que c’est le meilleur moyen de freiner le programme nucléaire iranien et que le retrait américain n’a servi qu’à faire pression sur Téhéran pour accélérer son projet.

Selon la nouvelle proposition, l’Iran bénéficierait d’un allégement des sanctions et pourrait revendre son pétrole en échange de restrictions sévères sur son programme nucléaire. L’Iran et les États-Unis ont répondu en proposant un certain nombre de modifications. Mais Washington considère la réponse de Téhéran comme inadéquate.

Lors de discussions mercredi avec le Premier ministre israélien Yair Lapid, farouche opposant à l’accord, Biden a réitéré « l’engagement américain de ne jamais permettre à l’Iran d’acquérir des armes nucléaires ».

Washington affirme que l’Iran a fait des concessions majeures, notamment en abandonnant sa demande d’empêcher certaines inspections de l’Agence internationale de l’énergie atomique. Cependant, cette question des inspections reste très sensible de part et d’autre.

Téhéran a récemment demandé l’achèvement d’une enquête par l’Agence internationale de l’énergie atomique après avoir trouvé des traces d’uranium enrichi sur trois sites non déclarés, ce que le chef de l’agence, Rafael Grossi, a démenti.

L’organisation des Nations unies avait regretté le manque de réponses « crédibles » de Téhéran face à cet impact.

Avec les élections de mi-mandat au Congrès américain qui se profilent, les pourparlers pourraient stagner jusqu’à la fin de la campagne de novembre, de nombreux démocrates en particulier voulant éviter de parler de l’Iran dans les semaines qui précèdent immédiatement.

« Avec cette opportunité manquée, il est désormais difficile d’imaginer qu’un accord puisse intervenir avant les élections de mi-mandat », a déclaré à Politico Ali Fayez, analyste principal à l’International Crisis Group, faisant référence aux élections au Congrès de novembre.

Léone Duchamps

"Amateur accro au café. Communicateur. Expert Internet certifié. Joueur. Fanatique de musique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.