Le ballet m’a volé la vie et la danse a une espérance de vie.. Je mange parfaitement.. Je m’entraîne une heure et demie par jour.. et je répète à l’opéra

Suivez les dernières nouvelles via l’application

« Sahar Helmy » a décidé de se faire un nom, alors elle a suivi sa passion pour le ballet, cet art qui repose sur la performance expressive avec de la musique, des gestes et des scènes théâtrales dans lesquelles elle se déhanche sur la pointe des pieds, les cheveux attachés en chignon, montrant les traits du visage de sa tête et de son cou, elle porte des chaussures en cuir clair et un uniforme rose pour briller sur les théâtres égyptiens et internationaux en parfait équilibre, défiant les traditions de la société qui ne connaît pas grand-chose à la maladie « ballerines » , donc « Al-Bawaba » a rencontré le Dr.

■ Quelles sont les caractéristiques initiales d’une ballerine ?

La flexibilité et la flexibilité sont la base du ballet, et elle a un corps mince, elle n’a pas de malformations congénitales ou de malformations physiques, ses organes sont en bonne santé et elle ne souffre d’aucune maladie chronique, et l’âge approprié pour commencer le ballet est de 9 ans , pour la flexibilité, car le ballet nécessite des compétences particulières et la vie d’une ballerine. et nous faisons un très, très gros effort pour sortir comme vous le voyez.

La ballerine Sahar Helmy et le journaliste Al Bawaba

■ Quelles sont les règles fixes pour garder la ballerine en forme ?

Le régime alimentaire et l’exercice sont la base d’une ballerine pour maintenir son corps, son poids et sa grâce, une heure et demie par jour pour la forme physique, en particulier le jour de la représentation a un rituel très difficile, car le processus de professionnalisme dans le domaine de le ballet n’est ni facile ni simple, la rééducation, l’éducation et l’apprentissage de toutes les bases du théâtre sont très importants.

■ Y a-t-il une différence entre les hommes et les femmes en ballet ?

Bien sûr, il y a une grande différence dans les performances, les mouvements et les rôles, même dans la pose : les danseurs se tiennent sur la pointe des pieds, les hommes non, et il y a une plus grande demande des hommes pour le ballet que des femmes en tant que professionnel plutôt qu’en tant qu’exercice.

■ Comment passez-vous votre journée de ballerine ?

– La journée commence par se lever tôt, je vais à mon travail à l’académie en tant que membre du corps professoral, que ce soit la mise en scène ou le design, puis je vais à l’opéra et je répète pour préparer le spectacle, mais il y a quelque chose de spécial dans la journée du spectacle Rituels, d’abord il est interdit de dormir la veille, je ne me fatigue pas les jambes, et je ne marche pas beaucoup, et je dors les jambes à plat, il n’y a pas de nourriture pure, et s’il y a un léger besoin, pas de thé ni de café, et je descends deux heures avant le spectacle et je ne parle à personne et nous nous déconnectons du monde et je commence à me concentrer sur la personnalité et à faire les exercices qui qualifient mon corps et lancent le spectacle.

■ L’étude du ballet est-elle importante ? Ou le talent suffit-il ?

En plus du talent, il doit également être étudié, car le ballet est un art très difficile et physiologique et dépend de l’histoire, des événements, de la performance et du mouvement, et la formation en ballet est très stricte et non un luxe, il y a justice et punition, succès et l’échec.

■ Le ballet est un bel art. Peut-il devenir un art de masse ?

– Malheureusement, seule la classe éduquée est admise au ballet, et les médias sont presque inexistants, et il n’y a pas de programme artistique qui parle de l’art du ballet, et il n’y a pas d’opportunités disponibles, car la culture n’exige pas qu’elle apporte revenu, c’est une demande qui sensibilise et élève le citoyen.

■ Est-ce que ça vaut la peine d’être ballerine financièrement ?

La profession de ballet n’est pas du tout rentable, les revenus sont rares par rapport à l’effort, et elle a besoin du soutien de l’État, et de nombreuses personnes ont choisi d’autres professions pour le retour financier, ont voyagé dans les pays arabes et exercé de nombreuses professions différentes.

■ Y a-t-il une différence entre le ballet en Égypte et en Europe en raison de vos voyages à l’étranger ?

– En Europe, les danseurs de ballet ont une fréquentation parce qu’ils sont excellents et parce qu’ils savent qu’ils sont une richesse nationale, par exemple en France il n’y a pas de comparaison entre le ballet en France et en Egypte car en France la gestion des politiques culturelles est différente.

■ Et votre voyage en France ?

En France j’ai appris que l’art c’est de la politique et que la gestion culturelle c’est de la politique profonde, pas du tout un luxe, la vie de ballet là-bas est complètement différente.

■ De votre point de vue… Peut-on exporter l’art à l’étranger ?

– Malheureusement, nous apprenons encore et nous ne manquons de rien. Nous avons les fondations et les usines. L’Académie des Arts est une usine et l’Opéra est notre boutique. Bien que nous n’ayons remporté aucun prix international de ballet jusqu’à présent, nous avons participé à de nombreux forums internationaux.

■ Vous êtes étudiant à l’Académie des Arts. Comment voyez-vous l’élection d’un ministre de la même entité ?

– Le ministre actuel, le Dr. Nevin Al-Kilani, de l’Académie des Arts, boursier et également artiste, et le vrai est un choix réussi et la sélection de deux ministres de l’Académie est un geste de l’État de l’importance de l’Académie des Arts et en témoigne une nouvelle prise de conscience et une entrée dans la nouvelle république, ce que l’académie offre à mon avis est un programme mondial pour les arts internationaux et non produit localement.

■ Votre vie conjugale a-t-elle interféré avec votre carrière dans le ballet ?

– Le mariage n’est pas en contradiction avec le ballet, mais au contraire, la stabilité et la vie conjugale et l’unité m’ont aidé à compléter et j’ai laissé un fils qui vit en France et parle arabe et il a étudié le théâtre en France, et lui-même reste acteur, et il n’en a pas eu l’occasion, et je l’ai averti de la fatigue de l’art, mais il a décidé de devenir acteur et d’attendre l’occasion, et le ballet m’a volé la vie, et si j’étais une fille partie, je serais entrée ballet si elle l’aimait.

■ Qui vous a encouragé à vous lancer dans l’art du ballet ?

– Mon père était celui qui m’a encouragé à entrer à l’institut de ballet et il aimait beaucoup l’art et a voyagé dans de nombreux pays et ses amis sont Salah Jaheen, Jill Rosal Youssef et Good Morning mais la famille a réservé cette décision car pour La danse est seulement oriental parce que je viens d’une famille noble.

■ Pensez-vous que l’art du ballet a trouvé sa place en Égypte ?

– Non, le ballet n’a pas pris le droit, il n’y a pas de festivals ou de forums de ballet en Egypte et nous exigeons un festival de ballet en Egypte.

■ En dehors de l’Académie des Arts, y a-t-il d’autres lieux où l’on enseigne le ballet ?

Pour les professionnels il n’y a rien d’autre que l’académie des arts, mais pour les amateurs ou une activité normale pour l’éducation et non pour le professionnalisme.Il y a des écoles car dans l’académie des arts l’étudiant est isolé et a tout à sa disposition et les privilégiés, ce qui avoir un corps spécifique avec certaines spécifications que l’Académie adopte, a à sa disposition et est responsable devant des spécialistes.

■ Avez-vous été critiquée par la société au cours de votre carrière de ballerine ?

Honnêtement, je n’ai personnellement fait l’objet d’aucune critique au début ni aujourd’hui, mais les gens s’interrogent sur le ballet et son cahier des charges, les guerres ont toujours été parmi les fils du métier.

■ Les « médias sociaux » ont-ils servi l’art du ballet ?

– Ah, franchement, son service est très bon, et les « réseaux sociaux » jouent un grand rôle dans le monde, pas seulement dans le ballet, mais il n’y a toujours pas de plateforme spécialisée pour le ballet sur les « réseaux sociaux ».

■ Qu’en est-il de votre nouveau ?

Je me prépare à montrer Roméo et Juliette bientôt et ensuite je pense arrêter parce que j’en ai marre du ballet et honnêtement l’art du ballet a un certain âge mais j’ai battu le record d’âge car je suis la plus vieille ballerine qui pratique encore le ballet sur organiser.

■ Pourquoi n’avez-vous pas pensé à entrer dans le monde du théâtre ?

– Honnêtement, je le souhaite, mais on ne lui a pas proposé de rôles, mais quand on m’a présenté le programme de présentation de l’art du ballet à la télévision égyptienne, j’ai accepté et adoré l’expérience en tant que journaliste, et je pense que j’ai présenté un résumé de mon expérience et ma carrière dans le ballet.

■ Quelles sont vos idoles dans le monde du ballet ?

Mes professeurs et mes idéaux sont Magda Saleh et Abdel Moneim Saleh car il est mon professeur, tuteur et père spirituel pour moi.

■ Quels sont les conseils de Sahar Helmy pour les morsures de ballet ?

– Je vois des filles rêvées de rester à Reina et je vois des femmes voilées et voilées entrer dans l’art dont des mères qui ont fait en sorte d’enseigner le ballet à leurs enfants et c’est un indicateur prometteur. Nous n’avons pas tous besoin d’aller voir des médecins et des ingénieurs pour la santé mentale et l’amélioration du goût et de la morale.

■ Quelles sont vos ambitions pour l’art du ballet en Égypte ?

– Que l’art du ballet soit soutenu par l’État en organisant des festivals et des spectacles internationaux et en traitant la ballerine comme une richesse artistique nationale, comme cela se fait dans les pays européens.

Lignes de la marche de la ballerine

Ballerine internationale Sahar Helmy

docteur Sahar Helmy, la fille du Dr. Helmy El Hilali, ancien critique et journaliste à la Fondation Rosal Youssef, est entré à l’école de ballet dès l’âge de 8 ans et a obtenu une maîtrise et un doctorat de l’Académie des arts et est membre du corps professoral.

Elle a des livres, de la littérature et des articles, et elle est l’auteur d’articles professionnels, dont « Bellydance Between Past and Future », dans lequel l’UNESCO a appelé à la documentation de la danse orientale en tant qu’art humain avant qu’elle ne disparaisse, en tant que patrimoine humain et cinétique, parce que C’est un art très ancien.

– Elle a participé à de nombreux spectacles de ballet dont : « Lorciana, Malgré tout, Ulysse, Révolution, Pyramides et Révolution, Tango, Dances We Meet, Shakespeare’s Chess » et a joué dans l’opéra Aida Luxor et les Pyramides de Gizeh et Pékin dans lequel j’ai joué l’opéra « Volcan » avec l’armée égyptienne lors des célébrations d’octobre 1999.

Édith Desjardins

"Nerd du Web primé. Sympathique expert de l'Internet. Défenseur de la culture pop adapté aux hipsters. Fan total de zombies. Expert en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.