Le Conseil de sécurité tient une réunion d’urgence pour discuter de la situation à Gaza

Lundi après-midi, le Conseil de sécurité de l’ONU a tenu une réunion d’urgence pour discuter de la situation à Gaza : de nombreux membres ont exprimé leur inquiétude malgré un cessez-le-feu conclu entre le mouvement du Jihad islamique et Israël après trois jours d’affrontements sanglants.

Dans son intervention vidéo, l’envoyé pour la paix des Nations Unies pour le Moyen-Orient, Tor Wencesland, a mis en garde contre les conséquences « dévastatrices » si les hostilités reprennent et a souligné que le cessez-le-feu était « fragile », selon l’Agence France-Presse.

Pour sa part, l’ambassadeur russe Vassily Nebenzia a déclaré : « Nous sommes très préoccupés par les événements qui pourraient conduire à la reprise d’affrontements militaires ouverts et aggraver la situation humanitaire déjà détériorée à Gaza.

Le cessez-le-feu est entré en vigueur dimanche à 23h30 heure locale et a été négocié par l’Égypte, mais Israël et le mouvement du Jihad islamique ont confirmé qu’ils se réservaient le droit de réagir en cas de violation par l’une ou l’autre des parties.

L’armée israélienne a annoncé que l’opération qu’elle avait lancée vendredi était une opération « préventive » contre le « Djihad islamique », qui a tué deux de ses chefs militaires à Gaza, Taysir al-Jabari et Khaled Mansour, ainsi qu’un certain nombre de membres du membres du mouvement.

Entre le début de cette opération israélienne et la soirée de (dimanche), 44 Palestiniens ont été tués, dont 15 enfants, et 360 blessés, selon le ministère de la Santé à Gaza. Les autorités israéliennes ont confirmé que certaines des victimes palestiniennes pourraient être mortes à la suite des tirs de roquettes du Jihad islamique sur Israël, qui ont atterri par erreur dans la bande de Gaza.

Le Wenesland a annoncé que « les Nations Unies procèdent à une évaluation des événements », notant qu' »environ 20% » des 1 100 roquettes tirées par des groupes armés palestiniens pourraient avoir atterri dans la bande de Gaza.

Pour sa part, l’ambassadeur d’Israël aux Nations unies, Gilad Erdan, a déclaré que la responsabilité incombait « entièrement » au mouvement du Jihad islamique, qu’il a accusé d’utiliser les habitants de Gaza comme « boucliers humains ».

« Si le Conseil de sécurité veut vraiment améliorer la situation à Gaza, il faut qu’il aboutisse à condamner le double crime de guerre du Jihad islamique et à le tenir pleinement responsable du meurtre de Palestiniens innocents », a-t-il déclaré lors de la session.

Pour sa part, l’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield a déclaré que « ce conseil doit pouvoir s’unir et rejeter sans réserve le terrorisme du Jihad islamique palestinien et ses actions dangereuses qui mettent en danger la vie des civils des deux côtés », soulignant son soutien au « droit d’Israël à défense. » sur son peuple.

D’un autre côté, l’ambassadeur palestinien Riyad Mansour a demandé : « Combien de fois Israël justifiera-t-il de bombarder notre peuple à Gaza avant que quelqu’un n’en dise assez ? » Il a ajouté : « Combien d’années imposera-t-il son siège inhumain à deux millions de personnes, dont jusqu’à ce que quelqu’un en dise assez ?! » Combien d’enfants devons-nous enterrer avant que quelqu’un dise que c’en est assez ?! », a déclaré l’agence de presse officielle palestinienne (Wafa).

Selon plusieurs sources diplomatiques, aucune déclaration du Conseil de sécurité n’est attendue à l’issue de la réunion d’urgence.


gaza

Le conflit palestino-israélien

gaza

Conseil de sécurité

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.