Le procès contre le régime iranien à Paris !

Maryam Radjavi : Apaiser les mollahs, c’est soutenir le fascisme religieux

La présidente élue de la Résistance iranienne, Maryam Radjavi, a exprimé sa surprise face à la dépendance des gouvernements occidentaux à la modération dans le régime des mollahs, malgré l’échec des politiques d’apaisement au cours de ses quatre décennies au pouvoir.

Et elle a déclaré dans un message vidéo qu’elle a envoyé à la conférence : « Appelez à poursuivre les dirigeants du régime des mollahs pour les crimes de génocide, de crimes contre l’humanité et de terrorisme et à mettre fin à l’immunité des dirigeants du régime. » que les gouvernements occidentaux ont affirmé qu’ils apaisaient le régime pour soutenir les modérés, « et nous disons depuis le premier jour que la modération dans la tyrannie religieuse est un gros mensonge. » Les étudiants de l’apaisement ont utilisé ce mensonge pour soutenir leur plan pour justifier le soutien au fascisme religieux.

Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne

Lors de son discours à la conférence de Paris, elle a expliqué comment les mollahs avaient retiré le masque de la modération de leur visage en installant l’un des principaux auteurs du massacre de 1988 à la présidence, notant qu’Ibrahim Raisi était directement impliqué dans l’assassinat de milliers de personnes. étaient impliqués, nécessitant son procès plutôt que de s’asseoir derrière une table avec lui.

Dans son discours, c’était une honte pour l’humanité que Raisi se soit rendue à New York pour assister à la session de l’Assemblée générale des Nations Unies et qu’une personne dont les mains étaient tachées du sang de milliers de prisonniers innocents se soit tenue sur le podium de l’Organisation internationale.

Il en est resté au doublement des exécutions sous l’ère Raisi, à l’oppression des femmes qui a pris de nouvelles dimensions, à l’augmentation du harcèlement et à l’arrestation d’adeptes de différentes religions, notant que Khamenei a freiné les soulèvements sociaux et les activités des unités de résistance Actes de la tuerie et l’oppression et a confirmé l’échec du plan tandis que le mouvement de protestation contre les prix élevés, le chômage, la pauvreté et le manque d’eau, l’oppression et la discrimination se poursuivait.

Elle a expliqué que le régime de Wali al-Faqih n’a jamais été aussi fragile, mais que les gouvernements occidentaux ont accordé l’immunité aux mollahs dans divers domaines et ont permis au régime iranien de fomenter des guerres et de commettre des crimes dans les pays voisins, de lancer des roquettes et des drones pour les envoyer dans ces pays. . parce qu’il est à l’abri de graves réactions internationales.

Et j’ai trouvé la dernière preuve dans le traité d’échange de prisonniers signé entre la Belgique et le régime iranien et le projet du gouvernement belge de renvoyer le diplomate terroriste Assadollah Asadi en Iran après avoir dirigé un complot de meurtre de masse à Paris en 2018, l’apaisement occidental des mollahs. régime.

Le procès contre le régime iranien à Paris

L’ancien Premier ministre algérien Sayed Ahmed Ghazali a déclaré lors de son discours à la conférence que ce qui se passe en Belgique est une lutte politique et judiciaire conduisant à un tournant dans la lutte contre le terrorisme en général et le terrorisme d’État iranien en particulier et compromettant la crédibilité de la lutte contre le terrorisme en Europe, et a appelé les institutions belges à ne pas ratifier le traité conclu avec le régime iranien.

De son côté, l’ancienne candidate à la présidentielle colombienne Ingrid Betancourt a mis en cause le raisonnement qui sous-tendait le régime des mollahs en tuant Maryam Radjavi et en envoyant un agent secret apporter une bombe en Europe dans une valise diplomatique, pointant la lutte du président élu pour résister, leur rôle en exposant les mensonges des mollahs et en mettant en lumière l’oppression des femmes, en appelant à soutenir la résistance iranienne, en mettant en garde contre la complaisance occidentale avec les politiques d’extorsion et de criminalité des mollahs et en poursuivant des relations diplomatiques avec eux.

Dans son discours, le président de la commission des affaires étrangères du Conseil national de la résistance iranienne, Muhammad Muhaddihin, a déclaré qu' »au cours des six décennies d’existence de notre organisation, nous avons été confrontés non pas à un massacre mais à des dizaines de massacres ». au massacre de 1988 et à la fermeté des Moudjahidine du peuple malgré une pression intense pendant 57 ans de général soulignant que la fatwa de Khomeiny pour exécuter des prisonniers politiques faisait partie d’un plan visant à détruire l’organisation.

Le président du Comité judiciaire pour les victimes du massacre de 1988 et ancien vice-président du Parlement européen, le Dr. Alejo Vidal-Quadras a déclaré que ces derniers mois, le régime des mollahs a arrêté des citoyens belges, français et allemands pour avoir été retenus en otage, appelant à des politiques déterminées pour mettre fin à ces pratiques inhumaines et confirmant que l’inaction encourage les comportements terroristes.

Quadras a accusé la Belgique de l’environnement dangereux dans lequel le dernier accord avec le régime des mollahs conduira, a qualifié le silence de la France et de l’Union européenne d’épouvantable, et a appelé l’Union européenne à annoncer son opposition à la mise en œuvre du traité.

Procès contre le régime iranien à Paris

Dominique Attias, vice-président de l’Union européenne de l’Ordre des avocats de France, a appelé les membres des traités de Rome à demander à un tribunal international de juger les auteurs du massacre de prisonniers politiques de 1988 et d’arrêter Raisi à New York et de le traduire en justice. .

Le professeur Eric David, professeur de droit pénal international à l’Université libre de Bruxelles (ULB), a appelé la Belgique qui, suite aux attentats du 11-11, avait adopté des dizaines de résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU accusant les pays de poursuivre les terroristes et les crimes contre l’humanité, et a souligné que la Belgique est liée par une loi qui prévoit la lutte contre l’impunité.

Commentant les pratiques des mollahs contre les Moudjahidin-e-Khalq au camp d’Achraf, l’ancien chef de la Mission d’assistance aux droits de l’homme des Nations Unies en Irak, Taher Boumdra, a déclaré qu’un jour, il avait parlé à un responsable à Genève pour condamner les massacres de 1988 et a été surpris lorsqu’il a dit que c’était « un pays ami et nous ne pouvons pas le juger ».

Pratiques odieuses des mollahs contre les Mojahedin-e-Khalq au camp d’Achraf

Une députée à l’Assemblée nationale française, Constance Le Grape, a appelé à la poursuite de la mobilisation et de la lutte pour la liberté, soulignant que les députés français suivent ce qui se passe en Iran et leur désir d’un gouvernement iranien qui sépare les religions et l’État.

Édith Desjardins

"Nerd du Web primé. Sympathique expert de l'Internet. Défenseur de la culture pop adapté aux hipsters. Fan total de zombies. Expert en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.