Les Libanais ont précédé « Mayass » à l’étonnement du monde entier, y compris des célébrités

On peut dire que l’espoir est encore capable de récupérer les nations en perdition. Le puissant groupe libanais « Mayass » porte la responsabilité de sauver la face ou de sauver les acquis de la réhabilitation de la vie. Elle se qualifie pour la finale d’Americas Got Talent en tant que personne qui projette de la fumée blanche vers un ciel débordant de nuages ​​noirs. De superbes jeunes femmes entraînées à se balancer comme un corps font un tableau époustouflant; Et pensez à pomper du sang dans les artères étouffées par la situation difficile. Un spectacle de danse peut en dire long sur la détermination d’un peuple têtu et raviver une flamme éteinte par une circonstance nihiliste. Mais Mayass n’a pas été le premier à aveugler des millions au nom du Liban.

Mayas : Un moment inoubliable

Mercredi soir dernier, heure de Beyrouth, il y avait beaucoup d’activité à Los Angeles. Mayas arrive avec son entraîneur, Nadim Cherfan, déterminé à concourir par surprise. Depuis qu’elle a reçu le titre d’Arabs Got Talent après Golden Bazar de Najwa Karam, elle a décidé de compléter le chemin de l’excellence. 2019 a vu des voix d’admiration et des mains d’applaudissements pour la performance du groupe sur l’air du chef-d’œuvre d’Umm Kulthum, Return Me to Your Eyes. C’était lors de sa participation à l’émission britannique « Britain’s Got Talent – The Champions ».

La chanteuse libanaise Aline Lahoud sur scène « The Voice » France

31 danseurs qui ont comme par magie émerveillé les yeux. Devant un jury composé de Simon Cowell, Amanda Holden, Alicia Dixon et David Williams, la touche spéciale s’est confirmée, bien que non qualifiée pour la finale.

Un deuxième « bazar » doré avec Sofia Vergara, étourdie par la performance. Aux côtés des membres d’Americas’ Got Talent, elle témoigne de la tyrannie de la présence féminine comme force inspirante. Simon Cowell est connu pour élever les normes de révision, mais Vergara, qui a rejoint son équipe Mayas, a partagé l’admiration. Il s’est chargé de parler au nom de « chacun d’entre nous dans ce théâtre » pour affirmer que les jeunes femmes libanaises ont présenté un « moment inoubliable ». Il a poursuivi : « Non seulement cette émission changera votre vie, mais elle changera le monde. »

Heba Tawaji : l’aventure onirique

Le jour où la fille du théâtre Rahbani, Heba Tawaji, s’est lancée dans la version française de « The Voice », cela a déclenché un débat entre partisans et opposants. Les partisans ont encouragé l’internationalisation d’un nom arabe célèbre et les opposants ont critiqué son chant dans un programme qui prépare les amateurs à la gloire, car ne nécessitant pas d’examen réservé aux novices. L’interprète de « No Beginning, No End » a promis aux Libanais de les représenter d’une belle manière, et elle les a comblés.

Il y a des victoires qui ne se limitent pas seulement à gagner ; C’est l’expérience elle-même. Tawaji a été éliminé du programme en demi-finale, mais a attiré l’attention de la presse française et était populaire en Europe.

La chanteuse libanaise Aline Lahoud sur scène « The Voice » France

Elle adore la chanson western et rêve d’y associer son nom. Le théâtre français The Voice fait le pont pour célébrer les aspects positifs de la vie. Elle s’est lancée dans une aventure que j’ai dit avec la bénédiction et les encouragements de son collaborateur artistique, Osama Rahbani. Elle voulait une porte sur le monde digne de sa voix.

L’entraîneur Zazi a vu en elle l’une de ses stars préférées, l’une des chanteuses d’opéra les plus célèbres du siècle dernier, Maria Callas. Je l’ai comblée d’un doux compliment. Pop star britannique d’origine libanaise du côté de sa mère, Mika était pleine de nostalgie et l’a présentée aux collègues du comité, sans oublier de saluer sa place parmi les siens. Rejoindre son équipe l’a fait se sentir chez elle.

Aline Lahoud : L’expérience « riche »

L’actrice Aline Lahoud rejoint la troisième saison de The Voice en France. Les quatre juges ont tourné leurs chaises vers elle alors qu’elle chantait « Khodni Ma’ak », la plus belle chanson de sa défunte mère, Salwa Al-Qatrib. Elle a été la première Arabe à chanter dans sa propre langue sur la scène française. La nièce du grand compositeur, Roméo Lahoud, n’a pas commencé à chanter en arabe, une introduction au chant en plusieurs langues, le français comme langue de ses premiers albums. Portant attention à la texture de la voix, Mica filait comme le chanteur canadien Garou et les vedettes françaises Jennifer et Florent Bagnier.

Le voyage du programme s’est terminé tôt, mais l’expérience a été qualifiée de «riche». Elle les voulait comme un cadeau pour l’âme de sa mère. Elle commémore une vie qui lui est consacrée en faisant exposer son art pour elle. Elle chante et elle sait qu’elle peut l’entendre.

Anthony Thomas a dansé les juges

Un artiste libanais a participé à la deuxième saison de « The Voice » en français : les quatre juges Garou, Jennifer, Florent Panni et le compositeur Louis Bertignac ont quitté leurs sièges pour danser avec sa voix sur la chanson de Michael Jackson. Il a rejoint l’équipe de Jennifer et a atteint la finale, ce qui a enflammé les âmes libanaises.

Né à Paris, Anthony Thomas a fait ses débuts sur scène à l’âge de sept ans et a commencé à jouer du piano à huit ans. Son éducation dans une famille majoritairement francophone l’a fait bégayer alors qu’il parle couramment sa langue maternelle, malgré sa longue vie au Liban.

Mark Hatem profite de Garo

Quatre juges ont également tourné leurs chaises vers l’artiste Mark Hatem, le quatrième concurrent libanais de « The Voice » France, qui a chanté « Emmenez-moi à l’église ». Garou a choisi entre Florent Bagni, Mica et Zazie. Son entraîneur a dit de lui : « Vous avez une grande capacité dans votre voix et votre potentiel est énorme. Tu t’es moqué de moi. » Il est devenu célèbre pour le chant occidental et a quitté le programme pendant la période Confrontation.

Matthew Khader et Enzo Sabbagh

Il a attiré l’attention des entraîneurs sur le caractère unique de son interprétation de l’opéra Wally d’Alfredo Catalani. Matthew Khader, chanteur d’opéra, a rejoint l’équipe de Lara Fabian dans la neuvième saison de The Voice France. Ses mots se sont presque perdus lorsqu’il a décrit son expérience : « Être sur scène (The Voice) en France a un impact différent. Une opportunité qui ne se présente pas tous les jours. Pour lui, le public a longuement applaudi, il a été touché et a pleuré. « C’était un moment imaginaire », poursuit-il en résumant le tout : « J’avais l’impression que le temps s’était arrêté. »

Enzo Sabbagh a, à son tour, participé à la neuvième saison de The Voice France et rejoint l’équipe de Lara Fabian. Lorsqu’il a chanté « A Change is Gonna Come » à Sam Cooke, elle et ses collègues se sont tournés vers lui : Marc Lavoine, Amal Bent et Pascal Obispo.

Johnny Maalouf : Artiste – Chercheur

Un artiste libanais vivant en France intéressé par la science et la recherche. Lorsqu’on lui a demandé s’il y avait une contradiction entre la science et la musique, Johnny Maalouf, né au Liban, a répondu qu’elles se complétaient, car la première est basée sur la raison et la seconde sur les sentiments, et l’un est composé des deux mélanges. Son intérêt initial était la musique rock, qui a ensuite été alimentée par l’étude du chant oriental. Depuis sa participation à l’émission française « The Voice », il élargit son audience entre l’Orient et l’Occident, après s’être cantonné à l’intimité familiale.

Lucas Abdul… « Bonjour » à Mika

Zazi voulait qu’il chante pour sa mère qui est dans les coulisses. Lucas Abdoul, un Français d’origine libanaise, a attiré l’attention du jury de « The Voice » en France dans sa cinquième édition lorsqu’il a chanté « Les mots bleus ». Mika, façonné par son penchant pour les racines arabes, l’a approché avec une question sur son affiliation d’origine. Il a d’abord répondu « Bonjour » puis a annoncé qu’il était franco-libanais. En arabe, samplez sa chanson dans la phase « confrontation ».

Lara Bou Abdo… « Pour Beyrouth »

L’adolescente libanaise Lara Bou Abdo n’avait aucune expérience du chant en arabe, mais elle a chanté au théâtre français de la ville The Voice après l’explosion. De l’esthétique Fairouz, elle a choisi « Beyrouth » comme message d’espoir. Malgré les tremblements et le contrôle de la peur, les entraîneurs ont été émus par les sentiments d’une capitale refusant de mourir. Environ un mois s’est écoulé entre la tragédie d’août et le tournage de la phase « Voice and Only » du programme. Elle avait seize ans lorsqu’elle ressentit le désir de soigner des blessures profondes. Vianney et Amal, une fille qu’elle avait choisie pour coacher, se sont tournées vers elle. À l’époque, elle donnait de l’amour aux Libanais tout en embrassant leur capitale criblée de feu et de fumée.


Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.