L’ONU s’inquiète de la « répression violente » des manifestations d’enseignants en Iran

L’ONU s’inquiète de la « répression violente » des manifestations d’enseignants en Iran


Jeudi – 17 Dhul Qi’dah 1443 AH – 16 juin 2022 AD Issue No. [
15906]


Le président iranien reçoit hier son homologue turkmène à Téhéran (Présidence iranienne / AFP)

Genève : « Moyen-Orient »

Des experts des Nations unies ont exprimé mercredi leur « préoccupation » face à la « répression violente » de l’Iran contre les manifestations des enseignants et de la société civile en général, et ont appelé les autorités à punir les responsables, selon un rapport de l’Agence France-Presse hier. La critique des droits de l’homme de l’ONU est intervenue à un moment où le président du Turkménistan, Sardar Muhammad Bardi, entamait une visite à Téhéran, où il a été reçu par le guide suprême iranien Ali Khamenei et s’est entretenu avec son homologue iranien, Ibrahim Raisi.
Ces derniers mois, l’Iran a été témoin de manifestations d’enseignants et d’autres employés protestant contre l’impact de l’inflation sur leurs revenus, qui a dépassé 40 %, dans un environnement économique très difficile marqué par les sanctions sévères imposées par plusieurs pays contre le régime de Téhéran. De nombreux enseignants ont été arrêtés, suivis de nouvelles manifestations réclamant leur libération. En mai dernier, Human Rights Watch a appelé à la libération d’environ 40 enseignants arrêtés lors de manifestations nationales le premier du même mois.
Des experts indépendants des droits de l’homme engagés par les Nations unies, mais ne s’exprimant pas en son nom, ont confirmé que les autorités avaient suspendu ou rappelé plus de 80 enseignants. « Nous sommes préoccupés par la récente escalade des arrestations arbitraires d’enseignants, de défenseurs des droits du travail, de dirigeants syndicaux, d’avocats, de militants des droits de l’homme et d’autres acteurs de la société civile », lit-on dans un communiqué rapporté par l’agence française. Le champ de travail de la société civile et des associations indépendantes est devenu « incroyablement étroit ». Des experts ont confirmé que cinq personnes avaient été tuées par « usage excessif de la force par les forces de sécurité » lors de manifestations contre la vie chère en Iran depuis début mai et ont demandé que les responsables soient tenus responsables (…).


L’Iran

Nouvelles d’Iran

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.