Pourquoi s’inquiéter pour la famille d’une Britannique décédée au Qatar ?



Bbc


Publié le mercredi 8 juin 2022 – 07h14 | Dernière mise à jour : mercredi 8 juin 2022 – 07:14

La famille d’une esthéticienne britannique décédée dans un accident de la route au Qatar a « des inquiétudes majeures » concernant les informations fournies par les autorités locales, ont déclaré les enquêteurs.
Rafael Tsakanica, 21 ans, de Cambridge, est décédé dans une collision entre deux voitures près de Doha le 30 mars 2019.
Mubarak Al-Hajri, alors âgé de 46 ans, a été reconnu coupable d’avoir causé sa mort.

Il a été condamné à deux mois de prison et à verser une indemnité à la famille Tsakanika.
Tsakanika était dans un Toyota Land Cruiser qui « s’est renversé plusieurs fois », ce qui l’a fait « jeter » ainsi que son ami de 20 ans hors de la voiture.

Al-Hajri a également été reconnu coupable d’avoir gravement blessé un ami de Tsakanika en conduisant mortellement sa voiture. Il a également été reconnu coupable d’avoir fui les lieux de l’accident et d’avoir dépassé la limite de vitesse.
Peu de temps après l’accident, Al-Hajri a été vu roulant à une vitesse de 192 km/h.
Une critique a été entendue à l’hôtel de ville de Peterborough, menant à une enquête sur la mort de Tsakanika, surnommé « Ravi ».
L’avocat John Goss a déclaré que la famille avait « de sérieuses réserves quant au volume et à la qualité » des documents divulgués par les autorités qatariennes.
La famille veut une enquête complète, a-t-il dit, « et que nous y travaillions du mieux que nous pouvons sur la base des informations dont nous disposons ».
Simon Melbourne, le coroner de la région de Cambridgeshire, a déclaré qu’il demanderait à un enquêteur médico-légal spécialisé dans les accidents d’examiner les preuves. Une enquête est prévue.

« La famille sait qu’elle ne peut rien faire pour la ramener à la vie, mais elle a le droit de savoir comment Ravi est mort et c’est le but principal de l’enquête », a déclaré Rad Seeger, avocat et porte-parole de la famille Tsakanika. , a indiqué l’enquête.
Il a ajouté: « Les autorités qatariennes ont jusqu’à présent ignoré tous les appels et n’ont autorisé la divulgation complète ni à la famille ni au coroner. »
Il a dit : « Vous [الأسرة] Ils ne savent toujours pas ce qui lui est arrivé. »
L’avocat a poursuivi en disant que la version des événements rapportée par les Qataris « ne résiste pas à l’examen » et que la mort de Tsakanika a été dissimulée avant la prochaine Coupe du Monde de la FIFA au Qatar.
« La famille Rafi veut s’assurer que ce qui leur est arrivé ne se reproduise plus jamais et ils espèrent que leur cas réussira à avertir tous ceux qui envisagent de se rendre au Qatar des dangers sur leurs routes et du fait qu’ils ne devraient probablement pas être à la hauteur si le pire leur arrive. »

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.