Un large accueil occidental au projet de constitution proposé par le Bar Committee

Khartoum 11 septembre 2022 – Neuf ambassades occidentales à Khartoum ont salué les principes contenus dans le projet de constitution provisoire préparé par le comité directeur de l’Association du barreau, les jugeant cruciaux pour parvenir à un système de gouvernance efficace pour la transition civile.

Le comité directeur de l’association du barreau a réalisé la constitution provisoire grâce aux recommandations d’un atelier qu’il a organisé en août dernier avec une large participation politique et internationale.

Dans une déclaration commune, les ambassades d’Amérique, de Grande-Bretagne, de France, d’Allemagne, d’Italie, des Pays-Bas, de Norvège, d’Espagne et de Suède ont salué le projet de constitution provisoire visant à établir un gouvernement civil.

La déclaration, obtenue par le Sudan Tribune, a déclaré que « les principes clés énoncés dans le document des avocats seront essentiels pour parvenir à un système fiable et efficace de gouvernement de transition dirigé par des civils qui ouvrira la voie à la reprise de la coopération internationale. « 

Il a salué l’implication de l’Association du Barreau auprès d’un large éventail de parties prenantes, déclarant : « Nous apprécions que cette initiative soit sérieuse et encourageante ».

Il a souligné qu’il était nécessaire que tout accord politique bénéficie d’un large soutien populaire, de sorte que « des efforts supplémentaires sont nécessaires pour faire en sorte que tout accord sur un arrangement transitoire soit soutenu par une nette majorité des forces politiques et sociales soit accepté ».

Le projet de constitution provisoire parlait de l’État civil et de ses institutions, garantissait la liberté de religion, l’indépendance de la presse et des universités, et incorporait les forces de soutien rapide et les combattants du mouvement dans l’armée, à laquelle il était interdit de se livrer à des activités commerciales et d’investissement.

Le comité directeur de l’Association du Barreau dit qu’il est en train de présenter un projet de constitution aux forces qui ont participé à l’atelier et à celles qui n’y ont pas participé, comme le Parti communiste.

La déclaration conjointe indique qu’étant donné les crises sécuritaires, économiques et humanitaires auxquelles le Soudan est confronté, il est nécessaire que l’armée s’engage dans le processus politique pour rétablir une transition civile vers la démocratie.

Pour entrer en vigueur, le projet de constitution exigeait que les forces politiques parviennent à un accord politique leur donnant le pouvoir de nommer, aux côtés des gouverneurs régionaux, des gouverneurs des États, des juges en chef et de la Cour constitutionnelle, les membres des Conseils souverains, des ministres et d’élire le corps législatif. .

Des mois après le coup d’État militaire, le général Abdel Fattah Al-Burhan a annoncé le 4 juillet que l’armée se retirerait du processus politique pour permettre aux forces civiles de former un gouvernement exécutif.

Malgier Martel

"Wannabe fauteur de troubles. Gamer. Incurable mordu des réseaux sociaux. Explorateur. Étudiant. Fan de télévision amateur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.