Une organisation française appelle la Ligue arabe et l’UNESCO à mettre fin aux projets de turquification et à protéger la langue arabe dans le nord de la Syrie

Paris, 11 septembre – L’« Organisation de Versailles pour la convergence des cultures arabe et française » a appelé la Ligue des États arabes et les Nations Unies, représentées par l’UNESCO, ainsi que les autres centres culturels et institutions s’occupant de la langue arabe, à mettre un terme aux projets de turquification continue menés par Ankara dans le nord de la Syrie, soulignant que le contrôle des factions de l’opposition syrienne, qui suivent les renseignements turcs, dans les régions rattachées est très dangereux et constitue des pratiques d’occupation au sens le plus vrai du terme, car elles affirmer l’identité arabe dans ces zones est devenu un fantasme face à la poursuite des projets de changement démographique et à l’effacement de l’identité culturelle.
L’organisation, dans une déclaration sur ses plateformes électroniques, a mis en garde contre la répétition des efforts turcs pour combattre la langue de Daad dans ce qu’elle a décrit comme « l’occupation turque » du nord de la Syrie, en violation de la culture arabe syrienne et des principes de la l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO, représentant plus de 6 % de la population mondiale le 18 de chaque année), l’un des piliers les plus importants de la diversité culturelle humaine et le sixième avec l’anglais, le français, l’espagnol, le russe et Chinois Langue officielle de l’organisation internationale. Les Nations Unies célèbrent également la Journée internationale de la langue maternelle, la décrivant comme un droit, un patrimoine, une identité et un privilège pour tous les individus, groupes et pays qui la possèdent.
Alors qu’il a été récemment noté que de nombreux Turcs ont clairement exprimé des sentiments racistes envers la langue anti-langue, ce qui s’est passé dans le pays, qui a été considéré comme l’un des principaux piliers de la préservation de la langue arabe, dure depuis des dizaines de siècles et est une langue vibrante, contemporaine et renouvelée avec un héritage oriental authentique qui est restée sur le territoire syrien tout en pratiquant le contraire de ce qu’elle dit, compte tenu des rapports faisant état de projets de référendum dans certaines villes syriennes sous le contrôle de factions fidèles à Ankara dans le but de lui accorder l’autonomie puis de l’annexer au territoire turc, ces plans ont été reportés pour être reconsidérés après l’organisation des élections présidentielles et législatives en Turquie en juin 2023 et à une scène politique régionale et internationale favorable pour attendre.
Sur la gravité de cette situation, Abdel Nasser Nahar, directeur de l’Organisation de Versailles pour la convergence des cultures arabe et française, a déclaré que Damas a joué le rôle majeur dans la préservation de la langue des Antid et dans la lutte contre les tentatives d’éradication et d’éradication de celle-ci, notamment au cours des derniers siècles sous l’occupation ottomane, et a contribué à son renouveau dans certains pays arabes soumis aux pratiques coloniales de différents pays, et la capitale syrienne a été la première à établir un complexe dédié à la langue d’Antid, à ce jour est le la cinquième langue la plus parlée et la plus utilisée par l’humanité. résistance à la turquification et au B Efforts pour effacer l’identité arabe.
Nahar a condamné le silence de nombreux adversaires syriens et le manque de courage pour s’opposer aux tentatives de combattre la société syrienne dans le nord du pays sous prétexte de la débarrasser du terrorisme et d’apporter aide et soutien, notant que les plans de turquification sont déjà pleinement achevés dans de nombreuses régions du nord de la Syrie, dans le but de maintenir la séparation d’avec les régions de la République arabe syrienne lorsque l’opportunité est régionalement et internationalement favorable à Ankara, où les noms de la plupart des rues et des quartiers ont été remplacés par des noms ottomans et la langue turque et la lire ont été introduites, notamment dans les villes de « Al-Bab », « Afrin », « Jarabulus », « Azaz », « Akhtarin » et « Marea », « Ras al-Ain » et « Tel Abyad ». Des commis et des agents de sécurité turcs ont également été appelés pour fournir des services de santé, de courrier, de change, de téléphone, d’eau, d’électricité et d’autres nécessités vitales et logistiques, dans le but de rendre ceux qui s’occupent d’eux pour l’apprentissage de la langue turque et donc l’absence de la langue turque, forçant la langue arabe à sortir de la vie quotidienne, en particulier pour les jeunes générations, ce qui va également de pair avec la prolifération des livres et des programmes turcs dans les écoles syriennes de ces zones.
Si la majorité des Syriens des villes, sous le contrôle de factions liées au pouvoir turc, rejettent ses pratiques et considèrent l’arabe et la monnaie syrienne comme les piliers de leur identité culturelle, ils n’osent pas s’y opposer en raison de l’appartenance des combattants à ces factions mercenaires aux services secrets turcs et les graves violations qu’ils commettent à leur encontre sous la supervision directe des occupants turcs. Même le nombre de drapeaux et de slogans turcs vus dans plusieurs régions syriennes du nord du pays dépasse désormais ce qui a été constaté dans de nombreuses villes turques.
Le directeur de l’organisme culturel français a expliqué que contrairement à l’attaque contre la langue arabe dans le nord de la Syrie, dans le but de légaliser sa diffusion et de ne pas l’utiliser comme langue officielle, on constate que la langue de Daad renforce davantage sa présence dans la société française, surtout parmi les jeunes, alors qu’elle est enseignée dans les écoles officielles pour ceux qui le souhaitent. Dans ce contexte, il a salué les efforts du gouvernement français pour faciliter l’enseignement et la diffusion de la langue de Papa conformément aux objectifs humanitaires civilisés, en particulier le président Emmanuel Macron, qui a réitéré à de nombreuses reprises son soutien à l’enseignement de l’arabe en France. Il met en garde contre certains établissements d’enseignement arabes utilisant cet objectif pour diffuser une idéologie séparatiste « islamiste ». ‘, notant son souhait que les jeunes qui souhaitent apprendre l’arabe puissent le faire dans le cadre de l’école et des valeurs de la République.

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.