Entre le Maroc et la France, la crise est plus grande que le refus de visas (rapport)

Rabat / Anatolie

– La France a décidé de durcir les conditions de délivrance de visas aux Marocains depuis septembre 2021, affirmant que le royaume n’avait pas coopéré au retour des migrants en situation irrégulière, ce que Rabat a démenti.
– Chercheur en relations internationales : La réduction des visas accordés aux Marocains est l’un des effets d’une crise silencieuse entre les deux pays, avec la question de la région du Sahara dont le fondement est économique
– Professeur de relations internationales : Une partie de la tension est liée à la rivalité entre l’Occident, mené par Washington, qui garde un mauvais souvenir de la France, comme ce fut le cas avec l’accord sur les sous-marins australiens
– Chercheur et professeur de relations internationales : Les tensions entre le Maroc et la France peuvent être surmontées par le dialogue et la clarté entre les deux parties

Les relations franco-marocaines connaissent une tension tranquille depuis qu’un arbre a obscurci le refus de visas marocains vers la France, soulevant des questions sur l’avenir des relations entre les deux pays partenaires à plus d’un titre.

Depuis septembre 2021, suite à la décision de Paris de durcir les restrictions sur la délivrance de visas aux citoyens marocains, des tensions publiques sont apparues, exacerbées par le fait que les deux pays n’ont pas échangé de visites diplomatiques depuis cette période.

La question de l’espionnage a également assombri le ciel des relations lorsque, en juillet 2021, des journaux français ont accusé Rabat de pirater les téléphones de personnalités marocaines et étrangères via le programme d’espionnage israélien « Pegasus ».

Dans un communiqué, le gouvernement marocain a cependant nié cette accusation et, le 28 du même mois, a intenté une action en justice contre les journaux Le Monde, Mediapart et France Radio pour diffamation.

Pegasus a été utilisé pour écouter des militants des droits de l’homme, des politiciens et des journalistes en piratant leurs téléphones, en surveillant leurs e-mails, en prenant des photos et en enregistrant des conversations.

** Deuxième partenaire

Selon le ministère marocain de l’Économie et des Finances, la France était le deuxième partenaire commercial du Maroc après l’Espagne en 2020.

Le Maroc est également la première destination des investissements français en Afrique, avec plus de 950 succursales d’entreprises françaises offrant environ 100 000 opportunités d’emploi.

Annuellement, le nombre de Marocains qui obtiennent des visas pour entrer en France (tourisme ou travail) est estimé à 300 000.

Mais le nombre a fortement diminué après la décision de resserrer les visas, alors que les médias marocains rapportent que 70 % des demandes de visa marocaines sont rejetées par les consulats français au Maroc.

** France et Sahara

Face à la crise silencieuse entre les deux pays, la France a été mise en garde dans le discours du roi Mohammed VI. pas cité parmi les pays soutenant le Maroc sur la question du Sahara le 21 août.

Rabat et le Front Polisario sont en désaccord sur la souveraineté sur la région du Sahara depuis des décennies : Rabat a proposé une autonomie étendue dans la région sous sa souveraineté, tandis que le front a appelé à un référendum sur l’autodétermination, une proposition soutenue par des réfugiés algériens de la région.

Dans un discours diffusé à la télévision d’Etat, le monarque marocain a déclaré : « Nous attendons des pays qui ont des positions peu claires sur la marocanité du Sahara qu’ils expriment leurs positions sans équivoque ».

Il a poursuivi : « Le Dossier Sahara est le miroir à travers lequel le Maroc regarde le monde et c’est le critère par lequel il mesure la sincérité des amitiés et l’efficacité des partenariats ».

** Condamnation marocaine

Le 28 septembre 2021, le gouvernement français a publié une déclaration annonçant le durcissement des exigences de visa pour les citoyens du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie ; Prétendument « le refus des trois pays de délivrer les autorisations consulaires nécessaires pour reprendre les immigrés (irréguliers) à leurs ressortissants ».

Le même jour, le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita a déclaré lors d’une conférence de presse que la décision de Paris sur les visas pour les citoyens marocains était « injustifiée pour un certain nombre de raisons ».

Il a expliqué : « La première raison est que le Maroc a toujours abordé le problème de la migration et de la circulation des personnes avec la logique de la responsabilité et le nécessaire équilibre entre la facilitation de la circulation des personnes, qu’elles soient étudiantes ou commerciales, et la lutte contre la migration illégale (irrégulière). et un traitement strict des personnes en situation irrégulière.

Il a poursuivi : « La deuxième raison est liée au fait que, compte tenu de cette responsabilité, le Royaume a donné des instructions claires pour accueillir un certain nombre de citoyens qui se sont trouvés (en France) dans une situation illégale, comme le nombre de laissez-passer. -Documents de passage (Permet aux citoyens de retourner dans leur pays) délivrés par les consulats marocains dans les 8 mois de l’année en cours 400 documents.

Bourita a souligné que « l’adoption de ce critère (renforcement des conditions de délivrance des visas aux citoyens marocains) n’est pas appropriée car le pays a traité les immigrés illégaux de manière pragmatique et stricte ».

** Économie et désert

Selon le chercheur marocain en relations internationales, ancien vice-président de la commission des affaires étrangères de la chambre des conseillers (deuxième chambre du parlement), Nabil Al-Andalusi, « les relations maroco-françaises ont connu des hauts et des bas et plus que des tensions depuis l’arrivée de (Président français) Emmanuel Macron au Palais de l’Elysée en 2017. »

Andalusi a déclaré à l’agence Anadolu que « le refus d’accorder des visas pour la France aux Marocains fait partie de ces tensions qui peuvent être surmontées par le dialogue et la clarté entre les deux parties ».

Il a estimé que « le refus ou la réduction de visas pour les Marocains n’est pas une crise en soi, mais les effets d’une crise silencieuse entre les deux pays, dont la base est principalement économique, surtout après le recul du classement de la France et de l’Espagne ». progrès au niveau des échanges commerciaux et des relations économiques entre le Maroc et la France ».

Et d’ajouter : « Le Maroc est aussi devenu un véritable concurrent pour les entreprises françaises sur le continent africain, approfondissant cette tension aux racines économiques ».

Il a estimé que « la chute des investissements français au Maroc est l’un des indicateurs de cette crise de profondeur économique, et la tendance à attribuer le train à grande vitesse entre (les villes de) Casablanca et Agadir à la Chine au lieu de la France n’en est qu’un. de ces impacts. »

Et il a ajouté: « Le discours royal était clair sur la centralité de la question du Sahara dans l’établissement de relations solides et a laissé entendre que les partenaires traditionnels adoptaient des positions vagues et ambiguës et sujettes à plus d’une interprétation. »

Il a ajouté que « la France est à l’avant-garde de ces partenaires, ce qui nécessite une position claire pour surmonter l’incompréhension entre deux pays qui partagent de nombreux intérêts d’importance stratégique ».

** Clarté française

De son côté, Khaled Chiat, professeur de relations internationales à l’Université Mohammed I (gouvernementale) à Oujda (est), a déclaré que « le dossier des visas n’est qu’une manifestation de la crise ».

Il a ajouté à l’Agence Anadolu qu' »il existe d’autres facteurs qui se chevauchent qui placent les relations Rabat-Paris dans une position en contradiction avec les aspirations de leur partenariat stratégique à de nombreux niveaux économiques, commerciaux et politiques ».

Il a expliqué qu' »il y a une grande interdépendance entre les deux pays et il y a ceux qui parlent de la dépendance économique et commerciale du Maroc vis-à-vis de la France et dans de nombreux cas Paris était le fournisseur et le premier client du Maroc et le plus gros investisseur, et il était difficile pour Le Maroc à se libérer de sa dépendance, mais aujourd’hui les choses semblent avoir changé. » .

Il a estimé qu ‘ »une partie de la tension est liée à la concurrence féroce entre le bloc occidental dirigé par les États-Unis, qui a un mauvais souvenir de la France, comme ce fut le cas avec l’accord sur les sous-marins australiens ».

En 2021, Canberra a provoqué la colère de Paris en annulant un accord de 35 milliards d’euros avec le Corps naval français pour construire une flotte de sous-marins pour l’Australie et a plutôt conclu un accord avec les États-Unis et la Grande-Bretagne pour construire des bateaux à propulsion nucléaire.

Chiat a souligné que « les intérêts stratégiques de la France sont avec le Maroc, la meilleure façon de mettre fin aux tensions est que Paris soit conscient de sa position vis-à-vis de Rabat ».

Les nouvelles publiées sur le site officiel de l’Agence Anadolu sont une abréviation d’une partie des nouvelles présentées aux abonnés via le News Stream System (HAS). Pour vous inscrire à l’agence, veuillez utiliser le lien ci-dessous.

Malgier Martel

"Wannabe fauteur de troubles. Gamer. Incurable mordu des réseaux sociaux. Explorateur. Étudiant. Fan de télévision amateur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.